Roumanie et France : histoire d'une fascination mutuelle

ROUMANIE ET FRANCE : HISTOIRE D'UNE FASCINATION MUTUELLE

Octobre 2012                    André J. Fabre               

L’histoire des relations franco-roumaines est placée sous le signe d'un héritage commun qui a uni, à travers les âges, la Roumanie et la France dans tous les domaines de la pensée, des lettres et des arts

Sur le plan de la littérature trois noms illustrent bien cette symbiose franco-roumaine:

Anna-Élisabeth de Noailles (1876-1933)

 née princesse Bibesco Bassaraba de Brancovan, poétesse et romancière française, première femme à entrer à l'Académie royale Belge de langue et de littérature françaises.

Cette vieille et grande famille des Bibesco avait, tout au long du siécle dernier, pris une part active dans la vie littéraire française : citons Marthe Bibesco (1886 1973), cousine d'Anna, fille d'un célèbre diplomate français Jean Lahovary, qui avait épousé (à seize ans...) le prince Valentin Bibesco descendant de la Comtesse de Caraman –Chimay. Marthe a laissé un ensemble important de romans, récits et essais. Dans son salon de l'ile Saint Louis, elle recevait tous les grands noms du monde littéraire de l'époque, d'Anatole France à Paul Claudel. Hélène, fille d'un président du Conseil de Roumanie, eut deux fils, Emmanuel et Anton (promis au destin d'ambassadeur), tous deux amis intimes de Marcel Proust. Dans cette famille vouée aux mondanités, la princesse Jeanne faisait exception : elle avait choisi, à l’âge de 21 ans, d’entrer au Carmel

Panait Istrati (1884-1935)

 écrivain roumain de langue française qui connut une grande célébrité (Romain Rolland l'avait surnommé le Gorki des Balkans) pour mourir dans la misère, à la fois rejeté par les communistes et les fascistes.

Georghiu Ionescu (1909-1994)

 né d'un père roumain et d'une mère française dont le destin fut de faire connaître au monde entier le "théâtre de l'absurde" qui se réfère à une longue tradition de l'Europe centrale dans ce domaine : en témoigne l'œuvre d'un autre écrivain roumain, Ion Luca Caragiale.

Il faudrait également citer Mihai Eminezcu, le plus célèbre poète romantique de Roumanie et Tristan Tzara, un des fondateurs du mouvement surréaliste et Paul Celan considéré par beaucoup comme un des grand écrivains des temps modernes en langue allemande.

Les récits de voyage méritent une attention toute particulière

Paul Morand (1886-1976)

 célèbre diplomate et homme de lettre français, avait, dès le début de sa carrière littéraire, il avait eu des liens étroits avec la communauté roumaine de Paris, renforces par son mariage avec Hélène Chrissoveloni,  Princesse Soutzo. Il devint, pendant la dernière guerre, ambassadeur à Bucarest mais l'arrivée du pouvoir communiste suivi de la mort de son épouse allait le rendre "veuf de la Roumanie".

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

Lamartine avait tout au long de sa longue carrière d'écrivain et d'homme politique, marqué le plus haut intérêt pour la Roumanie : dès 1830, il se lie d'amitié avec le poète Vasile Alecsandri, en 1846, devenu président d’honneur de la Société des étudiants roumains à Paris il prononce la phrase célèbre "Votre terre à la nôtre liée". Au retour de son voyage en Orient, Lamartine avait fait un long séjour à Plovdiv, aujourd'hui en terre Bulgare.

Dominique Fernandez (né en 1929)

Fernandez a célébré dans un de ses meilleurs livres, Rhapsodie roumaine le charme des promenades à travers la Moldavie.

