José Rizal (1861-1896)

 

A.J. Fabre                                                                            Javier 2015

Jose RIZAL (1861-1896) (Philippines) 

José Eizal, de son vrai nom, José Protacio Rizal Mercado y Alonso Realonda est héros national aux Philippines. Il eut certes une vie bien remplie car il fut à la fois médecin, peintre, sculpteur, poète, dramaturge et écrivain mais avant tout militant politique et en est mort.

Il était né à Calamba Laguna, le septième des onze enfants d'une famille à la fois chinoise et philippine et reçut de sa mère une éducation exceptionnelle : à trois ans, il connaissait l'alphabet, à huit ans, il parlait arabe, catalan, chinois, anglais, français, allemand, grec, hébreu, italien, japonais, latin, malais, portugais, russe, sanskrit, espagnol, tagalog, sans compter quelques unes des langues en usage dans les Philippines

Rizal est allé à Manille pour étudier au Lycée de manille. l'Ateneo Municipal puis à l'Université Centrale de Madrid, où il obtint son diplôme de médecin. Il poursuit ses études à la Sorbonne de Paris et à l'Université Ruprecht-Karls de Heidelberg, où il reçoit un second doctorat en médecine. Il va par la suite se spécialiser en ophtalmologue.,

Rizal état un homme d'immense culture qui il s'intéressait à tous les domaines de l'Art, pratiquant lui même la peinture et la sculpture : son œuvre la plus connue, intitulée "Le triomphe de la science sur la mort"[1] est une statue où une jeune femme une torche à la main symbolisé la science de Lumières..

Rizal s'était tout entier investi dans la cause de l'indépendance des Philippines, alors sous domination espagnole et son rêve était de. réunir tout l'archipel en une seule entité Philippine. Lorsqu'éclate la révolution aux Philippines, Rizal est parmi les premiers à mener la révolte mais il ne tardera à être arrêté. Il passe aussitôt en jugement rébellion et sera exécuté le lendemain au "Paseo de la Lunette " des fortifications de Manille,

Un film a été tiré en 1988 de sa vie : "José Rizal', tourné aux Philippines par Marilou Díaz-Abaya

Œuvres "Noli Me Tangere " ("Ne me touche pas") [2])roman qui dénonce les excès de l'occupation espagnole aux Philippine. Le titre fait référence à la parole de Jésus à Marie Madeleine (Jean 20:17 ), après sa résurrection : ""Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers mon père"…

 


 

[1] Cette sculpture est exposée au Musée Rizal de Manille,

[2] Rizal José " Noli Me Tangere" ‎ (Ed. Gallimard, Paris, 1984) et "El Filibusterismo" (Ed. F. Meyer van Loo Press, Gant, 1891)

 

Envoyer vos commentaires à a.fabre.fl@gmail.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site