Freud, la passion secrète

A.J. Fabre

 

A.J. Fabre                                                         Décembre 2016

FREUD, PASSIONS SECRETES

(A propos d'un film de John Huston en 1962, pour Universal Pictures,c  Montgommery Clift, Susann York, Fernand Ledoux sur un scénario de Wolfgang Reinhardt, grand spécialiste de Freud).

Afficher l'image d'origine

Les trois grandes étapes de  la carrière de Freud  sont évoquées de façon assez libre par les scenaristes :

Les débuts à l'hôpital général de Vienne dans le service d'un psychiatre célèbre : Theodor Meynert

Au milieu des années 1880, arrivée à Vienne des théories  de Jean Marie Charcot et de son École de la Salpetrière

A partir de 1905, Freud développe son concept de "transfert psychanalytique"

Il était permis d'attendre beaucoup d'un film retracant la vie du grand maître de la psychanalyse tourné par un des plus meilleurs metteurs en scene d'Hollywood mais les résultats ne furent guère à la hauteur des esperanes.

Tout d'abord, le choix de Montgomery Clift : le rôle de Sigmund Freud était a priori fait sur mesure pour le célèbre acteur des "Misfits ". Malheureusement un grave accident de la route venait de le  defigurer : désormais son expression faciale était très limitée et il fallait se limiter à montrer son profil droit. Deplus, l'acteur avait sombré dans l'alccolisme et la drogue et souffrait de graves problèmes d'équilibre et d'une cataracte bilaterale

Il devint peu à eu impossible à Clift de contrôler ses gestes et même de se remémorer un dialogue et il fallut afficher les repliques sur divers objets du décor ou  sur l'étiquette des bouteilles

Là-dessus vient  l'histoire de Marilyn Monroe à qui Huston avait initialement voul donner le rôle de Cecily Koertner, la malade nevrosée amoureuse de son père. Marilyn s'etait declarée prete à tenir ce rôlemais au dernier moment elle refusa sur les conseils…de son psychotherapeute Finalement le rôle échut à Susannah York, qui avait sur le rôle, des idées personnelles émoignées de celles de Huston.

Brochant sur le tout, bien des discordes surgirent sur le scénario : initialement c'est le célébrissime philosophe Jean Paul Sartre qui avait été retenu par Huston soucieux de donner à son œuvre une vraie dimension littéraire. Sartre se deplaca jusqu'en Irlande pour rendre visite à Huston dans sa maison. La petite histoire assure qu'il tenta en vain durant cette visite, d'hypnotiser Huston mais n'y parvint jamais…

Il s'ensuvit d'ncessantes qurelles entre Sartre et  Huston qui l'accusait de truffer le scenarion de ses prores fantasmes psychiatriques. Ainsi, la scène prévue par Sartre où Freud caressait une jeune et jolie fille n'ayant d'autres vêtements que ses bas noirs

En fin de compte Sartre "accoucha" d'un script de 95 pages, prévu pour durer …quatre heures. Un second essai se revela encore plus long : huit  heures!

Huston a suggéré des coupes, mais Sartre refusa en disant : "On peut faire un film de quatre heures quand il s'il s'agit de "Ben Hur"…"

Au terme d'incessantes querelles,   Sartre enonca en damndant que son nom soirt retiré des affiches et Huston demanda au grand spécialiste "Freudien" Wolfgang Reinhardt de prendre la suite? Finalement toutechut à Hinished off avec le scénariste Charles Kaufman.

 Tout ce qui substsista du scenarion initial fut l'idée de centrer le rôle de Freud sur ses relations avec Cecily Körtner, le personnage principal féminin

Ce ne fut  pas un succès phenomenal au "Bix office" de Hllywood. Certes, le Times a déclaré  Freud comme l'un des dix meilleurs de l'année, mais le New Yorker n'a pas aimé la performance de Clift, en disant qu'un jeune américain des années soixante avait peu à voir avec un juif vénérable sombre dans les années 1880

The London Observer, était sarcastique au sujet des «yeux de basilic gelés» de Clift, ce que les réalisateurs de films commerciaux pensent que les visionnaires devaient avoir. »

 En fin de compte Anna Freud a répudié le film de sa manière la plus magistrale. "À notre avis, ni le fait historique ni scientifique sur la personne, Sigmund Freud, ou son œuvre, ne peut être ou est véhiculé par le film, contrairement aux prétentions de ses producteurs."

 

[1] Le scénario avait initialement été confié à Jean-Paul Sartre, mais, après quelques dissensions avec John Huston, Sartre dema,nda à ce que son nom soit retiré .

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site