Les médecins peintres


MEDECINS PEINTRES ET PEINTRES MÉDECINS

Saint Luc (1er siècle de notre ère)

Saint Luc, est le médecin grec (il était né né à Antioche), qui aurait accompagné Paul à Rome mais qui, selon de nombreux commentateurs,  n'aurait n'aurait probablement jamais rencontré Jésus lui-même.

Luc est mort à l'âge de 84 ans en Béotie, selon les relations les plus anciennes qui ajoutent qu'il fut enterré à Thèbes. En 357 les restes furent transférés à Rome puis Padoue pour être conservés à la basilique  Ste Justine

Selon tradition, Luc, était médecin comme le confirme un passage du Nouveau Testament ("Colossiens 4:14) et la "Deuxième lettre de Timothée" (2 Tim 4:11) ainsi que  la "Lettre de Philémon" (v.24) où il est décrit comme un des serviteurs de Paul.

La tradition chrétienne considère Luc comme l'auteur de l'évangile qui porte son nom ainsi que des Actes des Apôtres. Cette thèse est corroborée par les spécialistes, notamment Daniel Marguerat, célèbre spécialiste Vaudois, qui relève une " homogénéité littéraire et théologique " entre ces deux livres, lesquels forment les deux volets d'une même œuvre, dédiés au même personnage nommé " Théophile "

La légende médiévale en a fait un peintre, et depuis,  St Luc est resté le saint patron  de la peinture et des peintres.  Il suffit de rappeler ici le souvenir de Rogier van der Weyden (1400-1464) peintre flamand auteur du  retable de l'autel de la confrérie des peintres à la collégiale Sainte-Gudule dédié à saint Luc, auquel Rogier semble avoir donné ses traits.

L'image symbolique liée à Saint Luc est celle d'un taureau ailé. En effet aux premiers versets de son évangile, il est fait allusion à Zacharie offrant un sacrifice à Dieu, et l'on sait que dans le bestiaire traditionnel, le taureau est symbole de sacrifice.

Léonard da Vinci (1452-151ç)

Image associéeCertes, le grand peintre de la Renaissance n'était pas médecin mais il est resté toute sa vie passionné par l'anatomie[1].

En témoigne son "Traité d'anatomie"  de 228 planches dessinées et annotées réparties en trois périodes créatrices de l'artiste (1487, 1506-1510 et après 1510)[2].

 

Fréderic Bazille (1841-1870)[3]

Résultat de recherche d'images pour "frederic bazille"Frédéric Bazille était né à Montpellier, dans une riche famille protestante

   qui est venu à la peinture après avoir vu un tableau  d'Eugène Delacroix.

 Sa famille accepta en 1859 de le laisser "monter"  à Paris pour étudier la

    peinture, mais aux conditions d'y entreprendre études de médecine.

Dès son arrivée dans dans la capitale, Bazille a été attiré par la peinture

    impressionniste que pratiquaient Pierre-Auguste Renoir et Alfred Sisley et est entré dans l'atelier de Charles Gleyre[4].

Après avoir échoué à son examen d'entrée en médecine, en 1864, il a décidé, avec  l'appui de ses gands amis Claude Monet, Alfred Sisley et Édouard Manet, de suivre sa vocation initiale

Bazille n'avait que vingt-trois ans lorsqu'il peignit ses toiles les plus connues, notamment "La Robe rose" [5] montrant la cousine de Bazille, Thérèse des Hours, assise sur le rebord de pierre bordant la terrasse de la propriété familiale du Domaine de Méric, à Montpellier, face au village de Castelnau-le-Lez. Son tableau le plus connu est "La Réunion de famille" peint en 1867-1868 et conservé au Musée d'Orsay

Dès l'ouverture du conflit, en 1870,  Frédéric Bazille s'engage dans un régiment de zouaves et le 28 novembre de la même année, il va trouver la mort. il était avec son unité à la bataille de Beaune-la-Rolande, prit le commandement quand son officier fut blessé,  menant l'assaut sur la position allemande. Il  est mort sur le champ de bataille à l'âge de vingt-huit ans..

