UN MEDECIN FRANÇAIS A BADEN-BADEN (1959-1960)

(A.J. Fabre) (16/06/2015)

UN MEDECIN FRANÇAIS A BADEN-BADEN

(1959-1960)

Souvenirs d'un médecin du contingent

(A l'issue de mon incorporation au Fort de Vincennes puis à la caserne de Lyon, puis (pour un temps très bref…) à l'infirmerie de la Légion étrangère, je fus "affecté" en Allemagne, dans ce qu'on appelait alors les FFA ("Forces françaises en Allemagne"), regroupant, de 1949 à 1993, les unités de l'armée française de la zone d'occupation française en Allemagne et à Berlin-Ouest.

J'arrivais à Baden-Baden le 3 janvier 1959

La vieille gare fonctionnait encore : c'est depuis devenu un musée…

Une chance extraordinaire : un médecin aspirant veut retourner en France et me laisse sa place à la caserne de Lattre de Tassigny.

Je fais alors connaissance des autres aspirants du service de santé : médecins, dentistes et pharmaciens.

Je vais loger au très charmant hôtel Paris dirigé par un "dur de dur", ancien légionnaire allemand.

Après une sieste royale je vais faire connaissance du Mess de La Tour d'Auvergne belle bâtisse moderne située en haut d'un escalier monumental.

Le soir même nous allons, à pied (la voiture officielle des médecins aspirants etait en révision…) au Cercle franco-allemand de la Kaiser Allee : ambiance garantie…

Me voilà donc médecin du GQG des FFA à la caserne de Lattre de Tassigny, sous les ordres d'un très sympathique commandant médecin militaire

Ma première garde : un officier de marine avait tenté de tenir tête au cours d'un cocktail aux membres de la délégation russe : mal lui en prit. Après plusieurs bouteilles de vodka les Russes étaient frais comme des gardons, l'officier de marine (breton) en coma quasi dépassé : il fallut l'hospitaliser..

A peine arrivé, achat d'une Nash immatriculée FFA. Qu'étaitdonc la Nash ? : Nash Motors fut créé en 1914 par un constructeur automobile de Kenosha (Wisconsin) puis fusionné avec Kelvinator en 1938 comme Nash-Kelvinator Corporation. En 1954, cette compagnie fusionna avec Hudson Motor Car Company pour former American Motors Corporation (AMC), le quatrième plus grand constructeur automobile aux États-Unis. Après la fusion, la marque Nash continua jusqu'en 1957 devenant ensuite la marque Rambler .

Routine d'une journée de médecin aspirant à la caserne de Lattre de Tassigny

Arrivée le matin à 9 heures

Consultation des soldats et sous officiers (les officiers voyaient le commandant)

Break à 11 heures avec pause Maxwell Café (acheté au PX de Karlsruhe tout proche)

Déjeuner à midi à la table des "aspis" au mess de la Tour d'Auvergne

Retour à 14 heures pour une activité assez réduite : comme l'a dit un de mes prédécesseurs :"A l'armée tout se fait de bonne heure le matin"

Départ à 17 heures

Retour à l'hôtel Paris

Quelques souvenirs de la première année à Baden-Oos

Le bal du Printemps: J'avais lancé l'idée d'une décoration "sauvage" et me voilà parti à la tête d'une section de bidasses couper des branchages à Koupeheim pour garnir les murs de la Grande salle : effet saisissant mais je ne sais trop 86

pourquoi, la mélancolie arrive ce soir là avec le disque des Platters "Only you"

Une soirée avec un chanteur de charme connu qui faisait lui aussi, son service militaire, François Deguelt : "Le ciel, le soleil et la mer"

Repas et interminables discussions à la table des aspirants. Au niveau supérieur étaient installés les dineurs "de classe" ou de haut rang (officiers anglais, américains et allemands, mais jamais de Russes…)

Un diner aux cuisines avec chez Annie rescapée de l'enfer tchèque et son boy-friend hongrois cuisinier au mess.

Episode du lieutenant parachutiste qui s'évanouit lors d'une prise de sang : il m'avoue "le sang des autres, ça ne me fait rien mais le mien, je ne peux pas supporter

Visites à l''hôpital de Buhl, le plus moderne alors des hôpitaux de France : histoire de l''hallux valgus du médecin général : un PMU s'organise chez des aspirants : deviner quel sera le premier dans la course à venir présenter ses devoirs à l'opéré ?

