Jean-François Regnard et la Laponie de 1681

LA LAPONIE EN 1681 PAR JEAN-FRANÇOIS REGNARD, DRAMATURGE ET VOYAGEUR DU MONDE

(Le voyage en Laponie de Jean-François Regnard)

                                                                                   André J. Fabre                     Octobre 2012   

Jean-François Regnard (1656-1710) naquit à Paris dans la famille d'un riche marchand de poissons. Très jeune, déjà, son goût le portait vers les voyages et, après de nombreuses aventures en Orient , il entreprit, en 1681, de visiter la Scandinavie.

 À Stockholm, Regnard est reçu par le roi Charles XI qui lui accorde une longue audience : "Ayant connu que nous voyagions pour nôtre curiosité, il nous dit que la Laponie méritait d'être vue par les curieux, tant par sa situation, que pour les habitants qui y vivent d'une manière tout à fait inconnue au reste des Européens, et commanda même au Comte Steinbielk Grand Trésorier, de nous donner toutes les recommandations nécessaires, si nous voulions faire ce voyage. Le moyen, Monsieur, de résister aux Conseils d'un Roi et d'un grand Roi comme celui de Suède?

Regnard part donc traverser le golfe de Bothnie jusqu'à Torneo ("la derniere Ville du Monde, du côté du Nord ") et, de là, part avec ses compagnons explorer la Laponie jusqu'aux confins du Cercle polaire : visitant d'abord le lac Torneträsk, aux bords duquel il va laisser une stèle commémorative de leur voyage puis  Kiruna et les mines de Swappavaara, pour revenir ensuite à Torneo où il vba séjourner près d'un mois. Au voyage de retour le groupe fait escale à Uppsala et part visiter les célèbres mines de cuivre Kopparberg qui vont inspirer à Regnard un récit étonnant où se mêlent des visions de l'Enfer de Dante et de l'Acheron de Virgile.

Le "Voyage en Laponie"est intéressant à plus d'un titre :

Tout d'abord les observations détaillées de Regnard sur la Nature : en témoigne le poème écrit dans une forêt :

"Tranquilles et sombres forêts

Où le Soleil ne luit jamais,

Qu'au travers de mille feuillages,

Que vous avez pour moi d'attraits !

Et qu'il est doux sous vos ombrages

De pouvoir respirer en Paix !

Que j'aime à voir vos Chênes verts,

Presque aussi vieux que l'Univers,

Qui malgré la nature émue

Et ses plus cruels Aquilons,

Sont aussi sœurs près de la nuée,

Que les épics dans les fillons !

Et vous impétueux Torrents,

Qui sur les Roches murmurants

Roulez vos Eaux avec contrainte,

Que le bruit que vous excitez,

Cause de respect et de crainte

A tous ceux que vous arrêtez !

Quelquefois vos rapides Eaux

Venant arroser les roseaux

Forment des Etangs pacifiques,

Où les Plongeons et les Canards

Et tous les Oiseaux aquatiques

Viennent fondre de toutes parts.

D'un côté l'on voit des Poissons

Qui sans craindre les hameçons

Quittent leurs demeures profondes,

Et pour prendre un plaisir nouveau,

Las de folâtrer dans les ondes,

S'élancent et sautent sur l'eau.

Tous ces Edifices détruits

Et ces respectueux débris,

Qu'on voit sur cette Roche obscure,

Sont plus beaux que les bâtiments,

Où l'Or, l'Azur, et la Peinture,

Forment les moindres ornements.

Le temps y laisse quelques trous

Pour la demeure des Hiboux,

Et les bêtes d'un cri funeste,

Les Oiseaux sacrés à la nuit,

Dans l'horreur de cette retraite,

Trouvent toujours un seul reduit."

Regnard sait nous montrer l'intérêt qu'il a pris à observer la vie animale de la Laponie : les élans, les rennes et les innombrables variétés d'oiseaux (hirondelles, faisans et snyeuripa ("l'oiseau des neiges"), mais aussi les loups également et… les moustiques, "la peste de la Laponie"

Quant aux Lapons, Regnard nous en laisse une longue description aussi bien pour leur aspect physique, que leurs mœurs, leurs habitations et leur équipement : canoës, traîneaux et skis, technologie.

Le chapitre consacré à l'alimentation est fort instructif : Le poisson (saumons, les brochets et les harengs) est l'"aliment de base" du Lapon mais que dire du "pain lapon" mélange d'aretes de poisson broyées avec de l'écorce de pin…

Le mets de choix reste la viande de renne : langue et moelle en sont les meilleurs morceaux mais le "saucisson"lapon ne manque pas d'étonner Regnard et ses amis puisqu'il s'agit de vessie de renne remplie de sang qu'on laisse se congeler toute une nuit dehors, coupées ensuite en rondelles et servies avec de la farine de poisson…

Le lait de renne est la boisson populaire par excellence. Les Lapons en font un fromage "sans saveur mais d'odeur forte"…

La mousse et une sorte de lichen blanchâtre sont très apprécies de même que les nombreuses baies sauvages qui poussent dans les forêts mais Regnard est confronté à une expérience éprouvante : une "marmelade" de groseilles mélangée à des œufs de poisson …Seul commentaire de Regnard : "J'étais prêt de défaillir…

 Les conditions sanitaires des Lapons sont l'objet de notations détaillées , ce qui paraîtra quelque peu insolite de la part d'un auteur du XVIIème siècle où ces préoccupations n'étaient guère de mise…

Une longue description est donnée des "Basses touches" , les bains de vapeur dont disposent partout les Lapons. Là, dans une chaleur torride, entretenue en versant de l'eau sur des pierres brûlantes, chacun se dépouille de ses vêtements et toute l'assistance, à la grande stupeur de Regnard, frères et sœurs, parents et enfant, se trouve, en quelques instants, dans la plus totale nudité. Mais le plus étonnant reste à venir : des jeunes filles armées de branches bouleau viennent flageller toute l'assistance qui sort en courant pour plonger dans les eaux glaciales d'un lac tout proche: "Je n'aurais jamais cru que les Bothnians puissent imiter les empereurs romains dans une telle  recherche du luxe et du plaisir "…

 Le chapitre sur la Médecine de la Laponie est des plus curieux :

Parmi le traitement employé comme emplâtre  : une mousse appelée "jeest "et notre Angélique officinale. La résine de sapin et le fromage de renne sont des "onguents divins" contre les gelures et toute une gamme de maux.