MÉDECINS PEINTRES

Jacopo Berengario da Carpi (Giacomo, Jacobus, Petrus Berengarius)(1470-1530)

Résultat de recherche d'images pour "Jacopo Berengario da Carpi" C'est la grande figure de l'"École prévesalienne".

Son père était barbier et donc, comme le voulait l'époque, un peu

    chirurgien, et Jacopo a beaucoup appris de son expérience.

Il devient élève d'Alde l'Ancien, le précepteur du jeune prince de Carpi,

    et apprend, grâce à lui, à pratiquer les dissections .

En 1480, il il part  étudier à l'université de Bologne, où il obtient le titre de "docteur en médecine"  en 1489. Il devient professeur à Pavie, puis à Bologne, où il enseigne de 1502 à 1527 l'anatomie et la chirurgie.

En 1521, il publie un "Traité d'anatomie", et l'année suivante un manuel anatomique intitulé "Isagoge, Introduction aux Catégories d'Aristote" qui apporte une nouvelle  forme de classification anatomique, des genres et espèces connue sous le nom d'"arbre de Porphyre" .

Nicolaes Tulp (159-1674) le "patron protecteur" de Rembrandt

Nicolas Tulp s'appelait en réalité Claes Pieterszoon et était fils d'un riche

     marchand d'Amsterdam qui l'envoya étudier la médecine à Leyde.

Une fois son diplôme obtenu, Nicolas revient à Amsterdam où l'attend

    une belle carrière médicale ainsi qu'un  un mariage avec une jeune fille

    de la bonne société, Aagfe (Eva) Van der Voegh.

Tulp fut nommé en 1628 "Praelector

     Anatomiae" à la Guilde des chirurgiens d'Amsterdam..

Comme il sied à la tradition", la Guilde a commandé le portrait de ses conseillers les

    plus éminents. C'est Rembrandt, alors âgé de 26 ans, qui a remporté cette

    commande Il a ainsi exécuté le tableau devenu célèbre dans le monde entier

    "La leçon d'anatomie du Dr Nicolaes Tulp".

William Rimmer (1816 –1879)

William Rimmer était un médecin américain (mais né à Liverpool) doué 

    dans  tous les Arts, à la fois  peintre, sculpteur et  enseignant l'anatomie

    dans les  Arts.

Il était célèbre du fait  que son père revendiquait  le titre  d'héritier du trône

    français[6]

John Leech (1817-1864)

John Leeche, dessinateur et caricaturiste anglais du XIXème siecle.

    avait  commencé des études de médecine à l'Hôpital St Bartholomew

    de Londres, le célèbre "Barts" mais a opté ensuite vers une carrière

    artistique, a multiplié les dessins et eaux-fortes pour des journaux tels

    que "Punch" et " Illustrated London News

La carrière de Leeche s'est rapidement orientée vers l'illustration de livres, en particulier " Un chant de Noël " de Charles Dickens.

Son gand

Henry Tonks (1862-1937)

Henry Tonks, fut un chirurgien britannique devenu après quelques années,

     dessinateur et peintre caricaturiste.

Il termina sa carrière comme professeur d'anatomie à la faculté de

    médecine du London Hospital de Whitechapel.

Sir Francis Seymour Haden (1818-1910)

Médecin anglais à la fois graveur, écrivain et chirurgien

Il avait fait ses études à la Derby SchoolChrist's Hospital, and University

    College, London, mais aussi à Paris, à la Sorbonne où il  reçut en 1840

    un diplome qu'il a gardé toute sa vie sur son bureau.

Il fut dès1842, membre du College of Surgeons in London.

Une partie de ses œuvres est exposée à la New York Public Library, la British Museum et le Metropolitan Museum à New York.