Une opération de grandes manoeuvres interalliées où je participe comme interprète. Durant le repas avec l'état major dans une tente fastueuse dressée en plein bois, nous jonglons, entre poire et fromage avec les "mégamorts" (plus de cent milles), un mot que j'ignorais en français comme en anglais...

Mon Dernier match de tennis : l’absence de short blanc me fait devenir "personna non grata"..

Les officiers d'état major paradant avec le Monde (journal quasi défendu mais symbole fort d'intellectualisme) sous le bras pour aller aux toilettes lire le Canard Enchainé

Récits des officiers sur la guerre en Algérie et les sinistres "corvées de bois" en hélicoptère

Cigarettes : au bar de la tour d'Auvergne ma ration de Player Navycut à 0,50 F le paquet : ma paye était de 10 F par mois et une cartouche de Gauloises "Troupe" par semaine...

Un ami US rencontré au bar du mess qui loin de chez lui se saoulait méthodiquement avec des bières coupées de vodka*

Les malheurs d'une recrue de seconde classe danseur du ballet de l'Opéra et victime du sadisme de l'adjudant chef pied noir

Les "cités-cadres" des FFA : Thiérache, Bretagne, Normandie et Paris à l’entrée de la ville et dans le centre de Baden Baden la cité Paradis. Hippodrome d'Ifflezheim où je suis médecin de garde pour le concours hippique de l'armée

Le cinéma "Le Paris" où j'ai vu "Hiroshima mon amour" : on peut dire tout de ce film mais pas que ce soit une oeuvre "mièvre"…

Ainsi donc, tout était parfait (et gratuit) aux FFA : le plus parfait exemple de société collective à la Proudhon ..

A la découverte de la ville Baden-Baden

La devise de la vile était "Ihr niveau""…Tout un programme

Le casino, les ruines romaines, l'église, Lichtentaler Allee, "HohenbadeNeues schloss, Eglise russe, Stiffs kirche, Mount Merkur : que de splendides souvenirs…

Un Gasthaus merveilleux dans la vieille ville (disparu depuis…) : le Krokodil

Le Franc français était alors en parité quasi égale avec le DM mais ce ne sera pas pour longtemps…

La divine pâtisserie Le König avec une moisson de journaux et revues de tous les pays 87

Nous prenons des leçons d'allemand chez des retraités heureux de l'aubaine, dans une magnifique maison surplombant Baden

Souvenir d'excursions sur la Schwarzwald Hochstrasse et Unterstmatt sous la neige mais nous ne sortions guère de la ville qui envoute ceux qui y vivent (Baden Baden ne serait elle pas une autre Venise qui enferme ses visiteurs ?)

Les visites à la caserne US et canadienne de Karlsruhe : Souvenir ++ : la soirée à la patinoire de la caserne canadienne de Karlsruhe pour voir mon premier match de hockey sur glace. Souvenir, aussi, de la séance de vaccinations des militaires US

Bons repas au Restaurant Fishkultur sur les bords de la Murg et aussi au Klostershenke

Voyage avec la Nash pour aller au PX de Karlsruhe acheter : Maxwell, hot dogs, ketchup et sun-goggles et, grand luxe à l'époque, un magnétophone

Les soirées inoubliables du Kurhaus

Le Kurhaus a une histoire étonnante : La structure principale a été conçu en 1824 par Friedrich Weinbrenner, qui a fait construire le colonnes corinthiennes et-griffons sur la frise de la grande entrée et les intérieurs néoclassiques.

La renommée est venue dans années 1830, quand le jeu a été interdit en France : les joueurs acharnés traversaient la frontière pour tenter leur chance aux tables de jeux du Kurhaus : ainsi, Fiodor Dostoïevski qui eut en 1866 au Kurhaus l'idée de son roman "Le joueur" Marlene Dietrich dit plusieurs fois "c'est le plus beau casino du monde."

