Alexandre yersin (1863-1943)

A.J. Fabre                                            Mai 2015

Alexandre Yersin (1863-1943) Un Pastorien suisse en Asie

 

Alexandre Yersin était Suisse, né à Morges, dans le canton de Vaud, près de Lausanne.

La famille des Yersin

Yersin d'une famille de protestants français qui avaient trouvé refuge en Suisse pour fuir les "dragonnades"

Son père, appelé lui aussi Alexandre, a été enseignant et naturaliste, passionné de collections entomologistes, mort à l'âge de 38 ans d’une hémorragie cérébrale peu avant la naissance du grand scientifique. Il eut trois enfants : Emilie, l’aînée, Franck, le cadet qui sera pasteur et Alexandre, le benjamin.

La mère, Fanny Yersin ouvre un Institut de jeunes filles à Morges. près de Lausanne. C’est là où Yersin passe son enfance.

Yersin passe le baccalauréat ès lettres au gymnase de Morges, puis fait ses études de médecine  à Lausanne en 1883 et les poursuivra à Marburg en Hesse.

En 1885, Yersin arrive à Paris. Il est externe à Hôtel-Dieu où il rencontre Emile Roux, son aîné de dix ans, médecin, collaborateur des premières heures de Louis Pasteur. Roux remarque les qualités exceptionnelles du jeune homme et le présente à Louis Pasteur.

A l'Institut Pasteur

Yersin se partage entre l’hôpital, Hôtel Dieu puis les Enfants-Malades en 1887 et aux laboratoires de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm et aux laboratoires de la rue Vauquelin où travaillent Louis Pasteur et ses collaborateurs.

Il participe aux séances de vaccinations contre la rage, s’occupe des animaux de laboratoire. Roux l’engage comme préparateur personnel

Au nouvel Institut Pasteur, tout moderne, car construit en 1888, Yersin devient assistant d'’Emile Roux et va participer activement à la decouverte de la  toxine diphtérique, ue "grande première" dans l'Histoire des sciences.

En même temps, Yersin obtient son diplôme de médecin avec une thèse sur la tuberculose expérimentale du lapin et il part à Berlin suivre pendant quelques mois le cours de bactériologie de Robert Koch.

En 1889, Yersin obtient, non sans difficultés,  la nationalité française  et devient le premier préparateur des cours de bactériologie à l’Institut Pasteur dont Emile Roux assure la direction.

Médecin des Messageries maritimes

En 1899 Yersin change sa destinée et, malgré l'opposition des "Pastoriens", décide  de devenir médecin de la Compagnie des Messageries maritimes. Il s'explique dans une lettre : "J’avais toujours rêvé de découvrir du pays ; quand on est jeune, rien ne semble impossible, on s’imagine toujours qu’il vous arrivera des choses extraordinaires. "

Il sera affecté à la liaison entre Sai Gon et Manille puis Sai Gon et Hai Phong.

Il découvre ainsi  l'"Indochine française" dont l'Histoire a débuté en 2857 avec la prise de Sai Gon puis l’exploration du Mékong en 1866-1867, poursuivi sous la IIIe République par la conquête de la Cochinchine puis du Tonkin, a déjà pris en main toute l’Indochine. L’Union indochinoise était composée des protectorats de Tonkin et d’Annam et la colonie de Cochinchine, le protectorat du Cambodge(1863) et sie le protectorat du Laos(1863) avec un résident supérieur est à la tête de chaque protectorat et un gouverneur général de l’Indochine dont le  premier allait être Paul Doumer, nommé en 1897

Une collaboration étroite allait s’établir entre Yersin et Paul Doumer,

Les expéditions d'Indochine.

Yersi va mener plusieurs expéditions à but  ethnologique et géographique. La première expédition en 1892 est une mission officielle pour explorer une région de l’Annam sur la côte du Mékong. Yersin en réalise des cartes d’une grande précision, et prend des notes sur les peuplades qu’il rencontre. Il rentre en France pour faire part de ses découvertes dans les sociétés savantes puis repart aussitôt en Indochine.

La deuxième expédition date de fin 1892 et 1893 : Yersin prend le bateau à Marseille en partance pour Sai Gon le 24/12/1892. Il fêtera à bord du bateau avec le capitaine et les passagers. Il a reçu  mission  d’explorer les jungles et les rivières de la Cochinchine. Yersin découvre alors le plateau Liang Bang-futur emplacement de la Ville Da[1] : "Mon impression a été vive, lorsque débouchant de la forêt des pins, je suis parvenu sur le bord de ce vaste plateau dénudé et accidenté dominé par le triple pic du Lang Biang, ces ondulations me rappelaient la mer tourmentée par un houle énorme comme on peut observer parfois sur la côte d’An Nam au voisinage d’un typhon. La fraîcheur de l’air m’avait fait oublier la fatigue et je me rappelle la joie que j’éprouvais à courir comme un jeune collégien, montant et descendant les collines à toute allure ".