Seymour est célèbre pour avoir  lutté toute sa vie pour imposer l'idée que la peinture apporte une aide précieuse aux chirurgiens dans l'apprentissage de leur Art

Georges-Alexandre Chicotot (1855-2017),

Ce peintre, médecin radiologue a marqué le début du XXe siècle par ses

    productions picturales représentant des actes médicaux innovants.

Citons, entre autres, un  tableau daté de 1880 intitulé "Insertion d'un tube

    trachéal")

Le Dr Chicotot est décédé en 1921, comme beaucoup d ses collègues

    d'une radiodermite due aux rayons X.

Leonid Pasternak (1862-1945)

Pasternak  naquit à Odessa dans une famille juive orthodoxe prétendit

    descendre en droite  ligne, d'Isaac Abrabanel, le célèbre philosophe juif

    du XVe siècle et trésorier du Portugal.

Le père de Leonid avait gagné beaucoup d'argent en louant une maison

   d'hôtes dont la cour avec sa remise mitoyenne attenante, a très tôt

   éveillé l'imagination artistique de Leonid.

Leonid a commencé à dessiner très tôt, mais sa famille a essayé de le décourager, car ils craignaient que son dessin interfère avec ses études.

Son premier sponsor était le nettoyeur de rue local qui a commencé à acheter l'art de Pasternak quand Leonid avait sept ans.

En 1879-1881, Leonid Pasternak était diplômé de l'école d'art Grekov Odessa.

De 1881 à 1885, Leonid étudie à l'université de Moscou, d'abord au département de médecine, puis au département de droit.

Finalement, il décida de consacrer sa vie à l'art et entra à l'Académie royale des beaux-arts de Munich, d'où il obtint son diplôme en 1887.

Il retourna en Russie, servit les deux années obligatoires dans l'armée impériale russe (régiment d'artillerie) et commença en 1889 une carrière en tant que peintre à temps plein.

Parmi ses plus belles œuvres: "Nuit avant l'examen" (1895, Musée d'Orsay, Paris).et"Alexandre Pouchkine au bord de la mer"

Carlo Levi (1902-1975)

Carlo Levi, une des grandes figures de l'Italie d'après guerre était tout à la

    fois  écrivainmédecinpeintrejournaliste et homme politique.

Il était  né à Turin, d'un père médecin, Ercole Levi, d'origine Triestine et

    d'Annetta Treves, la fille de Claudio Treves[7]

Il étudie la médecine et obtient son diplôme de l'université de Turin en    1924.

Il n'a cependant pas pratiqué la médecine, choisissant de devenir peintre et de poursuivre une activité politique commencée à l'université où il a rencontré Piero Gobetti[8], figure importante de l'antifascisme italien qui l'amène à participer au mouvement anti-fasciste Giustizia e Libertà.  

Arrêté en 1935, il est condamné par le régime au confino (résidence surveillée) dans une région désolée du Mezzogiorno, à Grassano, puis à Aliano, en Basilicate, expérience dont il tirera le livre Le Christ s'est arrêté à Eboli et qui marqua profondément sa peinture.

Retrouvant sa liberté, il part en France où il réside de 1939 à 1941. date à laquelle  il revient en Italie. Il sera bientôt arrêté à Florence et emprisonné dans la prison de Murate, ancien couvent devenu sous le régime Mussolinien,  prison sinistrement célèbre .

Il est libéré après la chute de Benito Mussolini et cherche refuge à Florence, au  palais Pitti, où il a rédige son celebre "Le Christ s'est arrêté à Eboli"[9]

Après la Deuxième Guerre mondiale, il s'installe à Rome où il devient pendant un certain temps rédacteur de "Italia libera", la publication du Parti de l'action,  célèbre organisation antifasciste italienne.

Carlo Levi continue de peindre, exposant en Europe et aux États-Unis et, surtout, d'écrire : "L'orologio" ("La montre") (1950), "Le parole sono pietre" ("Les mots sont des pierres") (1955), et "Il futuro ha un cuore antico" ("Le futur a un cœur antique") (1956).

