Jacques-Bénigne (Jacob Benignus) Winslow (1669-1760)

A.J. Fabre                           Mai 2015

Jacques-Bénigne (Jacob Benignus) Winslow  (1669-1760)                       

Jacques-Bénigne Winslow était un chirurgien anatomiste célèbre dans e paris du XVIIIème siècle. 

Il était né au  Danemark d'une famille de 13 enfants d'un père pasteur de l'église Vor Frue Kirke(Notre-Dame) d' Odense. Il  alla étudier la théologie à Copenhague, mais sa vocation était la médecine et surtout l'anatomie.

 Il partit donc étudier chez les meilleurs anatomistes de son temps : d'abord William Cheselden (1788(1852) à Londres, puis Alexander Monro I (1697-1757) à Edimbourg et Bernhard Siegfried Albinus (1697-1770)  aux Pays Bas, à Leyde

De  retour dans son pays Winsløw a travaillé avec  plus grands chirurgiens danois de son pays : Oluf Borch (1626-1690)  Johannes de Buchwald (1658-1738) et plus tard sous Thomas Bartholin (1616-1780). C'est à Copenhague que, en 1693, Jacques Beningne et a reçu son diplôme de baccalauréat

 Winsløw obtenu une bourse royale en 1697 pour aller étudier à Paris étudier l'anatomie et de chirurgie sous la direction de  Joseph-Guichard Duverney,(1648-1730) "star" du célèbre  l'Amphithéâtre St Come, toujours visible de nos jours au 5 de la rue de l'école de médecine.

En 1700,. Winsløw se convertit au catholicisme, sous l'influence de Bossuet et il va désormais porter son prénom : "Jacques Benigne".

En Octobre 1704 Winsløw obtient sa licence de médecin à l'Hôtel Dieu puis, en 1705, son diplôme de docteur en médecine. La même année, il est nommé professeur d'anatomie. En 1709, il enseigne la Physiologie à l'Hôpital det Bicêtre, en 1722, l'Anatomie et en 1728 il accède au titre de  "Docteur-Régent "à la Faculté de médecine  de Paris et en 1743 à la Chaire d'Anatomie au Jardin royal des Plantes médicinales.

En 1743 il construisit une salle de dissection encore visible de nos jours, 13-15 rue de la Bûcherie, près des quais de la Seine . Les assemblées de la Faculté avaient lieu régulièrement dans une salle du premier étage, que décoraient les portraits des doyens et qui allait de plain-pied avec une chapelle où tous les samedis se célébrait une grande messe. C'est aussi là qu'on procédait à toutes les élections, que la robe et le bonnet se portaient en grande cérémonie et que les examens se tenaient à l'issue de l'office religieux du samedi.

Le poste qu'il conserve jusqu'en 1758 quand il a pris sa retraite en raison de la surdité. Il a vécu à Paris jusqu'à sa mort. Il est enterré dans l'église de Saint-Etienne-du-Mont aux cotés de Blaise Pascal et de Jean Racine 

Oeuvres : "Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort et l'abus des enterrements et embaumements précipités" (1742)[1]

Adresser vos commentaires à  a.fabre.fl@gmail.com

 



[1] Jacques Eile Winslow, " Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort et l'abus des enterrements et embaumements précipités "(Ed. Simon, rue de la Parcheminerie,  Paris, 1742)

 

Date de dernière mise à jour : 11/05/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site