Sun YAT SEN (1866-1925)

A.J.Fabre                                                         Janvier 2015

Sun YAT SEN (1866-1925) 

 Sun Yat-sen fut certes médecin et politicien mais certes pas comme les autres c'est lui qui donna le signal de la Révolution en Chine.

Il était né dans une très pauvre famille de paysans de Cuiheng, à quelques au nord de la colonie portugaise de Macao et, à 13 ans, part avec son frère Sun Mei à Hawaii, royaume indépendant bien que sous forte influence américaine.

 Là, il fait sa scolarité au Collège de l'ile Oahu et y a apprend à bien parler anglais.

 A ce croient savoir ses biographes. Sun Yat Sen était fasciné par la religion chrétienne, mais, en 1883 , son frère l'a fait revenir de force en Chine pour l'empêcher de se convertir.

En 1884 Sun est devenu étudiant à Hong Kong au futur Collège de la Reine : il va y recevoir le baptême des mains d'un pasteur américain et s'inscrit à l'université de médecine pour les Chinois de Hong Kong. En 1893, il y reçoit son diplôme, l'un des tout premiers étudiants diplômés en médecine.

Sun pratique s'installe alors à Hong Kong pour y pratiquer la médecine générale mais son expérience de la carrière médicale sera brève..

En effet, Sun Yat Sen va de plus en plus s'impliquer dans la cause nationaliste chinoise. Il devient un leader en vue dans ce mouvement et se présente aux élections de Canton en 1895. Jugé comme propagateur d'idées trop dangereuses, il doit quitter la Chine et se refugier au Japon où il commence à collecter des fonds pour la révolution et la libération de la Chine, alors sous domination étrangère.

En 1896, Sun se rend à Londres et, au terme d'affrontements politiques, va occuper symboliquement  l'ambassade de Chine. Il part ensuite aux États-Unis, et y reprend sa campagne au sein de avec la communauté chinoise.

Il revient en Chine en 1900 en pleine révolte des Boxers[1], et va prendre contact avec les révolutionnaires qui vont renverser la dynastie Mandchoue.

L'Histoire de la Chine va basculer lorsque survient la Grande révolution d'Octobre 1911 : à vrai dire, Sun Yat Sen était aux Etats Unis et ne put revenir à Shanghai qu'à la fin de l'année mais le 30 décembre, il est élu par 17 provinces comme chef d'état provisoire du gouvernement républicain basé à Nankin.

Après bien des péripéties, Sun Yat Sen va fonder le Kuo-ming-tang, le parti nationaliste chinois ont continué, cependant le autocratique du général Yuan Shilai écrase tous ses adversaires. Sun doit à nouveau s'exiler en 1913 mais réapparaitra à la mort de Yuan, en 1916 pour former un gouvernement militaire indépendant pour continuer la lutte de la Chine du Sud contre le régime de Pékin. En 1915 Sun Yat Sen avait épousé le fille d'un homme d'affaires de Shanghai, Soong Ching-ling, qui allait devenir une des femmes les plus populaires de Chine[2]

En 1920, le Komintern de Russie soviétique apporte son soutien à Sun pour faire du Kouo-Min-Tang un parti nationaliste anti-impérialiste et antiféodal. Désormais l'objectif principal est d'unifier la Chine mais il va décéder d'un cancer du foie en 1925. Il était âgé de 59 ans

L'Histoire fabuleuse de Sun Yat Sen a suscité d'innombrables ouvrages en Chine comme à Taiwan, aux Etats Unis ou en Europe.. Citons, pour France, le livre de Marie-Claire Bergère, " Sun Yat-sen La Chine au XXème siècle, D'une révolution à l'autre" paru en 19884[3]

Les médias audio-visuels de notre époque ne sont pas en reste restés modernes se sont largement, ainsi, les séries télévisées chinoises: " Soong Sisters" et "The Road to Dawn", diffusées à Hong Kong et une saga, "Towards the republc" diffusée sur la grande chaine chinoise CCTV, en 2003.

Sun Yat Sen eut le privilège peu courant de devenir en 2011 héros d'opéra avec une oeuvre, "Le Dr. Sun Yat Sen et sa femme Soong Ching-Ling", composée par un pur chinois né aux iles Hainan mais formé à la Julliard School de New York

 

Envoyer vos commentaires à a.fabre.fl@gmail.com



[1] Les "Boxers" avaient reçu leur nom de leur volonté d'être les " Poings de la justice et de la concorde" en Chine

[2] Soong Ching-ling (1893-1981) fut vice-presidente de la République de Chine de 1959 à 1975

[3] Marie-Claire Bergère et coll. " Sun Yat-sen La Chine au XXeme siècle, D'une revolution à l'autre (1895-1949)" (Volume 1 de la série "La Chine au XXe siècle") (Ed. Arthème Fayard, Paris, 1994)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site