En 1963, il est élu au Sénat en tant qu'indépendant, sous l'étiquette du Parti Communiste, et sera réélu en 1968.

Il meurt d'une pneumonie à Rome le 4 janvier 1975, mais ses dernières volontés sont d'être inhumé à Aliano en Basilicate non loin d'Eboli.

Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo (1907 à Coyoacán au Mexique-1954)

Frida Kahlo, by Guillermo Kahlo.jpg A l'âge de dix-huit ans, elle a été grièvement blessée dans un accident de

    la circulation, ce qui lui a causé des douleurs et des problèmes

    médicaux pour le reste de sa vie.

Avant l'accident, elle était étudiante en médecine, mais dut abandonner ses

    études.

En 1950, l’état de santé de Frida Kahlo s'aggrave et, elle doit rentrer à l’hôpital ABC de Mexico

Son dernier tableau sera intitulé "Seul le marxisme redonnera la santé aux malades"[10]

Joseph Wilder (1920-2002)

Joseph Wilder était  né à Baltimore et avait fait ses études de 1939 à  1942  au très "huppé" Dartmouth College pour devenir ensuite médecin

    dans l'armée de l'air.

Des années 1960 jusqu'à sa retraite au milieu des années 1980, il a été

    chirurgien à l'Hôpital Mount Sinaï de  New York

Iol y a longteps dirigé le service   de chirurgie articulaire..

Le plus célèbre de ses patients fut l'acteur Zero Mostel, hospitalisé victime d'un grave accident de la voie publique.

C'est Zero Mostel qui  conseilla au Dr Wilder la peinture comme derivatif aux problèmes de la vie moderne. Joseph Wilder est d'abord devenu peintre des courses automobiles puis  des salles d'intervention chirurgicale.

 Ses œuvres ont été exposées dans de nombreuses galeries et des musées, notamment au Museum of Modern Art de New York et à la National Portrait Gallery de Washington[11].

MÉDECINS PEINTRES AMATEURS

L'amateur est défini comme celui qui se livre à une activité située en dehors de son cadre professionnel, généralement sans rémunération, mais avec une motivation principale qui est de faire connaître ses œuvres. Le terme " est dérivé de la langue française et relativement récent, il date seulement des années 1700

Comme l'a écrit un célèbre peintre nord-américain, Ralph Waldo Emerson[12]  "Chaque artiste a d'abord été amateur mais Chaque amateur est un artiste"

La question est souvent posée : "Pourquoi tant de médecins parmi les peintres amateurs ? Il n'est que se référer au celebfe Dr Paul Gachet (1828-1909) ami de van Gogh qui en fit le portrait en 1890[13]

Les plus célèbres médecins peintres amateurs

Parmi les très nombreuses figures de peintres amateurs, on retiendra surtout Gustave Caillebotte(1848-1894)

Certes ce grand peintre longtemps considéré comme amatur" par ses contemporains a une biographie imposante : non  seulement peintre (on a denombré 475 œuvres de lui) mais aussi mécène, grand  collectionneur … et jardinier)

La place des femmes parmi les peintres amateurs médecins

Les femmes ont commencé à peindre dans le domaine de ce que nous pourrions appeler aujourd'hui un "passe-temps". . Bien sûr, le travail était souvent exceptionnel, dans certains cas presque comparable à celui des hommes.