 Parmi quelques remèdes insolites : une mixture à base de bile de loup, de "brandevin "et de poudre à canon, ainsi qu'une "huile" obtenue en plongeant un fer rouge dans du fromage de renne.

Le dernier mot, lorsqu'il s'agit de nettoyer une plaie reste à l'application aussi longtemps que le patient peut tolérer la douleur d'un charbon de bois chauffé au rouge. "Les Turcs ", notes Regnard qui vécut longtemps à Constantinople, " font la même chose  et il n'y a pas de meilleur traitement "…

La longévité des Lapons ne manque pas d'étonner Regnard : "Certains sujets vivent 100 ans et plus…". Cela n'a rien d'étonnant pour un lecteur assidu de Molière, puisqu'il n'y a pas là bas de médecins…

 Les infortunes  de la vieillesse ne sont pas les mêmes en Laponie qu'en France : un Lapon qui vieillit perd seulement une part de ses forces : les chevelures grisonnantes sont tout à fait rares.  Le principal handicap des Lapons est  la cécité : "Leurs yeux naturellement fragiles sont détériorés par l'éclat du soleil reflété par  la neige et par la fumée des cheminées  brûlant la nuit et le jour dans les maisons ".

 L'alcoolisme, sujet bien rarement traité dans les ouvrages de cette époque, est partout présent en Laponie. Pas de meilleure manière, nous dit Regnard, d'exprimer ses sentiments que proposer d'énormes rasades d'akvavit  

Le plus insolite pour Regnard est la vie sexuelle des Lapons :  la liberté est totale dans ce domaine et il n'y a jamais ni mensonge ni tricherie, encore moins de jalousie… L"explication donnée est simple: "De même qu'à l'intérieur d'une pierre  est un feu qui n'est révélé qu'au contact du fer, de même existe chez les individus un principe de vie qui se révélé pendant l'union sexuelle ". Un nouveau mythe était né qui ne va prendre essor qu'au siècle suivant : le mythe du "bon et candide sauvage".

Il faut encore citer les observations de Regnard sur la vie religieuse des Lapons qui font cohabiter christianisme avec shamanisme :  lorsque la mort approche, le Lapon fait appeler le "shaman" qui, seul, peut faire communiquer le monde des vivants avec celui des morts.

De retour à Paris après une longue pérégrination à travers la Pologne, la Hongrie et l'Autriche, Regnard se trouve confronté au "syndrome de Marco Polo", l'"homme des millions" dont les écrits sur la Chine n'ont pu être acceptés qu'après plusieurs siècles…

Le monde étrange découvert par Regnard paraissait tellement incroyable aux yeux des contemporains  qu'il ne restait d'autre issue à Regnard qu'oublier ses voyages et se consacrer à sa carrière d'auteur de théâtre, carrière qui fut fort brillante puisqu'il devint célèbre avec de nombreuses comédies jouées avec grand succès à la Comédie Française et comme seigneur de Château Grillon .

En fait, la publication du "Voyage en Laponie" n'eut lieu que bien longtemps après la mort de Regnard, en 1731 mais "le premier touriste en Laponie "avait apporté à la postérité un document inestimable sur la vie en Scandinavie au XVIIème siècle.

Regnard, "le premier touriste en Laponie" a transmis à la postérité un document inestimable sur la Scandinavie des temps anciens et cela bien avant tous les autres visiteurs du Grand Nord  tels Ehrenmalm Leem, le célèbre Pierre Moreau de Maupertuis ou Mme d'Aunet.

En hommage à la Laponie Regnard avait érigé une stèle aux bords  du lac Torneträsk et voici comment il relate cet épisode : "Nous avançâmes bien sept ou huit lieues dans le lac, proche une montagne qui surpassoit toutes les autres en hauteur. Ce fut là où nous terminâmes notre course, et où nous plantâmes nos colonnes. Nous fûmes bien quatre heures à monter au sommet, par des chemins qui n' avoient encore été connus d' aucun mortel ; et quand nous y fûmes arrivés, nous aperçûmes toute l' étendue de la Laponie, et la mer Septentrionale, jusqu' au cap du Nord, du côté qu' il tourne à l' ouest. Cela s'appelle, monsieur, se frotter à l' essieu du pôle, et être au bout du monde. Ce fut là que nous plantâmes l'inscription suivante, en latin mais qui ne sera, comme je crois, jamais lue que des ours : "La France nous a donné naissance, nous avons vu en Afrique et bu l'eau du Gange,  Nous avons visité tous les pays d'Europe et, après tant d'aventures, nous sommes arrivés ici à la limite de la Terre, Anno 1681, le 22 aout "

Regnard avait vécu une aventure fabuleuse : d'innombrables documents attestent de la véracité de ses récits mais la stèle est toujours cachée quelque part   dans la toundra suédoise.

André J. Fabre        a..fabre.fl@gmail.com

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 29/07/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site