Thomas Addison (1793-1860)

Thomas Addison (1793-1860) : un génie de la médecine rongé par la dépression

Thomas Addison, un des grands médecins du XIXème siècle connut a gloire et la déchéance.

Il etait né à Long Benton, près de Newcastle-upon-Tyne de Sarah et Joseph Addison, un épicier et marchand de farine. Il a été en classe  à la Royal Grammar School de Newcastle où il apprit, entre autres,  à parler couramment le latin. Il fit ses études à l'École de médecine d'Edimbourg en 1812 et reçut son diplôme en 1815 avec une thèse sur le traitement mercuriel de la syphilis[1]

Addison est ensuite allé à Londres où il a été résident en chirurgie  à l'Hôpital Lock. Il a monté ensuite tous les degrés de la réussite, terminant Professeur de pathologie interne au célèbre Guy's Hospital de Londres[2], . Il est resté à ce poste jusqu'en 1855

L'apport d'Addison à la médecine a été considérable : il fut le premier à décrire la maladie qui porte son nom[3], associant pigmentation bronzée des teguments et, insuffisance de la glande surrénale le plus souvent causée par la tuberculose[4].  Il faut ici observer  qu'Addison s'était depuis longtemps intéressé au problème des pigmentations cutanées

Addison  a aussi décrit le premier l'anémie macrocytaire dite d'"Addison-Biermer" et l'adréno-leucodystrophie, dite "maladie d'Addison (Schilder"

Le drame dans la vie de Thomas Addison fut  la récurrence de son état dépressif.  Il finit par se suicider. Le "Herald Tribune de Brighton" résume ainsi le drame : "Le Pr. Adddison  était âgé de 72 ans et était atteint d’une forme de folie appelée mélancolie qui altérait son état mental. Il se promenait dans le jardin avec ses infirmiers au moment où il a été appelé pour le dîner. Il a fait un pas vers la porte d’entrée, mais tout à coup s’est jeté par-dessus un muret dans la cour — d’une hauteur de neuf pieds — s’est fracturé le crâne et est décédé à une heure du matin"

 

[1] "Dissertatio médicaments inauguralis quaedam la syphilide et hydrargyro complectens"

[2] Le Guys Hospital, situé près du London Bridge avait été construit en 1721 par un riche éditeur, Sir Thomas Gu,  qui s'etaity enrichi dans la specuation sur la Compagnie des mers du Sud

[3] C'est le mérite de Trousseau d'avoir fait en sorte que l'insuffisance surrenale porte le nom de son découvreur

[4] Thomas Addison, "On The Constitutional And Local Effects Of Disease Of The Supra-Renal Capsules" (Ed. Samuel Highley,‎ London, 1855

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site