François Bernier

 A. J. Fabre                                     juillet 2014

FRANCOIS BERNIER (1625-1688) 

UN PHILOSOPHE GRAND VOYAGEUR AU SIECLE DE LOUIS XIV

FrançoisBernierétait  né àJoué-Etiau en Anjou.

Il était fils d'un fermier deChanzeaux, dans le pays de Loire. Son père mourut très tôt mais le curé du village sut déceler chez l'enfant de grandes aptitudes intellectuelles et l'envoya à Paris faire ses études au Collège de Clermont, le futurLycée Louis-le-Grand. Là, François rencontre un autre élève, Claude-Emmanuel Lhuillier, dit Chapelle, fils d' unconseillerauparlementet futur grand ami de Cyrano de Bergeracet de Molière. Par son intermédiaire François rencontre le philosophePierreGassendidont il devient  secrétaire. Présenté à l'ambassadeur de France  enPologne et en Allemagne, Louis d'Arpajon, il part avec sa suite voyager dans toute l'Europe centrale.

En 1652,François va faire un séjourprolongé avecGassendidans lesud de la France et décide d'entreprendre  à Montpellier ses études de médecine. et il y obtient son diplôme

Il part ensuite en  long voyage en Orient qui l'amène  en Palestine, en Egypte, où il reste un an au Caire, l'Arabie, et, malgré la guerre qui y règne,  Ethiopie.

En1658, ildébarqueàSuraten Inde, dansl'État du Gujarat. Ilva devenir rapidement médecin personnel de Dara-Shikoh gouverneur du BiharFracis. Berner sera ensuite médecinà la courd'Aurangzeb, ledernier des grandsempereurs moghols.

Emmené par Aurangzeb au Cachemire, il sera le premier européen à pénétrer sur ce territoire. Il part ensuite àl'autre extrêmede l'empire de l'Empire, au Bengale.

Bernier occupe alors une position importante à la cour des Moghols : il a même accès àl'harem impérial.

Après sa visite au  Cachemire, Bernier va rencontrer d'autres voyageurs célèbres  Jean-Baptiste Tavernier puis le chevalier  Chardin

En 1688 Bernier revient à nouveau  àSuratpour rédiger  un mémoiresur le commerceindien ç la demande de  Jean-Baptiste Colbert qui vient de fonder la Compagnie desIndesOrientales).

En 1669,Bernierrevient àParis, et il va y connaitre quelques ennuis pour avoir pris la défense des idées deRenéDescarte de la capitales. Il participe cependant de près à la vie de la capitale, fréquentant les grandssalons littéraires, comme  celui deMargueritede la Sablière, quilui fera rencontrer  Jean de La Fontaine etNinon deLenclos.

En 1685,Berniers'est rendu à Londresoù il  rencontreHortenseMancininiècedu cardinalMazarin puis  revient à Parisviales Pays-Bas, où il ren visite à son correspondantphilosophique PierreBayle.

Bernierest morten 1688, l'année qui a vula publication de son"Lettre sur lequiétismedes Indes". En 1684, il avait publié dans le "Journal des sçavans (sans donner de nm d'auteur) " Nouvelle Division de la Terre par les différentes Espèces ou races d’homme qui l’habitent, envoyé par un fameux Voyageur à M. l’abbé de la *** à peu près en termes ",  première tentative de classification théorique de l’humanité en "races". Ces prises de sition discutables ont couté fort cher à Bernier : ;la postérité a relégué dans l'ombre ce précjurseur du siècle des lumières 

 

adresser les commentares à a.fabre.fl@gmail.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 09/10/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site