Monde romain des épices

 These présentée par le Dr André Julien FABRE le 2 novembre 2001

 

UTILISATION  MÉDICINALE  DES ÉPICES  DANS L’EMPIRE  ROMAIN

PLAIDOYER POUR UNE UTILISATION RAISONNÉE DU SAVOIR THÉRAPEUTIQUE DE L'ANTIQUITÉ

Directeur de thèse : Pr. D. Gourevitch,

Jury composé du  Pr J.P. Martin, Pr. P. Delaveau, Pr. P. Potier et Pr. Y. Monnier 

Trois objectifs étaient principalement assignés à cette étude : 

             .1° Analyser sur les textes les méthodes de préparation et de prescription des épices médicinales à la période de l

             .2° Évaluer la pharmacopée romaine des épices sur le plan des méthodes et des résultats en fonction de données scientifiques récentes en botanique, en physiologie, en pharmacologie et en thérapeut

             .3°. Présenter les premiers éléments de ce qui pourrait constituer, avec des objectifs proches de l’"ethno-botanique" et de l’"ethno-pharmacologie ", une "archéo-pharmacologie " des plantes médicinales de l'Antiquité et plus particulièrement de

Les parties suivantes ont été successivement traitées au cours de ce travail

 I. Objectifs et définitions

        1. objectifs de l'étude

        2. définitions de la "fonction épice"

         3. les épices des Romains 

a)  critères de définition appliqués au monde romain 

            .goûts et odeurs dans la Rome Antique 

            .vocabulaire latin des saveurs et des arômes

             .physiologie de goût et des odeurs dans l'Antiquité 

            .évolution des perceptions sensorielles à travers les âges

            .épices végétales, animales et minérales 

            .géographie des aromates 

            .les données géographiques disponibles dans les textes 

            .les "routes" des épices 

            .les grandes étapes du trafic 

             .le marché des épices 

            .consommation des épices sur le marché romain 

            .organisation commerciale 

            .le prix des épices 

b) le jugement des Romains sur les épices :

 

             .le pouvoir des aromates

            .épices et plantes aromatiques 

            .puissance et magie des épices 

            .le pouvoir des épices dans la vie quotidienne à Rome          

            .les épices objets de "luxe"

            .le "luxe" chez les Romains 

            .les épices étaient-elles un luxe ? 

            .luxe, "bien être" ou "bien-vivre" ? 

            .les épices objets "exotiques"

            .épices et "exotisme

            ."orientalisme" et "egyptomanie" 

            .de l'exotisme au "cosmopolitisme "

 II. Prescription des épices médicinales dans la Rome antique

1. sélection des données

            a) méthodes 

            b) auteurs et oeuvres

                  .sélection des textes latins         

                  .critères chronologiques

                  .sélection des textes médicaux

                   .auteurs sélectionnés

                   .documentation relative aux auteurs

           c) substances

                  .identification botanique 

                  .arôme et saveur "épicés

                  .provenance "exotique" 

                  .critères chronologiques

                   utilisation médicinale

                  .substances sélectionnées 

2. préparation des médicament

       a) extraction des substance

       b) préparations pharmaceutiques

        c) administration des remèdes

3. symptômes et indications

        a) du symptôme au médicament

        b) indications en fonction des symptômes

4. médicaments et indications

         a) du médicament au symptôme

         b) le choix des remèdes

.selon la "qualité" des épices

 .selon les symptômes

 .selon la famille botanique

 .selon la provenance 

5. auteurs et choix des indications

      a) les auteurs recensés dans les références

      b) choix des auteurs relatifs à :

             .indications thérapeutiques

             .substances 

6. commentaires 

        a) épices et pharmacopée romaine

.la pharmacopée romaine 

                              .épices, plantes médicinales et plantes aromatique

                              .place des épices dans la pharmacopée romaine

        b) évolution de la prescription des épices

 .évolution des maladies

.évolution des médicaments

.évolution des prescripteurs et des prescriptionsc) évaluation sur les critères scientifiques actuels

                               .critères nosologiques

 .la nosologie et ses composantes

 .la décision médicale dans l'Antiquité

 .évolution des idées sur le choix des indications thérapeutiques

 .critères pharmacologiques

 .la pharmacologie de l'Antiquité

 .pharmacologie des "qualités" aromatiques

 .confrontation pharmacologique des données relatives aux substances

 .critères thérapeutiques :

 .bases actuelles de la thérapeutique

 .traitement des maladies dans l'Antiquité

 .actualité de la pharmacopée romaine

 

  III. Utilisation thérapeutique du savoir de l'Antiquité

 

 1. pérennité de la "fonction épices" 

         a) la "passion" des épices 

                 .du "pouvoir sacré" à la séduction    

                 .de la table au "pouvoir médica

         b) l"imaginaire" des épices 

                 .les "instinct s" et le rêve

                 ."jeux de rôle" et attrait de l'"ailleurs"

          c) la "quête" des épices 

                  .découvertes et conquêtes : vers le soleil couchant ?