Atmosphère feutrée d'un palais romantique du XIXème siecle

Klaus Fischer (1930)

Grand écrivain de Baden-Baden*

"Faites Votre Jeu: History of the Casino Baden-Baden " Livre sur le Kurhaus1

1 Klaus Fischer Faites Votre Jeu: History of the Casino Baden-Baden (Spielblank Baden Baden Ed., 1975)

Souvenirs de "Blick auf Philadelphia" première au Théâtre de Baden Baden en 1960

Voyage en Bavière

Grand périple avec la Nash : Fussen, Garmisch, Mittenwald

Château de Louis II de Bavière à Neuschwanstein

A ce moment de l'année, magnifiques paysages avec des fleurs partout : magnifiques crocus jaunes

Premier voyage a Berlin (Novembre 1959)

Nous partons avec le train militaire français qui relie trois fois par semaine le GQG à Berlin (le train US est quotidien…)

Un voyage inoubliable

A la traversée de la frontière entre les deux Allemagnes, les stores sont abaissés sur ordre de la police Est Allemande qui patrouille partout, l'arme à l'épaule (nous l'apprendrons plus tard, 200 fugitifs étaient morts peu avant en tentant de fuir la RDA..)

Arrivée à la Gare française de Tegel, à Buddestrasse. La gare a été Inaugurée en 1947 par le général Jean Ganeval, ancien déporté de Buchenwald, gouverneur militaire français de Berlin. C'est un grand bâtiment principal aux boiseries de charpente apparente, bordant un quai de cinq cents mètres. 88

Le Camp Napoléon

Arrivée au Camp Napoléon Nous arrivons au Camp Napoléon Kurt-Schumacher Damm, ancienne Caserne Hermann Goering dont l'histoire est fortement imprégnée des souvenirs nazis : A l'emplacement actuel, s'élevait à la fin du XIXe siècle une caserne d'aérostiers. En 1928, les bâtiments furent attribués à la police puis en unité militaire intégrée à la Luftwaffe sous le nom de Caserne Hermann Goering. Achevés en 1936, les travaux coutèrent près de 80 millions de reichsmarks. Les casernements occupaient une surface de 80 ha, les bâtiments de 21 types différents présentaient l'aspect de maisons d'habitation. Une route ovoïde - de la largeur d'une chaussée d'autoroute.

En 1937 fut constitué le Régiment Général Goering, auquel se joignent d'autres unités en 1939. En 1943, la moitié du quartier est aménagé en hôpital militaire. Lors de la bataille de Berlin, en 1945, la caserne faisait partie des secteurs de défense G et H, Berlin - Nord. Les troupes soviétiques prennent le contrôle de la caserne les 24 et 25 avril 1945. Après les combats, 20% des bâtiments étaient encore habitables, 40% endommagés et 40% entièrement détruits.

A l'arrivée des Forces Françaises d'occupation, le 12 août 1945, le service du génie fit reconstruire les bâtiments endommagés. La caserne prit alors le nom de Quartier Napoléon, en souvenir de l'entrée de l'Empereur à Berlin, suite à la victoire d'Iéna le 27 octobre 1806

Après le départ des FFA en 1994, la Bundeswehr investit le Quartier Napoléon, qui fut débaptisé en Julius Leber Kaserne.

Au Camp Napoléon, notre chambre est splendide mais réveil le matin par le cri des corbeaux qui volent sous la neige

Le Reichstag

Au XIXème siècle, c'était le palais Raczynski. En 1884 le Reichstag s'est construit sur la Königsplatz avec l'argent de la France occupée. Le bâtiment de style néo-classique est surmonté d'une coupole La devise « Dem Deutschen Volke » a été apposée pendant la Première Guerre mondiale (1916). Les lettres de bronze furent coulées dans le matériau de deux canons, prises de guerres napoléoniennes de 1813-1814, mis à disposition par l'empereur Guillaume II.

Les quatre imposantes tours d'angle symbolisent les quatre royaumes de l'empire allemand : Bavière, Saxe, Prusse, Wurtemberg.

Le 9 novembre 1918, depuis une fenêtre du palais, le social-démocrate Philipp Scheidemann annonce la fin de la monarchie des Hohenzollern à la tête de l'Empire allemand et proclame la République, après la révolution de novembre.

