Madeleine Gebelin Brès (1842-1925) le médecin malgré les autres

MADELEINE GEBELIN BRES (1842-1925) LE MEDECIN MALGRE LES AUTRES

André J. Fabre                     Octobre 2012                      

 La première femme à obtenir son diplôme de médecin[1] fut, nous l’avons vu, Elizabeth Blackwell en 1849.

 Il faudra attendre près d'un quart de siècle pour voir en France une femme médecin,: ce sera Madeleine Gebelin Brès dont l’histoire mérite d’être connue

 Qui était Madeleine Gebelin ?[2]

 Madeleine était fille d’un fabricant de charrettes de Nimes et c’est en accompagnant son père en tournée dans les hopitaux, qu’elle aurait découvre toute enfant, sa vocation de médecin.

Mariée à quinze ans à Guillaume Brès, elle réussit à convaincre son mari de l’aider dans sa détermination à entreprendre des études de médecine.

 Un diplôme obtenu de haute lutte

 Après avoir obtenu son baccalauréat, condition impérative pour accéder à l'Université, elle se présente en 1866 devant le doyen de la Faculté de médecine, Charles Adolphe Wurtz qui éxige d'abord que lui soit produit le consentement écrit du mari, les femme étant à cette époque considérées comme légalement irresponsable. L’accord du mari, obtenu sans difficulté, eut, cependant, à être dûment enregistré devant le maire du Vème arrondissement de Paris

L'inscription d'une étudiante à la Faculté de médecine devint affaire d’était puisqu’il fallut obtenir rien moins que le soutien du ministre de l’instruction publique,Victor Duruy, et, en dernier lieu, de l’impératrice Eugénie en arguant d'un précédent célèbre, celui d'une étudiante anglaise, Frances Elizabeth Hoggan qui obtint à l'Université de Zurich un diplôme de Docteur en médecine.

 C'est la guerre de 1870 qui allait permettre à Madeleine d'entrer dans la citadelle réputée infranchissable : elle est nommée interne, mais à titre provisoire, de l’hôpital de La Pitié. Son maître, Paul-Pierre Broca célèbre pour ses travaux en Neuro-anatomie du langage, rendra ainsi compte de cette "première" historique : "Madame Brès est entrée dans mon service en qualité d’élève stagiaire en 1869. Au mois de septembre 1870, l’absence de plusieurs internes appelés dans les hôpitaux militaires, nécessitait la nomination d’internes provisoires, Madame Brès sur ma proposition fut désignée comme interne provisoire. En cette qualité, pendant les deux sièges de Paris et jusqu’au mois de juillet 1871, elle a fait son service avec une exactitude que n’a pas interrompu le bombardement de l’hôpital. Son service a toujours été très bien fait et sa tenue irréprochable. Madame Brès s’est toujours fait remarquer par son zèle, son dévouement et son excellente tenue. Elle nous a particulièrement secondés pendant la dernière insurrection. "

Cependant lorsqu’elle va demander à s'inscrire au concourir de l’externat puis de l’internat, l’autorisation lui sera refusée par le conseil de surveillance de l’Assistance publiquede Paris, en ces termes : "S’il ne s’était agi que de vous personnellement, je crois pouvoir dire que l’autorisation demandée eut été probablement accordée…"

Après un combat acharné, Madeleine parviendra à soutenir sa thèse, préparée dans le service d'un hygiéniste de l'époque, le Pr. Wurtz : "De la mamelle et de l’allaitement": elle obtiendra la a mention "extrêmement bien". Elle avait 33 ans...

Médecin des femmes et des enfants

 Par la suite Madeleine va trouver sa voie en se spécialisant dans les relations entre mère et enfant. Elle reçoit de l’Association Philotechnique la charge d’un cours d’hygiène et la ville de Paris lui confie le soin de donner auprès des directrices d'Ecole maternelle, des conférences sur l’Hygiène de la première enfance.

En 1891, le Ministère de l’Intérieur lui donna mission de faire un rapport sur l’organisation et le fonctionnement des crèches en Suisse..

