Barry O'Meara, médecin de Napoléon

BARRY EDWARD O'MEARA (1786-1836)

MEDECIN DE L'EMPEREUR A SAINTE HELENE

 

A.J. Fabre                                                     Octobre 2016

Barry O'Meara était un chirurgien irlandais qui connut la célébrité pour avoir été médecin personnel de Napoléon à l'ile de Sainte-Hélène.

Qui était Barry O'Meara ?

O'Meara était le chirurgien du Bellerophon, le trois mats qui emporta Napoléon à Ste Hélène après sa reddition.

Arrivé à Longwood, Napoléon fit de O'Meara son médecin  personnel qui resta en fonction  d'Août 1815 à juilllet 1818.

Barry O'Meara a laissé un ouvrage intitulé  "Napoléon en exil à Sainte Hélène, relation contenant les opinions et les reflexions de Napoléon sur les événements les plus importants de sa vie"[1] " publié à Bruxelles en 1822 où il donne sa version des moments historiques qu'il eut l'occasion de vivre.

Dans son ouvrage, O'Meara, accuse Hudson Lowe d'avoir maltraité l'empereur en faisant  preuve d'inhumanité envers lui. Il raconte aussi avoir diagnostiqué la  maladie hepatique (ou le cancer de l'estomac, les avis divergent) qui causa la mort de l'Empereur.

O'Meara jouait il un double jeu ? Une chose est certaine : par l'intermédiaire d'un ami travaillant à l'Amirauté, il avertit à plusieurs reprises le gouvernement britannique du comportement hostile d'Hudson Lowe auprès de l'Empereur. Il semble que ces interventions aient été cause du rapatriement   d'O'Meara en juillet 1818.

Une chose est certaine : c'est O'Meara qui pratiqua sur Napoléon une "acrobatique" extraction de dent de sagesse infectée à l'automne 1817[1].

Après l'expulsion d'O'Meara, Napoléon n'eut plus de médecin personnel jusqu'à l'arrivée du docteur Antommarchi, envoyé d'Italie par la famille Bonaparte, de Rome, en septembre 1819.

Sur toute cette affaire, on lira avec profit le livre de Peter Hicks " Who was Barry Edward O’Meara?"[3]

Que devint le Dr Barry O'Meara ?

Revenu à Londres, Barry O'Meara sera le fondateur du célèbre Reform Club de Pall Mall immortalisé par Jules Verne dans son célèbre "Tour du monde en 80 jours"

O'Meara restera toute sa vie un fervent admirateur du grand Empereur[2]. il va mourir à Londres d'un érysipèle : il était âgé de cinquante ans.

Après la mort de O'Meara, ses effets personnels furent vendus aux encheres et la chronique locale fait état d'une vive concurrence entre les acheteurs de souvenirs napoleoniens : un plat d'argent ayant appartenu à Napoléon trouva preneur à un montant dépassant de six fois sa valeur intrinsèque,  un autographe de la main de Napoléon fut vendu 11 guinées, une mèche de ses cheveux ("de couleur auburn et de texture soyeuse") , 2 livres et  10 sh.,  une des dents de l'Empereur (celle-là même qui avait été  extraite par O'Meara), pour sept guinées et demie et  l'instrument de  l'extraction,  3 livres et 3 sh..[3]

 

Pour toute information complémentaire, contacter : a.fabre.fl@gmail.com


 

[1] On lira tous les détails sur cette intervention dans l'article de X. Riaud : "Une histoire dans l'Histoire, la bouche de Napoléon" publié sur le site http://www.napoleonicsociety.com/french/dentsdenapo.htm"

[2] Le livre de O'Meara "Napoleon in exile; or, A voice from St. Helena. The opinions and reflections of Napoleon on the most important events of his life and government in his own words " (Ed. Simpkin & Marshall London, 1822)

[3] "Peter Hicks, " Who was Barry Edward O’Meara?" (Napoleonica. La Revue 2013/2 (N° 17)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site