Dans la nuit du 27 au 28 février 1933 le bâtiment a été incendié. La culpabilité de Marinus van der Lubbe n'a jamais été prouvée mais les nazis présentent l'événement comme un « complot communiste »

C'est sur le faîte du palais que l'armée soviétique hisse un drapeau rouge le 2 mai 1945 lors de la prise de Berlin à la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la bataille de Berlin. La célèbre photographie de l'événement fut retouchée pour effacer une des deux montres, celle au poignet droit de l'officier soutenant le soldat portant le drapeau

Lors de la séparation de la ville, le palais situait à la limite du secteur oriental, à tel point que le mur de Berlin se situait au pied de la façade du bâtiment.

Brandeburg Tor

Construite par Carl Gotthard Langhans (1732-1808) pour le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II (1744-1797). Elle fut construite de 1788 à 1791 dans le style néoclassique, en s'inspirant du Propylée de l'Acropole d'Athènes

La "Pariser Platz" termine à l'est l'avenue Unter den Linden,

La porte a été construite en 1734. Elle fait 26 mètres de haut, 65 mètres de large et a une profondeur de 11 mètres. Elle comprend cinq passages et deux maisonnettes. Jusqu'à ce que le Kaiser fût déposé, celui-ci était le seul à pouvoir passer sans son véhicule sous le passage central.

En 1793, elle est couronnée du quadrige de Johann Gottfried Schadow (1764-1850) figurant la déesse de la Victoire sur un char tiré par quatre chevaux. Cette statue a été réalisée en cuivre.

En 1806, le quadrige avait été emporté par Napoléon Bonaparte. Après la chute du Premier Empire, le quadrige retourne à Berlin, où il est restauré et agrémenté d'un nouveau symbole de pouvoir (l'aigle prussien). Le quadrige a retrouvé, après bien des débats, son aigle et sa croix de fer, attributs guerriers dessinés par Karl Friedrich Schinkel à la demande du roi Frédéric-Guillaume III.

Visite de Berlin Est

En avant pour la visite de Berlin qui est alors coupé en deux avec comme seuls trois CheckPoints : Le Check Point Charlie était réservé au passage des étrangers, des personnels diplomatiques et des échanges de prisonniers, étant le point de passage obligé pour les véhicules occidentaux, les piétons pouvant également transiter par la gare de Friedrichstrasse. Aujourd'hui tout cela n'est qu'un très lointain souvenir mais les touristes se pressetn t toujours pour se faire photographier avec des figurants en uniforme

Première expérience : nous prenons le métro U-Bahn qui reliait les deux Berlin (aucun contrôle de frontière) pour nous rendre à Ost-Berlin. Remarqué les affiches montrant des photographies de trafiquants de pommes de terre dépouillée de tout vêtement, un sac de patates à la main. Nombreux achats de livres dans les librairies de Berlin Est : la culture est la grande 'industrie d'Ost Berlin, mais aussi disques en particulier chant religieux juif, oeuvres complètes de Karl Marx

Nous faisons, dans un café, connaissance d'un agent double (ou triple ?), M. Mazurka, qui se déclare très ému des nouvelles de la mort de Gérard Philippe

La Stalin Allee

Nous nous rendons à la Stalin Allee. Karl-Marx Alllee dans quartier de Friedrichshain ; La Karl-Marx Allee (KMA, à l'origine Große Frankfurter Straße, puis Stalinallee à partir de du 21 décembre 1949 jusqu'au 13 novembre 1961), située à Berlin, constitue la plus grande artère d'Allemagne, se prolongeant dans la Frankfurter Allee sur plus de sept kilomètres. L'avenue se compose de huit files et d'un important terre-plein central.

Complètement détruite après guerre, cette artère située dès 1945 dans le secteur d'occupation soviétique qui allait devenir Berlin-Est, est vite devenue un symbole de cette partie de la ville. Le régime communiste, qui régna en République démocratique allemande (RDA) jusqu'en 1990, y faisait défiler son armée chaque année. Ce fut un des seuls quartiers de Berlin-est à être correctement reconstruit pour accueillir les pontes du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED). Le 17 juin 1953, la première grande manifestation des ouvriers de Berlin-est sur la KMA a été fortement réprimée par le régime. La Straße des 17. Juni (« rue du 17 juin ») à Berlin-ouest commémore cette répression. L'architecture, de la fontaine de la Straußberger Platz aux deux

tours "IVG" de la Frankfurter Tor, constitue une démonstration de la grandeur soviétique. Sur environ un kilomètre, les immeubles se présentent de manière brute et massive. Ils disposent d'ascenseurs, ce qui est très rare à Berlin-Est, et les appartements sont particulièrement importants en superficie et en hauteur. Les toits des immeubles offrent une vue incomparable sur Berlin.

