Empereurs Romains de Syrie

LES EMPEREURS SYRIENS DE ROME

A. Fabre                                                                                22 mai 2002

 L'Histoire des empereurs syriens c'est une date, un lieu et une famille

 la date : fin IIème, début IIIème siècles

  • avant, c'est l'âge d'or d'Hadrien et Marc Aurèle
  • après c'est le régime de coup d'état permanent qui ne prendra fin qu'avec la création de la Tetrarchie et de l'Empire d'Orient
  • pendant cette époque

210 : en Orient, fin de la dynastie Parthe : Perse des Sassanides

  222 : en Chine, disparition de l'empire Han:  les trois Royaumes

  220 : en Éthiopie, fondation du royaume à Aksoum

 le lieu : Emese (Homs)

  • Après la période hellénistique de l'empire Seleucide, Pompee, en 64 A.J.C., fait d'Antioche (Antakya, Turquie actuelle) la capitale de la Syrie romaine et meme, à l'occasion, quand l'empereur résidait là, de l'empire romain.
  •  Emesa, près du désert, était une étape importante sur l'itinéraire d'Antioche à Palmyra, d'où partait la route de la Soie en direction de la Perse, de l'Inde, et de la Chine.  La population rurale était arabe, mais les habitants de la ville, et en particulier les administrateurs impériaux, l'aristocracie locale, les marchands et artisans étaient en majeure part des grecs
  • En tant que centre religieux, Emesa tenait une place importante :

      le temple du dieu du soleil, El-aiagabal, comme les temples de Heliopolis (Baalbek) et de Hierapolis (Membij), était célèbre dans toute la Syrie.

    la famille régnante, les Samsigeramides, avait gardé malgré l'annexion, toute sa richesse et son prestige. Leur fonction religieuse autant que politique, en faisait une dynastie sacerdocale

  nous verrons le destin etonnant d'un de leurs descendants, Julius Bassianus, grand pretre d'Emese.

 les personnages : dynastie des Sévères

  • La dynastie imperiale des Severe a duré plus de 40 ans (193 - 235).
  • famille ancienne avec plusieurs ecrivains, poètes et rheteurs
  • trois groupes principaux nous interessent ici :

  Septime Severe et ses fils, Caracalla et Geta

  les Syriennes epouses et mères de la dynastie

   les empereurs syriens, deux cousins : Héliogabale et Alexandre

 SEPTIME SÉVÈRE (194)(Leptis Magna, Tunisie : 146 Eburacum (York): 211) : DALLAS A ROME

Septime Sévère était monarque absolu, stratège hors pair  et ambitieux sans scrupules

  • Il avait fait carrière militaire en Orient dans une guerre civile contre le préfet de Syrie, Pescennius Nigerum puis contre les Parthes. Comandant de la IVème légion romaine à Antioche, il fait la rencontre de Julia Domna, fille du grand-pretre d'Emese, Bassianus et va l'épouser.
  • Il meurt en 211 à York en laissant deux fils  qui vont debvenir tous deux empereurs

 

CARACALLA ET GETA :  UN DRAME SHAKESPIRIEN ?

 CARACALLA (211) (Lyon 188 - Carrhae, Harran 2l7) et GETA

  • le fait marquant de son règne est la promulgation de l'édit qui conféré le droit de cité romain à tous les hommes libres de l'Empire
  • en 212, il fait assassiner son frère et co-emprereur Geta mais il doit quitter Rome où Geta était très populaire : il va s'établir en Syrie à Antioch.
  • Laissant sa mère, l'impératrice douairiere Domna, à la tête de l'Empire, il mène la guerre contre les Parthes dans l'arrière pays syrien et  va périr à son tour de mort violente, assassiné à Haran  par son Prefet pretorien, Macrin

 

LES IMPERATRICES SYRIENNES : LES ANCETRES DES MEDICIS ?

 Julius Bassianus, le grand pretre d'Homs avait deux filles : Domna et Maesa

 JULIA DOMNA

A épousé Septime Severus, quand il n'était que commandant libyen d'une légion romaine stationnée près d'Emesa. Ils avaient eu deux fils, Caracalla et Geta, empereurs au destin, nous l'avons vu,  tragique. 

  • Geta etait le préféré de sa mère : Caracalla l'a fait assassiner sous les yeux de sa mère : l'historien romain Dio nous montre Geta pleurant et suppliant " maman, maman, aide moi."..
  • lorsque Caracalla, son fils ainé, est assassiné à son tour, Domna sombre dans la dépression et ne tarde pas à mourir (certains parlent d'une tumeur du sein ?)
  • dérision suprème : elle avait demandé à être enterree avec Geta mais sa sœur Maesa, a fait exhumer son corps et en reunir les ossements à ceux de Caracalla.

