Jacques SOURDILLE (1922-1996)

A.J. Fabre                                    Février 2015

Jacques SOURDILLE (1922-1996)(France) 

Jacques Sourdille était né à Nantes où son père était universitaire à la Faculté, spécialisé en oto-rhino-laryngologie.

Au moment de l'exode juin 1940, la famille se refugie à Bordeaux d'où Jacques Sourdille, âgé d'à peine 18 ans, pensait gagner l'Angleterre pour rejoindre les Forces Françaises Libres. Tous les bateaux étant réquisitionnés, il revient à Paris pour y commencer ses études de médecine. Menacé d'être enrôlé au Service nazi du Travail Obligatoire, le STO, Jacques Sourdille entre dans un réseau clandestin anglais comme agent de renseignements. Arrêté à Flers en 1944 par la Gestapo, il est déporté au camp d'extermination de Neuengamme près de Hambourg. En avril1945, les survivants sont évacués à Lubeck et parqués sur des pontons exposés aux raids aériens. A l'arrivée des troupes britanniques, il n'y a plus que trois survivants parmi les 47 membres du groupe dont faisait partie Jacques Sourdille. Il est hospitalisé dans un état dramatique : émaciation profonde (il ne pèse que 33 kg…) tuberculeux, tout est brisé en lui sauf la volonté.

Après cinq années de sanatorium, Jacques Sourdille reprend ses études qui l'amènent de l'Internat au titre de Médecin des Hôpitaux de Paris, spécialisé en ophtalmologie puis universitaire, nommé Professeur agrégé d'ophtalmologie. Il va, à ce titre, enseigner à l'Université de Dakar, puis à Paris VII-Diderot.

Détaché auprès de l'Organisation mondiale de la santé en tant qu'Ophtalmologiste expert, il participe au programme de formation de santé publique de l'Afrique de l'Ouest, de 1983 à 19861.

En parallèle, il s'engage résolument dans la vie politique et cela, dès 1968, lorsque Georges Pompidou lui demande de présenter sa candidature aux élections législatives des Ardennes sous l'étiquette de l'Union des démocrates pour la République, l'UDR. Il élu et sera plusieurs fois réélu député, de1973 à 1977, de 1978 à 1981 et de 1986 à 1988

En 1970 il devient conseiller général des Ardennes dans le canton de Grandpré, puis conseiller municipal à Sedan en 1973. Il va siéger au Conseiller régional de Champagne-Ardenne, dont il deviendra président $$$ de 1974 à 1981. Il y développe une politique de régionalisation de la recherche en particulier dans le domaine de l'énergie solaire..

Son ascension politique va le conduire aux fonctions de ministre : en mars 1977 Raymond Barre lui confie le secrétariat d'État à la recherche. Pendant toute la durée de son mandat, Jacques Sourdille va faire progresser la recherche scientifique française en développant le recours à des enveloppes budgétaires spéciales.

Élu sénateur des Ardennes en 1989, Jacques Sourdille n'oubliera pas ses responsabilités de médecin. Rapporteur pour la commission des lois de textes importants sur la protection juridique des malades et des handicapés, sur la lutte contre le travail clandestin, il intervient à plusieurs reprises dans la discussion du projet de loi réprimant le trafic illicite de stupéfiants.

Il avait été élu Membre du Parlement européen d'octobre 1969 à juin 1973

Jacques Sourdille eut aussi de grandes responsabilités dans l'action syndicale au conseil fédéral de la Confédération générale des cadres.

Il n'est guère possible de faire un portrait de Jacques Sourdille sans mentionner sa remarquable force de caractère. Ses adversaires politiques y voyaient la marque d'un autoritarisme qui n'admettait guère la contradiction mais la personnalité de Jacques Sourdille était faite de contrastes, bohème durant sa jeunesse, perturbateur inlassable dans ses fonctions politiques, mais en famille, sachant montrer une affection profonde volontiers teintée d'humour.

Jacques Sourdille est décédé le 9 juillet 1996 à Paris mais sa tombe est dans les Ardennes, à Grandpré, au carré n°2, à la tombe n° 91.

Si l'on veut résumer la vie de ce médecin politicien hors du commun ce sera par les mots de René Monory, le du Sénat lorsqu'il lui rendit un ultime hommage : '' Toute sa vie, Jacques Sourdille a illustré le refus de soumission '".

Biographie Didier Bigorgne "Jacques Sourdille "( 2012 [1])

 

a.fabre.fl@gmail.com



[1] Bigorgne Didier, "Jacques Sourdille" (Ed. Société d'études Ardennaises, 2012

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site