Soudaon l'été dernier

 

"SOUDAIN, L'ÉTÉ DERNIER" (SUDDENLY  LAST SUMMER"

(METTEUR EN SCÈNE JOSEPH L. MANKIEWICZ )(1959) (USA)

 

Résultat de recherche d'images pour "Suddenly last summer"Avec Elizabeth Taylor, Katherine Hepburn, Montgomery Clift:

Le film est adapté d'une d'une pièce de Tennessee Willimas jouée pour la première fois à Broadway en 1958

L'auteur avait fait sur sa pièce ce commentaire "Metapphoriquement, l'homme se nourrit de ses semblables sans avoir l'excuse des animaux qui luttent pour leur survie. C'est pourquoi je parle de cannibalisme pour décrire la façon dont on chacun l'autre sans conscience ... les gens se dévorent [1]"

Le sujet du film est l'hitoire d'un jeune neuro-chirurgien, le Dr. Cukrowicz (interprété par Montogomery Clift) qui s'est rendu célèbre en pratiquant des lobotomies cerebrales travaille dans un sinistre asile public d'aliénés

Violette Venable, richissime veuve, le fait venir dans sa splendide demeure "coloniale" de La Nouvelle-Orléans. Son fils Sebastian est mort en Europe l’été précédent et sa nièce Catherine, qui a assisté à sa mort, est devenue soudain devenue folle. L'idée de, Violette Venable est qu’une lobotomie pourrait l’aider sa niece à retrouver la raison et elle fait comprendre au neuro-chirurgien qu'elle fera, s'il accepte,  une donation importante à son hôpital.

Le médecin tente alors de faire remonter à la surface les souvenirs de Catherine sur la mort de Sébastian. Une  scène décisive est organisée  dans la demeure de Mrs. Venable, en sa présence. Sous l’effet d’un sérum de vérité, le délire de Catherine devient un récit cohérent et la vérité éclate enfin au grand jour : lors de ses dernières vacances, en Espagne, Sebastian a été assassiné par une bande de mendiants affamés, et dévoré encore vivant.

Pour les critiques, dès les premières scènes, le scénario du film  est tout entier voué aux symboles. Le "manoir de style victorien", est là en référence avec le style "gothique" si populaire dans l'Angleterre du XVIIème  siècle.

Le "Jungle-jardin " de Sebastian, avec ses couleurs et sa nature sauvage reprend le thème de la prédation et les critiques du monde moderne.

Violette et Sebastien, symboles d'une cruauté originelle,  dévorent metaphoriquement le monde qui les entoure ainsi que le font les oiseaux des Galapagos ou encore,  les plantes carnivores dont parle l'auteur au débit de la pièce. Leur nom est explicite : "Venus flytrap" ("Le piège de Vénus")[2]

 

[1] "Conversations with Tennessee Williams" (Ed. U. of Mississippi Press, 1986), p274)

[2] Le nom botanique est "Dionaea muscipula" (" Dionée attrape-mouche")

 

 

Adresser vos commentaires à a.fabre.fl@gmail.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site