Georges CLEMENCEAU (1841-1929)(

A.J. Fabre                Janvier 2015

Georges CLEMENCEAU (1841-1929) 

Le plus célèbre des hommes politiques médecins français, Georges Benjamin Clemenceau est né, mais oui, sous le règne de Louis Philipe..., à Mouilleron-en-Pareds dans la Vendée, d'un père médecin, républicain progressiste et d'une mère protestante, Sophie Gautereau.

Après des études au Lycée de Nantes où il eut comme professeur le père de Jules Vallès, il commence ses études médecine à Nantes avant d'aller les poursuivre à Paris. il obtient son doctorat 1865 avec une thèse intitulée "De la génération des éléments anatomiques",

Après une déception amoureuse, Clemenceau, en 1865 quitte la France pour l'Angleterre puis s'embarque pour les Etats Unis. Là, il devient professeur de français (et d'équitation...) dans un collège de jeunes filles de la meilleure société du Connecticut, à Stamford[1] Là, Il tombe amoureux de la plus jolie de ses élèves Mary Plummer et tout va se co,clure par un mariage à New York en 1869. Après la naissance de leur fille ainée, Madeleine, en 1870, le couple partit vivre en France mais tout va se terminer en 1876 par un divorce. Mary ne revint pas aux Etats Unis : elle vécut, tout le restant de sa vie, en France gardant, à ce que l'on assure, dans son appartement, une pièce amenagée en musée du souvenir de son grand homme.

Au retour des Etats Unis, Clemenceau abandonne la médecine et s'engage entièrement dans la politique

Devenu membre du Parti radical "tendance-libéral". Il est rapidement élu maire de Montmartre puis, l'année suivante, député radical-socialiste. Aux heures dramatiques de la Grande Guerre il prend, à 76 ans ! il est appelé à prendre les fonctions de -premier ministre et de ministre de la guerre Son énergie farouche face à l'épreuve que traversait son pays lui a valu le surnom de "Tigre", puis de "Père la Victoire".

Après la guerre déçu de s'être vu préférer Deschanel à la présidence de la République, il consacre sa retraite aux voyages. Il connaissait déjà les deux Amériques, il va visiter l'Egypte: les Indes et l'Angleterre où il va rencontrer Kipling, Lloyd Georges et Winston Churchill..

En 1919, Il avait de peu échappé à la mort : un militant anarchiste avait tiré sur lui plusieurs coups de feu et l'intervention ne put extraire une balle logée près du cœur. A peine remise ses blessures, Clemenceau se rendit au procès du coupable et trouva la force de plaisanter sur son assassin : "Nous venons de remporter la plus terrible guerre de l'histoire, mais ici, c'est un Français qui rate sa cible 6 sur 7 fois à bout portant. Bien sûr, cet homme doit être puni pour l'usage négligent d'une arme dangereuse et sa mauvaise adresse au tir. Je suggère qu'il soit enfermé depuis huit ans, avec une formation intensive dans un stand de tir "Cottin échappa à la peine capitale mais ce fut pour trouver la mort, à sa sortie de prison, durant la guerre de 1936 en tant que militant de l'internationale espagnole,

Cmeùenceau meurt, à l'âge de 88 ans, dans son domicile parisien du 8 de la rue Benjamin Franklin, près de la maison de Balzac. C'est un appartement de trois pièces sur jardin devenu musée : au premier étage, une galerie exposant de nombreux souvenirs du "Tigre", mais aussi le célèbre manteau et les guêtres qu’il portait durant la guerre lors de ses visites au Front

On l'oublie trop : Clemenceau fut aussi un auteur littéraire et quelques uns de ses livres mériteraient de sortir de l'oubli : "Au pied du Sinaï", "Démosthène", "Au soir de la pensée" et surtout "Claude Monet, les Nymphéas", hommage personnel témoignant d'une longue amitié. [2]

De nos jours, on ne lit plus les livres de Clemenceau mais on se souvient de ses immortelles citations :

(Réponse au candidat qui se disait prêt à prendre la place d'un ministre qui venait juste de mourir) "Entendu! Vous n'avez qu'à vous arranger avec les pompes funèbres!"

Briand est capable de mentir même quand c'est inutile

ll suffit d’ajouter militaire à un mot pour lui faire perdre sa signification. Ainsi la justice militaire n’est pas la justice, la musique militaire n’est plus la musique.

La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts.

La plus petite unité de mesure de poids, c'est le milligramme, la plus petite unité de mesure de volume, c'est le millilitre, la plus petite unité de mesure de l'intelligence, c'est... le militaire!

Le gouvernement sème des fonctionnaires et le contribuable récolte des impôts.

Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins.

Nous ne faisons qu'une imprudence dans notre vie, mais elle est de taille: c'est de naître.

On ne ment jamais autant qu’avant une élection, pendant la guerre et après la chasse

Tout le monde peut faire des erreurs et les imputer à autrui: c'est faire de la politique.

Un ministère est un lieu où les fonctionnaires qui arrivent en retard croisent ceux qui partent en avance.

Pour mes obsèques, je ne veux que le strict nécessaire, c’est-à-dire moi. "

 

Envoyer vos commentaires à a.fabre.fl@gmail.com



[1] On ne confondra pas deux collèges de haut rang aux Etats Unis : Stamford au Connecticut) et Stanford en Californie.

[2] Clemenceau Georges, "Au pied du Sinaï"(Ed. Georges Crès & Cie, Paris, 1920), "Au soir de la pensée"(Ed. Plon, Paris, 1927) et surtout "Claude Monet, les Nymphéas', hommage personnel témoignant d'une longue amitiés (Ed. Bartillat, Paris, 2010)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site