 

 JULIA MAESA

La soeur de Domna, a épousé un magistrat impérial syrien Julius Avitus Alexianus, et en a eu deux filles, Soaemias et Mamaea, qui vont devenir, respectivement, mères de Varius (Héliogabale) et Alexianus (Alexandre Severe). Elle était aussi douée pour la politique et les "combinazione fiorentine" de toutes sortes que sa soeur

 Comment se débarrasser d'un obstacle sur la voie du trône ?

  • Maesa, devenue veuve et chef de famille, a cherche à éliminer Macrin qui avait succédé à son neveu Caracalla et l'avait bannie à Emesa avec ses petit-fils et leurs mère.
  • la tactique de Maesa était simple mais efficace : elle vivait à Emese, entourée de serviteurs fidèles, et avait librement accès au trésor du temple, tandis que Macrin, au contraire, était, aux dires des militaires, trop bon gestionnaire pour ne pas dire avare
  • En mai 218, Macrin est executé en Chalcedoine et Varius (Héliogabale) devient le premier empereur syrien à ma suite de savantes manœuvres de sa grand-mère

 

Comment devenir Severe quand on ne l'est pas vraiment ?

  • Varius et Alexianus étaient les seuls membres masculins de la dynastie mais ne l'étaient que par leur grande tante, Domna.
  • Après la mort de ses deux gendres, Maesa, avec l'aide de ses filles, répand la rumeur que ses petits fils étaient en réalité enfants adultérins, nés de Caracalla
  • à dire vrai, la réputation de Soaemia donnait quelque bases à ces assertions...

 

Comment remplacer un petit fils par un autre?

            A la mort d'Héliogabale, assassiné avec sa mère en 222, la rumeur courut que le coup d'État avait été monté par la grand mère qui voulait à tout prix faire monter son autre petit fils, Alexandre, sur le trône.

 ELAGABALE ET ALEXANDRE SEVERE : LES COUSINS TERRIBLES D'HOMS

 Vers la fin du premier millénaire de Rome (218-235), deux jeunes syriens d'une même famille arrivent à Rome : ils y deviendront tous deux empereurs. Enfants, ils avaient été très proches l'un de l'autre, leurs mères sont parvenues à en faire des ennemis mortels.

 ELAGABALUS (HELIOGABAL) (218) Varius Avitus Bassianus (Emese 204 - Rome 222)

 qui était reellement Heliogabal ?

Varius ou Héliogabale ?

  • le nom choisi par la posterité, Elaiagabal (El Gelba), évoque le culte du Baal solaire d'Emese, dit Elagabalus en latin, ou Heliogabalus en grec, "helios", le soleil.
  • le modèle officiel proposé à Varius était Marcus Aurelius Antoninus, l'empereur philosophe, auteur des Méditations : c'était une adoption doublement frauduleuse, œuvre de Maesa, mais une référence aux annales des Severes.
  • Septime Severe, en effet, avait pris la décision étonnante d'adopter à titre posthume Marc Aurele comme son père, se faisant ainsi frère de l'empereur Commodus. De cette façon, le fils de Septime, Caracalla, avait pu recevoir le nom de Marcus Aurelius Antoninus. 

 

Varius le variable

  • Selon les dires du temps, le nomvéritable d'Héliogabale, "Varius" était tout à fait justifié :
    • Enfanta difficile  maisde tendre
    • rebelle mais fidèle à ses origines
    • débauché mais mystique
    • Une sculpture du musée Capitolin, mieux que les pièces de monnaie, aide à comprendre le charme de cet ephebe insolent
    • Nous parlerions aujourd'hui de charisme pour ce danseur dont la vie n'était qu'une représentation théatrale permanente...

 

Vaius le "provo"

  • Dès la première année du règne, à l'âge de 14 ans, lors du séjour à Nicomedia, (Izmit, sur la mer de Marmara) de la famille impériale en route vers Rome, Heleiogabale se révèle doue pour le scandale :

     il commence par refuser de porter une toge, la laine lui donnait trop des démangeaisons, ou une armure, c'était  trop lourd et il ne tolérait que la soie au contact de sa peau. 

      Il fait part de son projet d'entrer dans Rome en robe longue coiffé d'une tiare couverte de bijoux et portant au pied des sabdales de danseur.

    Le jour où l'amant de sa mère, Gannys, lui fait reproche de sa conduite, il réplique en le giflant. Gannys sort son épée, Varius apppelle à l'aide et le fait tuer par ses soldats.

