Prospero Alpini (1553 1617)

André J. Fabre            Juin 2015

Prospero Alpini (1553 1617), le promoteur de la pharmacopée des plantes tropicales

 

Né à Venise, Prospero Alpini commença d'abord une carrière militaire mais à l'âge de vingt et un ans, opta pour la médecine et vint faire ses études à Padoue. C'est là qu'il obtint son diplôme de médecin à l'âge de 25 ans.

Alpini va alors s'installer à Camposampiero, tout près de Padoue mais sa vie va basculer lorsqu'en 1580, le consul de Venise au Caire, Giorgio Hemo, lui propose de l'emmener en Egypte comme médecin de l'Ambassade de Venise.

Arrivé au Caire après un voyage très éprouvant, comme si souvent à l'époque, Prospero va se découvrir une véritable passion pour les plantes d'Orient et leur pharmacopée. Les médications végétales étaient alors base de toute thérapeutique et la botanique avait, de ce fait, une importance décisive.

Au cours de quatre années passées en Egypte, Alpini va mener de nombreuses recherches botaniques. C'est ainsi qu'il fut le premier à donner une description précise du caféier à qui il donna le nom latin de "caoua" et du palmier dattier, le " Phoenix dactylifera" dont Mahomet avait dit, à en croire Alpini : " Il y a parmi les arbres un dont les feuilles ne tombent pas. Il est comme le musulman... C’est le dattier les palmiers-dattiers femelles ne portent pas de fruits si leurs branches ne sont pas au contact avec celles des mâles, ou, d'une façon plus générale, si les fleurs femelles ne sont pas saupoudrées de pollen des fleurs mâles ou mises en contact avec elles."

L'apport principal d'Alpini restera d'avoir compris l'existence d'une différenciation sexuelle chez les végétaux : c'est sur ces bases que Linné, bien plus tard, édifiera son système de classification.

Alpini n'était pas seulement un grand botaniste, il était, aussi et avant tout, un grand médecin. Il s'intéressa particulièrement à ce qu'on appelait alors "l'état de mélancolie", mot faisant référence aux concepts de Galien sur la "bile noire"[1]. Alpini en détaille longuement l'histoire dans son Traité sur la médecine[2]publié en 1611 à Padoue

En 1584, Alpini revint en Italie pour s'installer, d'abord à Gênes puis en 1590 à Venise. Trois ans plus tard, il est appelé à prendre la chaire de botanique à l'Université de Padoue. Il fut ainsi appelé à prendre la direction du déjà célèbre Jardin botanique fondé en 1545 sur une commande du Sénat. Alpini avait gardé de son séjour en Egypte la passion des plantes d'Orient et y installa une serre tropicale ainsi qu'une bibliothèque et d'un "Herbier" abritant une collection unique de plantes médicinales.

Selon les directives de Prospero Alpini, tout, dans le Jardin botanique de Padoue, était symbole : les quatre allées principales figuraient la Rose des vents et le jardin, disposé en carrés, eux mêmes inscrits à l'intérieur de cercles, figurait la représentation traditionnelle de l'état de perfection.

 

envoyer vos commentaires àa.fabre.fl@gmail.com

 

[1] Le mot "mélancolie", dans son étymologie, reprend les conceptions anciennes sur le rôle nocif de ce qui était alors appelé "la bile noire".

[2] Prospero Alpini, "De medicina methodica libri tredecim" (Padoue, 1611).

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site