Citons aussi Gérard de Nerval qui donne une large place dans son Voyage en Orient à ceux qu'il nomme "les Valaques" , André Breton qui décréta un jour Bucureşti “capitale du surréalisme”, Claude Magris, grand connaisseur de la "Mittel Europa" qu'il explora au fil du Danube dans un livre célèbre et Dora d'Istria qui a laissé une œuvre foisonnante, composée de récits de voyages et de manifestes féministes

 Les artistes viennent ensuite

Peintres

Theodor Aman, précurseur des Impressionnistes et Stephane Luchian, paysagiste surdoué, tiraillé toute son existence entre les enseignements contradictoires de l'Académie des Beaux Arts de Munich et de l'Académie parisienne Jullian.

Sculpteurs

Constantin Brancusi qui vécut toute sa vie à Paris, véritable créateur de l'abstraction sculpturale et Camillle Claudel, sœur trop méconnue du célèbre dramaturge et diplomate Paul Claudel : plusieurs de ses plus belles sculptures ont trouvé refuge en Roumanie grâce à un ancien médecin de l'Institut Pasteur, Alexandre Slatineanu

Musiciens

Georges Enescu, violoniste de grande renommé, , chef d'orchestre, pianiste et compositeur, Dino Lipati, pianiste à la technique éblouissante, Sergiu Celidabache, célèbre pour sa direction d'orchestre, George Zammmfir musicien autodidacte mais virtuose du naï, la flûte de Pan roumaine

Cinéastes

Les Français n'ont longtemps connu d'autre nom roumain, dans ce domaine que celui du réalisateur hollywoodien, Jean Negulesco, célèbre auteur de "How to marry a millionaire"...mais par la suite, Lucian Pintilie (Terminus Paradis) et Mircea Danieluc ("Le Lit conjugal") ont témoigné de l'existence d'un cinema roumain véritable.

Gens du spectacle

De très nombreux acteurs et actrices se sont fait connaître à Paris depuis le siécle dernier: Alice Cocea, de Max, Jean Yonnel, Jany Holt, et aussi, Lana Marconi, actrice et dernière épouse de Sacha Guitry et...Johny Weismuller, le célèbre Tarzan d'Hollywood, dont la famille était originaire de Timişoara

Nous avons tenté d'analyser les composantes de cette fascination si durable entre la Roumanie et la France :

Equivoques et mythes

La France n'est elle qu'un phantasme pour les Roumains ? De ce pays, les lycéens roumains, d'après une enquête récente, ne connaissent que les fromages, les vins et ...la Tour Eiffel

La Roumanie n'est elle pour les Français qu'un rêve ? Dans une autre étude, les lycéens Français paraissent ne connaître de la Roumanie que les Tziganes perçant les pièces de monnaie pour les faire entrer dans les machines à parking, les pickpockets roumains qui guettent les touristes à la sortie du Musée du Louvre...et les trop connus "plombiers roumains"...

C'est assez dire l'importance de désamorcer dès l'âgé de l'école le piège des mythes !

 Coexistence en Roumanie de mondes multiples

Mondes slave, germanique, hier, nord-américain ou peut être même chinois demain. La mondialisation est en marche à plusieurs niveaux et même plusieurs vitesses : l'économie marche plus vite que la culture : où la France peut elle trouver sa place?

Importance des références à notre ancêtre commun, le génie latin :

Tout en Roumanie comme en France, porte l'empreinte de la latinité : l'Histoire, la langue, la culture

Certes, la France est partout présente en Roumanie grâce à l'Institut français de Bucarest, aux lycées français de Roumanie, aux Alliances françaises de Constantza mais aussi de Brasov, Craiova, Pitesti et Ploiesti.

Ce qui reste à souhaiter c'est la réalisation d'une Communauté de la Culture Latine, une "C.C.L.", alliant par la culture Portugal, France et Italie.

 Comme le soulignait le général de Gaulle, depuis toujours, au cours des drames où furent jetés, au cours des siècles Roumains et Français, jamais, quoi qu’il arrive, ne se sont considérés autrement qu’avec beaucoup d’estime et de sympathie".

 

a.fabre.fl@gmail.com

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 29/07/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site