Il y a une centaine d'années cependant, cette division devait faire surtout avec le genre - les femmes peignaient rarement des nus, et jamais des nus masculins

. Les portraits étaient acceptables, mais généralement de femmes et d'enfants

. Les paysages, les natures mortes et les sujets de genre étaient également acceptables

Les peintures murales, la peinture d'histoire, l'érotisme, l'art de combat et l'illustration commerciale (autres que les vêtements pour dames) étaient toujours l'apanage des artistes masculins professionnels

Aujourd'hui, cette division existe rarement, mais il reste encore une dichotomie du contenu amateur et professionnel comme illustré ci-dessous

En fait, le monde de l'Art est devenu très différent de ce qu'il était par le passé en ce sens qu'il est devenu beaucoup plus facile pour les artistes de vendre leur travail

Choix du motif

Dans le passé, pratiquement tous les amateurs (hommes ou femmes) ont choisi un style assez réaliste quant à leurs peintures.

A l'heure actuelle, on voit fleurir des sites "amateurs" de tous côtés, illustrant tous les aspects de la profession médicale : Le médecin et son malade, autopsies, salle d'opération

FRESQUES DE SALLES DE GARDE[14]

Depuis le XIX éme siècle, les salles de garde constituent un bastion de la gauloiserie et un lieu de défoulement pour les étudiants de médecine et pharmacie qui les frèquentent

Sur les murs et les plafonds, partout s'étendent des fresques érotiques caricaturant internes et médecins dans des exercices dignes du Kama sutra

Mais au delà des délires pornographiques-picturaux, les salles de garde doivent également leur réputation à un folklore digne du pays de Rabelais, qui, lui-même était médecin

 Entre deux chansons salaces accompagnant des repas bien arrosés, les internes commettent toutes sortes d'actes contraires aux bonnes manières, depuis le strip-tease jusqu'aux "projections", ces batailles d'aliments divers dont les murs gardent trace longtemps après

Si ces lieux de débauche demeurent un monde à part au sein de l'hopital, c'est que les internes les gèrent eux-mêmes, filtrant à l'entrée "parasites" et "fossiles" (surnoms donnés aux invités extérieurs et anciens internes)

 Les repas sont soumis à un réglement précis : il faut y manger en blouse blanche, taper sur l'épaule de chaque convive en entrant, ne jamais parler médecine avant le café, demander la permission pour se lever, sabrer les bouteilles au couteau, faire des battues de couvert et chanter à la demande de l'économe qui préside ces repas

Un "économe" élu par ses pairs, est chargé de veiller au bon ordre des repas et des gages sont recquis à  l'encontre de ceux qui violent le règlement. Les ghages vont de l'achat d'une bonne bouteille à la participation à une mise en scène "folkorique" telle  l'obligation de finir le repas torse nu

Pourquoi les étudiants en médecine et non ceux en droit ou en littérature ont-ils ressenti le besoin de forger un folklore aussi étonnant ? Parce que les internes, comme leur nom l'indique, vivaient à l'origine en communauté au sein de l'Hôpital : au XIX éme siècle, les salles de garde permettaient aux internes de se défouler, d'oublier la souffrance et la mort auxquelles ils étaient quotidiennement confrontés[15]

A notre époque les salles de garde sont considérés par l'administration hisoitakere comme une survivance du passé. On notera, d'ailleurs que les salles de garde ont disparu dans de nombreux pays

Ce folklore, très français, risque à plus ou moins court terme de disparaitre

AU TOTAL

Certes la médecine et les médecins tiennent une place majeure dans l'Art, qu'il s'agisse de  littérature, de peinture ou de cet ingrédient majeur du monde moderne : l'image, et particulièrement l'image animée du cinéma ou de la télévision.

Depuis des siècles, le génie des peintres s'exerce à rapporter non seulement la beauté mais aussi les réalités de la vie et les cinéastes ont pris le relais

BIBLIOGRAPHIE

Bénichou Aymé, "A propos de l'exposition des peintres médecins" (Conférence donnée à l'ancienne Faculté de médecine)

Henderson Jan, "Are physicians today active in the arts?"(Kevin MD Art page, Sept. 2010)(http://www.kevinmd.com/blog/2010/09/physicians-today-active-arts.html)

Lajarte Isabelle de: "Les peintres amateurs: étude sociologique" (Ed Harmattan,  2002)

