Guido de Bagnolo le médecin de Chypre

 

GUIDO DE BAGNOLO (1320-1370) MEDECIN DE CHYPRE

 Né vers 1320 en Emilie, Guido fit ses études à l'Université de Bologne mais, une fois obtenu ses diplômes de medecin, partit s'installer à Venise. On possède encore le document enregistrant son inscription à la Fraternité Saint-Marie de la Charité, une confrérie laïque située près du pont de l'Academie.

A 29 ans, Guido avait déjà acquis, par son intelligence et son savoir une grande renommée : il fut ainsi mandaté par le Senat pour partir à Chypre, alors possession vénitienne, en tant que médecin du roi Hugues IV de Lusignan[1]. Après la mort de son bienfaiteur, Guido va rester à Chypre et devenir médecin personnel et conseiller du nouveau roi, Pierre Ier[2].

En 1359, il est de retour à Venise, où le Doge Giovanni Dolfin lui confère solennellement le titre de citoyen de la ville.

Trois ans plus tard, Guido repart pour Chypre et va accompagner le roi Pierre dans une longue tournée diplomatique destinée à obtenir quelque soutien dans la guerre de Chypre contre les Turcs. Guido parcourt ainsi l'Europe entière, de Cologne à Prague, passant par Gènes, Milan, Avignon, Bruges, puis c'est à nouveau Venise

C'est là que Guido, en 1362, va faire la connaissance du grand poète Pétrarque tout juste arrivé de Padoue où sévissait la peste. S'en suivront de nombreuses rencontres dans la maison où vivait Pétrarque, Riva degli Schiavoni. Chez Pétrarque, se tenaient d'amicale joutes où était discuté pendant des heures les œuvres d'Averroès[3] ou d'Aristote.

En 1363, Guido, à présent intégré dans la haute bourgeoisie Vénitienne, va donner une réception fastueuse pour accueillir un autres des grands noms de l'époque, Boccace, venu rendre visite à Pétrarque.

En Octobre 1365, Guido reçoit du roi Pierre, partant en expédition contre l'Egypte, charge de représentant à Venise de la diplomatie Chypriote. Dès lors, il ne quittera plus sa ville où il mourra à peine âgé de cinquante ans, laissant une collection unique de manuscrits.

Guido da Bagnolo fut enterré au cloître du couvent de la Basilique des Frari avec, sur sa tombe, une grande épitaphe rendant hommage à ses talents de diplomate et de rhéteur : L'autorité d'un chef et l'éloquence d'un prêcheur [4] 

Bibliographie : A.J. Fabre "Les médecins de Venise" (Ed. L'Harmattan, Paris, 2014)

 

Adresser vos commentaires à a.fabre.fl@gmail.com

 



[1] Hugues IV de Lusignan (1294-1359) a été, roi de Chypre à la mort de son oncle Henri II, en 1324. En 1344, il s'unit à la Ligue de Venise et des chevaliers de l'Hôpital, détruisant la flotte turque à Smyrne pour s'emparer de la ville.

[2]Pierre Ier de Lusignan (1328-1369) était fils de Hugues IV et d'Alice d'Ibelin, fut roi de Chypre de 1358 à 1369. Il périt au Palais de La Cava, à Nicosie, assassiné par une faction de nobles le 17 janvier 1369, probablement sur ordre de ses propres frères Jean de Lusignan, prince d'Antioche, et Jacques de Lusignan.

[3] Voir la note n° 20.

[4] "Gesta ducum referens et sic sermone disertus".

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site