Paul Doumer, informé de sa decouverte, décide de faire construire sur le haut plateau une ville de villégiature avec 700 villas une  copiée sur celle de Deauville, et un lycée inauguré par yersin

Dans une troisième expédition Yersin part de Nha Trang, accompagné de ses coolies et de ses gardes annamites traverse le plateau du Darlac puis la chaîne annamitique avant d’arriver à Tourane (Da Nang).

Rencontre avec Albert Calmette.

Calmette est médecin du Corps de Santé des Colonies et va créer en 1890 le premier Institut Pasteur d’Outre-Mer à Sai Gon qui deviendra le modèle de tous les Instituts Pasteur d’Outre-Mer.

Yersin retrouve à Sai Gon Albert Calmette, son condisciple de l'époque du laboratoire Roux et, sur ses conseils, entre dans le Corps de Santé des Troupes coloniales.

Découverte du bacille de la peste.

En 1894, la peste atteint Canton, gagne Hong Kong puis Amoy. On compte déjà une centaine de milliers de morts. La situation est dramatique. Une équipe japonaise conduite par le docteur Kitssato, déjà sur place. Sur conseil et appui de Calmette, Yersin part immédiatement à Hong Kong pour étudier la peste malgré l'hiostilityé deu pouvoir colonial britannique..

A Hong Kong, Yersin habite une paillotte à côté de l’hôpital des pestiférés, hôpital Kennedy Town. C’est là qu’il établit son domicile et son laboratoire.

Yersin réussit à autopsier les cadavres de pestiférés et découvre dans les bubons, les ganglions lymphatiques et la rate le microbe de la peste qui reverfa plus tard le nom de "Yersina Pestica".

Yersin et l’Institut Pasteur de Nha Trang.

Nha Trang sur le littoral de la mer de Chine, est à présent, une residence balnéaire pour touristes. En 1895, Yersin décide d’y construire un laboratoire, avec l'appui financier de Roux et Calmette lui apportent un soutien financier

Yersin fonde ainsi l’Institut Pasteur de Nha Trang, le deuxième Institut Pasteur au Viet Nam dont il assure la direction de 1895 à 1925

Son successeur sera son fidèle collaborateur Henri Jacotot, vétérinaire qui est venu à Nha Trang en 1922, et qui reste à ce poste jusqu’en 1948, date de son retour en France.

Yersin, premier Directeur de l’Ecole de médecine de Ha Noi (1902-1904).

L’Ecole de médecine de l’Indochineest créée en 1902

L’objectif de l’Ecole est de former des Officiers de Santé Indochinois

Yersin exploitant agricole.

C'est Yersin qui aura l'idée d'implanter en Indochine l’Hevéa brasilensis et de Cinchona.

Il avait  a remarqué lorsqu’il était médecin aux Messageries Maritimes un arbre de Malaisie dont on extrait le latex pour faire du caoutchouc. Il a eu l’idée de semer des graines sur ses terres de Nha Trang en 1898 et au retour de Ha Noi en 1905, il a la joie de découvrir les arbres ont poussé et que les saignées donnent le latex qui fera la fortune de la Maison Michelin.

En 1937, un jeune pasteurien, Marcel Autret, qui a eu des contacts avec Yersin à l’Institut Pasteur de Sai Gon, amène de Jakarta des semences saines et robustes de Cinchona Ledgeriana. Yersin entreprend immédiatement d’acclimater cette plante dont on tire un alcaloïde, la Quinine, dont l’action contre le paludisme est spectaculaire.

Fin d'une longue vie de chercheur  

Le 1er Mars 1943, en pleine guerre du Pacifique, Alexandre Yersin succombé à une myocardite dans sa chère ville  Nha Trang. Il vient d'avoir 80 ans.

Par testament, il laisse ses biens au jardinier vietnamien, à l’aide-laborantin, à l’éleveur des chevaux, et tous ceux qui avaient  travaillé avec lui à Nha Trang

 

Adresser vos commentaires à a.fabre.fl@gmail.com

 

[1] Yersin " Yersin : Premier contact avec le pays moï"

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 17/06/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site