Levy Jean Marc : "Médecins et malades dans la peinture européenne du xviième siècle" (Ed. de l'Harmattan, 2008)

Middleton, John  et Erica, "Doctors and Paintings: Insights and Replenishment for Health" (Ed. Radcliffe, Oxford, 2006)

Mondain Paul , "Art-thérapie en place de la camisole de force" (Conférences de  l'hôpital Étienne-Gourmelen)(30 juin 2017)

Ohry H., "Physicians as painters" (Isr Med Assoc J. 2003 Sep;5(9):681-4)

Opinel Annick: " Le peintre et le mal, France, XIXe siècle" (Ed. , Presses universitaires de France, coll. Science, histoire, société, juin 2005)

Toledo-Pereyra Luis, " Surgical Révolution : A Historical and Philosophical View)" (Ed. World Scientific, 2011)

 


[1] Jones, Roger (2012). "Leonardo da Vinci: anatomist". British Journal of General Practice. 62,

[2] Da Vinci, " Treatise on painting, Codex Urbinas Latinus 1270, traduction de Philip Mc Mahon, introduction de Ludwig. H. Heydenreich, Princeton University Press, 1956. La première édition avec le fac-similé du Codex Urbinas latinus 1270.;"

[3] Voir "Bazille" biographie de Marianne Delafond et Caroline Genet (Ed. La bibliotheque des arts, 2003)

[4] Charles Gleyre (1806-1874) était un peintre suisse spécialiste de la peinture orientaliste

[5] Le tableau "La robe rose", emblématique de la peinture impressioniste  est conservé au Musée d'Orsayde Paris).

[6] En fait, selon les études les plus récntes, l'analyse de l'ADN mitochondrial des vestiges familiaux 'a pas confirmé cet hypothèse.

[7] Claudio Treves (1869-1933) était un militant socialiste célèbre pour son duel avec Mussolini en 1915

[8] Piero Gobetti (Turin19 juin 1901 - Paris15 février 1926) est un journaliste et intellectuel libéral italien. Fondateur et directeur des revues Energie NoveLa Rivoluzione liberale et Il Baretti, il fut assassiné sur ordre personnel de Mussolini

[9] "Cristo si è fermato a Eboli". Ce sont les mots de désespoir que Carlo Levi, alors relégué dans le sud de l'Italie par le régime fasciste, avait entendu des paysans de Lucanie, la Basilicate d'aujourd'hui

[10] " El marxismo dará la salud a los enfermos" (Musée Frida Kahlo, est visibe au lusée

[11] On lira avec intérêt l'article que lui consacré Luis H Toledo-Pereyra  dans " Surgical Revolutions: A Historical and Philosophical View" (Ed. World scientific, 2011)"
[12] "The essential wrintings of Ralph Waldo Eùersdon (Ed Modern Library, 200) Voir le site ":" https://www.amazon.com/Essential-Writings-Emerson-Library-Classics/dp/0679783229/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1509882099&sr=8-1&keywords=Ralph+Waldo+Emerson&dpID=51BsNYjlaYL&preST=_SY291_BO1,204,203,200_QL40_&dpSrc=srch#reader_0679783229"
[13] Voir le célèbre "Portrait du Dr Gachet avec branche de digitale "  une des peintures les plus chères du monde, , puisqu'elle a été vendue au prix record de 82,5 millions de dollars (75 millions de dollars, plus 10 pour cent de commission) en 1990Dr Gachet ." de van Gogh, exécuté en 1890

[14] On lira avec intérêt, sur ce sujet, l'article de Christian Hottin publié en 2011 dans "In situ, la revue des patrimoines" : " Fresques des salles de garde (cf " https://insitu.revues.org/955"=

[15] On notera que "carabin" vient de l'ancien français "escarabin" qui signifie littéralement  "ensevelisseur de cadavres", référence évidente  " escarbot,l'insecte fouisseur…

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 14/11/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site