                  .échanges et mutations 

2. données scientifiques récent

          a) physiologie du goût et de l'odorat

.physiologie des perceptions gustatives

.physiologie des perceptions olfactives

."image cérébrale" et perception sensorielleb) données actuelles sur la "fonction 

            b) pharmacologie épices

 .effets physiologiques sur l'être humain

c) état des recherches actuelles :

 .médecine

 .archéologie

  informatique

 3. l"archéo-pharmacologie"

 a) intérêt actuel pour la phytothérapie et les médecines traditionnelles

 b) ethno-botanique et ethno-pharmacologie

 c) l"archéo-pharmacologie" : une nouvelle discipline ?

  S'agissant d'un sujet aussi riche en enseignements de toutes sortes, il est bien difficile de résumer le "message" que se doit de proposer toute conclusion. Néanmoins, nous souhaiterions poser quelques jalons qui aideront au "repérage" d'un aussi vaste parcours. Parmi les principaux commentaires à cette étude :

 Le monde romain des épices

 Ce "monde romain des épices" fascine et déconcerte à la fois : héritier de traditions méditerranéennes éparses mais réunies par la force de l'Empire, bâti sur un réseau commercial gigantesque mais organisé de façon méthodique, sacralisé par la tradition mais promu à toutes les utilisations quotidiennes, des teintures aux parfums et de la cuisine à la médecine.

 Bien des incertitudes demeurent sur les "épices". Même la définition du mot pose problèmes : on ne peut y parvenir qu'en "croisant" des critères multiples : arôme et saveur épicés, origine lointaine, valeur marchande élevée. De tels critères ne peuvent s'appliquer au monde romain sans quelques nuances : le mot "épices". n'apparaît dans aucun texte classique qui ne font mention que de condiments ou d'une "triade" unissant "arôme, aromates et plantes aromatiques". Selon toute vraisemblance, les épices n'étaient, pour les Romains, que des plantes aromatiques dotées d'un arôme un peu plus prononcé et d'un coût un peu plus élevé que les autres substances.

 Le jugement que se faisaient les Romains des épices reste par bien des côtés un mystère. La perception de la "fonction épice" n'est pas en cause, ce qui a changé c'est l'"image cérébrale" qu'elle suscite. Les travaux récents en neuro-physiologie ont bien montré l'importance des relations qui unissent l'appareil olfactif et gustatif aux fonctions du système nerveux central.

 A l'analyse, trois composantes nous paraissent pouvoir être mises en évidence: 

 1)       Puissance et magie des épices : les plantes aromatiques et, plus encore les épices, étaient dotées par les Anciens de "pouvoirs" étendus en particulier dans la thérapeutique.

 2)       Le goût du "luxe" chez les Romains : l'utilisation des épices dans le monde romain a toujours été interprétée comme une marque de richesse ostentatoire. Peut être faudrait-il y voir la recherche du "mieux-être" ou du "bien vivre" dont a toujours témoigné la société de l'Empire ?

  3)       L'exotisme des épices : l'énorme consommation des épices dans la Rome impériale témoigne d'une véritable "passion" pour les pays lointains. La mode romaine de l'"exotisme" et peut être plus encore de l'"orientalisme" est restée célèbre. C'est, à notre sens, la première apparition du "cosmopolitisme" dans l'Histoire.

 la place des épices dans la pharmacopée romaine" 

Un ensemble de 2600 citations ont été analysées provenant de 12 auteurs dont l'œuvre se situe aux différentes périodes de l'Empire romain, en particulier Celse, Dioscoride, Scribonius Largus, Marcellus ,Pline l'Ancien et Galien. Au total, 33 épices ont fait l'objet de cette étude, en particulier: férules, poivre, encens, myrrhe, safran et cannelle. Parmi les conclusions de cette analyse :

  1)       Place prépondérante des épices dans la pharmacopée romaine : 

                   les indications thérapeutiques les plus fréquemment citées sont : pneumologie, dermatologie, ophtalmologie, ORL (tiers des citations).

                     les épices "lointaines" paraissent avoir fait l'objet de prescriptions préférentielles dans trois domaines : appareil digestif, hépatologie et uro-néphrologie, à l'inverse, moins souvent prescrites que d'autres substances aromatiques en gynécologie, obstétrique et parasitologie. 

