jean heroard (1551-1628)

 Jean HEROARD (1551-1628) : UN MEDECIN FAIT  PROCES VERBAL DE L'ENFANCE DE SON PRINCE

A.J. Fabre                                               Octobre 2014 

Jean Héroard étai né, dans la Manche, à Hauteville-la-Guichard, issu d'une famille vouée à la fois au protestantisme et à la chirurgie : l'arrière grand père était médecin à Argenton,  le père, Michel, qui avait connu Calvin  à Genève, partit faire ses études de médecine à Montpellier, fief des idées libérales de l'époque en matière religieuse.  

On sait peu de choses de la jeunesse d'Héroard sinon qu'il participa en 1569 du côté des protestants au combat de Jarnac. Deux ans plus tard, on retrouve Héroard à Montpellier où il fait la connaissance du futur chirurgien de Henri IV,  Jacques Guillemeau[1] qu'il va retrouver plus tard à Paris, entamant une carrière chirurgicale brillante aux côtés d'Ambroise Paré. 

Par l'entremise de son ami Héroard va entrer au service de Charles IX qui l'engage comme "hippiatre", spécialiste dans le traitement des… chevaux. Il fait des études vétérinaires au terme desquelles, il publiera un Traité d"Hippostologie[2] 

Jean Héroard devient ensuite le médecin d'Henri III jusqu'à son assassinat en 1589. C'est Héroard lui même qui fit l'autopsiedu roi. Peu de temps après il est désigné par d’Henri de Navarre, huguenot qui allait monter sur le trône sous le nom d’Henri IV comme "médecin ordinaire" de son fils, , le futur Louis XIII et Héroard restera à ce poste jusqu'à sa mort .  

Il finit sa vie comme surintendant du Jardin royal des Plantes médicinales. 

Son journal[3], qu'il tint à jour durant vingt-sept années, est resté célèbre : il y est consigne très précisément tous les faits relatifs à la santé du dauphin. 

Jean Héroard est mort au camp de la Rochelle le 8 février 1628 dans sa soixante-dix-huitième année, "au service du roi, son maître, à la santé duquel il s'était entièrement dédié, moins curieux de richesse que de gloire et d'une incomparable affection et fidélité" comme il est dit dans sa biographie dans le grand dictionnaire Larousse. Son corps repose dans l’église de Vaugrigneuse, près de son château. 

Le Journal qu'il a laissé constitue un témoignage exceptionnel sur l'enfance du futur Louis XIII :  véritable  " procès-verbal d'une vie " le Journal précise tous les détails sur la santé du prince : les heures du lever et du coucher, de celles des repas avec leur composition détaillée, et même l'observation méticuleuse de ses fonctions physiologiques.

 

Envoyez vos commentaires à a.fabre.fl@gmail.com

 



[1] Jacques Guillemeau  (1649-1513) était lui même protestant issu d'une famille de chirurgiens :  fils du chirurgien de Charles IX, père de  Charles Guillemeau qui devint Doyen de la Faculté de Paris

[2] Héroard, Jean : " Hippostologie c'est-à-dire  Discours des os du cheval par M. Jehan Héroard, conseiller, médecin ordinaire et secrétaire duRoy (Ed. Mamert Patisson imprimeur ordinaire du Roy, 1599). Il s'agit d"un Traité d’ostéologie du cheval, dont les quarante-sept pages s’organisent en plusieurs parties, chacune consacrée à une région anatomique

[3] Ce journal a fait l'objet d'une réédition récente en 1989, avec un important travail d'analyse et de commentaires, sous la direction de Madeleine Foisil

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site