Après la mort de son mari, ayant charge de quatre enfants, elle ouvre un cabinet de médecin à Paris mais trouve quand même le temps de diriger un journal qui s'intitule : "Hygiène de la femme et de l’enfant" et de publier plusieurs livres de puériculture, restant, comme elle l'a toujours été, passionnée par son métier. Elle va s’éteindre. le 30 novembre 1925, aveugle, sans ressources et oubliée de tous...et de toutes...

 L’odyssée des premières étudiantes en médecine[3]

 Durant tout le XIXème siécle, les "étudiants en chignon" sont très mal accueillies dans les Facultés : on les confine durant les cours dans des places qui leur sont spécialement reservée. Elles étaient, nous dit un témoin " bombardées sans arrêt de projectiles variés".

De fait, en 1867, le Conseil de l’instruction Publique n’avait pas hésité à se prononcer contre l’admission des femmes dans les Ecoles de médecine, jugeant cette pratique "offensante pour les mœurs et les conventions sociales"

 Un interne peut-il être femme ?

 En 1881 s'engage la bataille pour l’accès des étudiantes en médecine aux concours, menée par deux femmes d’exception: Blanche Edwards, une anglaise fille du médecin de Théophile Gautier et Augusta Klumpke, une américaine venue de San Francisco qui deviendrait plus tard épouse du neurologue Paul Déjerine.

Un premier Arrêté préfectoral est pris en date du 17 janvier 1882: "Les femmes sont admises à prendre part au concours de l’externat sous la réserve formelle qu’elles ne pourront, en aucun cas, se prévaloir de leur titre d’élèves externes pour concourir à l’internat".

Ces dispositions seront nuancées, en date du 31 juillet 1885 "Les élèves externes femmes qui rempliront les conditions déterminées par le règlement sur le service de santé seront admises à prendre part au concours de l’internat. Les internes femmes seront soumises à toutes les règles d’ordre intérieur et de discipline qui concernent les internes hommes". Cet Arrêté va déclencher, après une violente campagne de presse, un début d’émeute le jour du concours de l'Internat mais les deux étudiantes rebelles obtiendront d'être enfin admises à concourir.

Les mises en garde n'avaient, pourtant, pas fait défaut : "Les femmes n’auraient pas la capacité physique d'assumer leurs fonctions, les malades risquaient d’être offusqués dans leur pudeur, la sécurité d’une femme ne pouvait pas être convenablement assurée en salle de garde" et, enfin, argument suprême : "La féminisation de l’internat allait dévaloriser le prestige du titre".

Reçues au concours d’octobre 1985, Augusta Klumpke et Blanche Edwards deviennent internes provisoires mais seule Augusta sera nommée Interne titulaire.

 Les femmes ont gagné la guerre

 Après la Grande Guerre, tout va changer car arrivent de Russie des étudiantes dangereusement prêtes au combat, cheveux coupés "à la garçonne", lunettes à grosse monture et costumes de coupe masculine. Désormais, les Internes-femmes ne fontt plus scandale....

 A notre époque, dans toutes les contrées du monde, la femme est enfin reconnue comme pleinement égale à l’homme et nul ne songerait à conteste son droit à devenir médecin.

Il est remarquable qu’en France comme dans la plupart des autres pays, la proportion de femmes ait si fortement augmentédurant les dernières années : en 2004, les statistiques du Conseil de l’Ordre ont fait état de ce que les femmes représentent plus de la moitié, soit 56%, des médecins en exercice de moins de 35 ans.

 Dans le monde moderne, il n'existe plus qu'un seul obstacle à l'indépendance des femmes : la montée des extrémismes religieux. Ne serait-il pas opportun, un peu partout dans le monde, de financer plutôt que les guerres, l’accès des femmes à l’instruction ?

 

 a.fabre.fl@gmail.com



[1] En Angleterre, ce fut dès 1793 Margaret Ann Bulkley dite "James Barrie"[1] (mais il pourrait s'être agi d'un transsexuel se faisant passer pour une femme),

[2] Biographie de Madeleine Gebelin &&&&&&&&&&&&&&&&

[3] Histoire des étudiantes en médecine

Commentaires (1)

1. Rossollin-Nicolas 06/07/2014

Bonjour,
Je souhaiterais savoir s'il existe encore des exemplaires du journal "Hygiène de la Femme et de l'Enfant" ?
Avec toute ma reconnaissance,
Stéphanie Rossollin-Nicolas

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 28/07/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site