                      L'analyse des indications oncologiques pose un problème particulier du fait de l'imprécision des textes pour designer les "tumeurs".

    On notera que la voie d'administration le plus souvent mentionnée est la voie locale Un chapitre particulier de cette étude est consacré aux voies d'administration respiratoire (inhalations, fumigations, sternutatoires)

 2)       Interprétation des classements "pharmacologiques" de l'Antiquité

La base en est le concept de "qualité" ou "vertu dynamique" qui tient largement compte des arômes et des saveurs. Ainsi considérée, la perception sensorielle tient la place d'un instrument d'investigation scientifique. Nous avons montré, à plusieurs chapitres de cette étude, que le recours systématique des anciens auteurs à une échelle de graduation ou de comparaison évoque l'idée d'une analyse "qualitative" ("analogique"), contrastant avec l'approche "quantitative" de la science contemporaine. 

3)       Concordances avec les données pharmacologiques contemporaine

Nous avons tenté d'évaluer l'efficacité des prescriptions médicinales mentionnées proposées par les auteurs. Cette évaluation, basée sur des critères scientifiques contemporains, comporte, entre autres, une confrontation entre les "qualités" conférées jadis aux épices et les données récentes de la pharmacologie. 

De nombreux points de concordance ont été mis en évidence: 

·          aloès : action laxative 

·          ammi : traitement du vitiligo par photosensibilisation thérapeutique 

·          bdellium : propriétés anti-inflammatoires utilisées en rhumatologie 

·          benjoin : traitement symptomatique des affections respiratoires 

·          cannelle :action inhibitrice de l'helicobacter pylori 

·          cardamon : propriétés anti-inflammatoires utilisées en rhumatologie 

·          curcuma : indications digestives multiples 

·          encens :activité antiasthmatique 

·          férules : activité anticonceptionnelle 

·          gingembre : action antiémétique 

·          girofle : analgésie dentaire 

·          henné : activité tuberculostatique 

·          myrrhe :analgésique 

·          pavot : utilisation anesthésique des dérivés de l'opium 

·          safran : collyres anti-xerophtalmiques à teneur élevée en vitamine B2 

·          souchet :antipaludéen  

utilisation du savoir thérapeutique de l'Antiquité 

            Les arguments ne manquent pas pour reprendre l'exploration d'un vaste savoir que le "scientisme" des siècles précédents avait voulu ignore

1)       Le regain actuel d'intérêt pour toutes les formes de médecines traditionnelles qu'elles aient un support oral ou écrit en témoigne ainsi que l'essor de nouvelles disciplines telles l'ethno-botanique et l'ethno-pharmacologie. La recherche de nouveaux médicaments se dirige de plus en plus vers un domaine bien délaissé il y a peu, la phytothérapie : de nombreuses espèces de plantes médicinales sont en cours d'investigations, notamment des épices telles le curcuma et le gingemb

 2)       L'apparition des nouvelles techniques de traitement et de communication de l'information va transformer nos possibilités d'accès aux textes anciens, non seulement dans le recueil des données (c'est l'ensemble des œuvres et de leurs variantes qui nous devient disponible), mais aussi dans leur interprétation, nous permettant notamment de confronter les sources et leur analyse (indexation des mots-clés, calculs d'occurrence et cooccurrence des expressions, création de lexiques à entrée variable selon l'auteur et l'époque). 

 3)       L'idée d'un "message" thérapeutique, transmis au fil des âges, venu des traditions les plus lointaines du monde méditerranéen revient avec insistance dans notre travail. Nous avons le sentiment qu'une cohérence remarquable se manifeste, à travers des textes, des auteurs et des époques différents, dans tous les domaines du savoir thérapeutique de l'Antiquité, cohérence d'autant plus remarquable qu'elle contraste avec le foisonnement de "théories" médicales sur la nature et le mécanisme des maladies. 

 Ainsi peut-on déjà discerner l'émergence d'une nouvelle discipline, l'"archéo-pharmacologie" consacrée à la recherche de nouveaux médicaments orientée sur les textes de l'Antiquité. La réalisation de tels objectifs demandera de longs efforts et ne peut guère s'envisager autrement que dans le long terme. Notre époque est celle du paradoxe : on peut, dès à présent, nous en sommes assurés, prévoir un grand avenir à l'exploration scientifique du passé. 

Voir le texte complet de la thèse sur le site "Historia et medicina"

a.fabre.fl@gmail.com

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 29/07/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site