  • Héliogabale paraît avoir toujours eu un sens aigu du théatre en organisant des spectacles toujours plus étonnants :

   mariages libres d'hommes et de femmes suivis d'union en public

     repas "coordonnés" avec des mets d'une même couleur (blancs, noirs, ou pourpres)

   banquets surréalistes réunissant des invités chauves, hernieux ou des prostituées borgnes

  • Le grand plaisir de l'empereur avoir toujours été de scandaliset la société romaine. Il y apporte toute l'énergie de sa jeunesse, l'acidité dévastatrice de son humour et un goût morbide pour les "practical jokes", allant, parfois, jusqu'au sadisme :

   sénateurs âgés forcés de s'habiller en "drag queens" coiffés de résilles et de danser avec lui ou sa troupe d'acolytes...

       coussins musicaux

        lions laches sur les convives ivres mort ou ennuyeux

 Héliogabale le mystique

L'arrière petit-fils du grand-pretre d'Emese avait une autre face de sa personnalité, et dont il ne faisait pas mystère, le goût du religieux :

  • En tant qu'empereur, avec la charge de Pontifex Maximus, Pontiffe suprême du culte romain officiel, il a voulu, par tous les moyens, imposer aux Romains le culte d'Elaiagabal, le dieu du soleil d'Emesa entrant au Pantheon romain, sur un rang supérieur à celui de Jupiter ou de Neptune..
  • On dispose de peu d'informations sur les rites de la déesse 'Atagatis ou de Cybèle à Hierapolis en Phrygie (Asie mineure) mais on ignore tout des cérémonies religieuses dédiées à Eliagabal : peut être des sacrifices humans, castration ou prostitution.
  • L'objet principal du culte était le bétyle, grande pierre noire, un météorite à ce que Pline assure, figuré sur des pièces de monnaie comme une ruche;  ou un phallus. Après la mort d'Héliogabale, le bétyle retourna en Syrie où l'on perd sa trace. Il serait intéressant de rechercher ce qui est arrivé à cet objet pourtant indestructible...

 la mort tragique d'un artiste

  • La popularité d'Heliiogabale était comparable à celle de nos vedettes du rock
  • Cependant, le comportement étrange de l'empereur suscitait, de plus en plus, méfiance et hostilité dans la haute société romaine, pourtant blasée.
  • Tout se termine en 222, lorsque Héliogabale et sa mère Soaemias sont assassinés, peut être à l'instigation de sa grand mère Maesa qui voulait faire monter Alexandre, sur le trône.

 

 ALEXANDRE SÉVÈRE (222) (Arca Caesarea, Phenicie   205 -  Germanie 235)

Le règne d'Alexander a duré trois fois plus longtemps  que celui d'Héliogabale, et dans un style tout différent : peut être opourra-t-on observer qu'il était certainement plus intéressant de diner Elagabalus avec qu'Alexandre ?

       Alexandre était un jeune homme (17 ans !) docile : après la mort de la grand-mère, Maesa, le pouvoir est passé aux mains de sa mère Mamaea qui avait ecarté l'épouse, Orbiana,
•       les mesures les plus nécessaires ont été mises en route avec discernement : baisse des impôts, réévaluation monnétaire, politique de prêts à intérêt modéré. En même temps que se conduisaient des opérations militaires contre les Perses et les Germains,. amélioration des conditions de vie des militaires
•       l'armée restait cependant hostile à Alexandre et organisa son assassinnat ainsi que celui de sa mère, Mamaea, lors d'une campagne en Germanie.

 Ainsi, ces "enfants terribles" que tout opposait ont eu bien des points communs :

  • mères dominatrices qui les ont fait monter, par un coup d'État, sur le trône alors qu'ils etaient encore adolescents
  • morts tout jeunes, Varius à 17 ans, Alexianus 30  ans, assassinés par leurs soldats.
  • leurs mères ont péri avec eux et de la même façon

 

CONCLUSIONS

 
le destin d'Homs
•   Emese va perdre tout pouvoir politique, si ce n'est pour une breve période lorsque Uranius Antoninus a voulu prendre le pouvoir au temps de l'anarchie romaine.
  • Citons encore Philippe l'Arabe (né en Trachonitide, Arabie (au delà du Jourdain, région sud de Damas ) en 204 - mort à Verone 249) qui eut l'honneur l'honneur de célèbrer en personne le 1000ème anniversaire de la fondation de Rome.
  • carrefour des grandes routes commerciales, Homs (Emesa ) est restee une ville prospere pendant encore plusieurs siècles.
  •  

le regne des empereurs syriens

•   certes, l'époque des empereurs syriens est celle du coup d'État permanent.
•   cependant c'est pour la Syrie une période d'opulence commerciale, d'urbanisme actif et de développement de l'agriculture
•   le règne a duré moins d'un demi-siècle mais c'est la dernière des grandes époques de la Rome Antique avant le grand schisme de Byzance.

 

la marche des civilisations

  • épicentre en Orient de la civilisation méditerranéenne  ECO
  • cheminement oriental des civilisations de l'Est vers l'Ouest, la route du Soleil
  • Orient et Rome : Europe et Etats Unis  ?  OREE

 

 

a.fabre.fl@gmail.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 29/07/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site