Jacques-Bénigne (Jacob Benignus) Winslow (1669-1760)

A.J. Fabre                           Mai 2015

Jacques-Bénigne (Jacob Benignus) Winslow  (1669-1760)                       

Jacques-Bénigne Winslow était un chirurgien anatomiste célèbre dans e paris du XVIIIème siècle. 

Il était né au  Danemark d'une famille de 13 enfants d'un père pasteur de l'église Vor Frue Kirke(Notre-Dame) d' Odense. Il  alla étudier la théologie à Copenhague, mais sa vocation était la médecine et surtout l'anatomie.

 Il partit donc étudier chez les meilleurs anatomistes de son temps : d'abord William Cheselden (1788(1852) à Londres, puis Alexander Monro I (1697-1757) à Edimbourg et Bernhard Siegfried Albinus (1697-1770)  aux Pays Bas, à Leyde

De  retour dans son pays Winsløw a travaillé avec  plus grands chirurgiens danois de son pays : Oluf Borch (1626-1690)  Johannes de Buchwald (1658-1738) et plus tard sous Thomas Bartholin (1616-1780). C'est à Copenhague que, en 1693, Jacques Beningne et a reçu son diplôme de baccalauréat

 Winsløw obtenu une bourse royale en 1697 pour aller étudier à Paris étudier l'anatomie et de chirurgie sous la direction de  Joseph-Guichard Duverney,(1648-1730) "star" du célèbre  l'Amphithéâtre St Come, toujours visible de nos jours au 5 de la rue de l'école de médecine.

En 1700,. Winsløw se convertit au catholicisme, sous l'influence de Bossuet et il va désormais porter son prénom : "Jacques Benigne".

En Octobre 1704 Winsløw obtient sa licence de médecin à l'Hôtel Dieu puis, en 1705, son diplôme de docteur en médecine. La même année, il est nommé professeur d'anatomie. En 1709, il enseigne la Physiologie à l'Hôpital det Bicêtre, en 1722, l'Anatomie et en 1728 il accède au titre de  "Docteur-Régent "à la Faculté de médecine  de Paris et en 1743 à la Chaire d'Anatomie au Jardin royal des Plantes médicinales.

En 1743 il construisit une salle de dissection encore visible de nos jours, 13-15 rue de la Bûcherie, près des quais de la Seine . Les assemblées de la Faculté avaient lieu régulièrement dans une salle du premier étage, que décoraient les portraits des doyens et qui allait de plain-pied avec une chapelle où tous les samedis se célébrait une grande messe. C'est aussi là qu'on procédait à toutes les élections, que la robe et le bonnet se portaient en grande cérémonie et que les examens se tenaient à l'issue de l'office religieux du samedi.

Le poste qu'il conserve jusqu'en 1758 quand il a pris sa retraite en raison de la surdité. Il a vécu à Paris jusqu'à sa mort. Il est enterré dans l'église de Saint-Etienne-du-Mont aux cotés de Blaise Pascal et de Jean Racine 

Oeuvres : "Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort et l'abus des enterrements et embaumements précipités" (1742)[1]

Adresser vos commentaires à  a.fabre.fl@gmail.com

 



[1] Jacques Eile Winslow, " Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort et l'abus des enterrements et embaumements précipités "(Ed. Simon, rue de la Parcheminerie,  Paris, 1742)

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 11/05/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site