Am Schiffbauerdamm

Sur les rivages de la Spree : le théâtre du Berliner ensemble, "Am Schiffbauerdamm au bord du fleuve Schiffbauerdamm dans le quartier de Mitte . Après 1954, foyer de la compagnie de théâtre Berliner Ensemble, fondé en 1949 par Hélène Weigel et Bertolt Brecht. Le nom original de la construction néo-baroque par l'architecte Heinrich Seeling a été Neues Theater. La première représentation a été Johann Wolfgang von Goethe jouer Iphigénie en Tauride. Die Weber, un drame naturaliste de Gerhart Hauptmann a eu sa première en audience privée au théâtre le Février 26, 1893. De 1903 à 1906, le Théâtre Neues était sous la direction de Max Reinhardt, il est devenu plus tard le site de nombreuses opérettes. Avec la première de la comédie Der Weinberg fröhliche par Carl Zuckmayer le 22 Décembre 1925 le théâtre de retour à l'art dramatique, suivie par les premières représentations de L'Opéra de quat'sous (Die Dreigroschenoper) le 31 août 1928 et de l'Italienische Nacht par Ödön von Horváth le 20 Mars, 1931. Bertolt Brecht, mise en scène Pionniers jouent Marieluise Fleißer à Ingolstadt le 30 Mars 1929, provoquant un véritable scandale. Le théâtre vu Gustaf Gründgens donnant ses débuts comme réalisateur avec Orphée de Jean Cocteau et de spectacles invités par la compagnie Truppe stade 31 de Gustav von Wangenheim. Le Berliner -nsemble avait été fondé en Novembre 1949par Brecht d'une nouvelle carrière en Allemagne, pour lui et sa femme Helene Weigel et les efforts des politiciens communistes dans la zone d'occupation soviétique et plus tard Allemagne de l'Est après la construction d'un scène culturelle prestigieuse à Berlin-Est pour voir.

Le grands acteurs : Lotte Lenya, épouse de Kurt Weil, Carola Neher, Hilde Körber, Hélène Weigel, Ernst Busch, Ernst Deutsch, Kurt Gerron, Theo Lingen et Peter Lorre. Avec l'arrivée des nazis en 1933 le théâtre a diminué et a été définitivement fermée en 1944. Réouvert après la Seconde Guerre mondiale

Nous avons eu la chance d'assister à trois représentations du Theater am Schiffbauerdamm Dreigroschen Oper, Berlin, hundert kilometer, et Arturo Ui. Buffet plantureux et quasi gratuit...

Le Kurfurstendamm et le secteur américain

Kurfürstendamm était un chemin construit par le margrave de Brandebourg pour aller à son pavillon de chasse de Grunewald, érigé en 1542 à la demande

de l'électeur Joachim II Hector Hohenzollern à travers la zone marécageuse

De 1875, le chemin a été embelli en un large boulevard à l'initiative du personnel du chancelier von Bismarck

En 1882, Ernst Werner von Siemens a présenté le premier trolleybus Elektromote sur une piste près de la station expérimentale Halensee.

À proximité du Parc Luna calqué sur Coney Island, où le boxeur Max Schmeling a gagné son premier titre d'un des lourds légers champion allemand en 1926.

Après une longue période de déclin du parc a finalement été fermé en 1933, de grandes parties sont aujourd'hui couverte par le Stadtautobahn.

Pendant les «années folles» la zone Kurfürstendamm était un centre de loisirs et de la vie nocturne à Berlin, une ère qui a pris fin avec la Grande Dépression et la Machtergreifung nazie en 1933. Les magasins et les entreprises détenues par des gens de métier juive devint la cible de plusieurs pogroms, aboutissant à la "Nuit de Cristal" du 9 Novembre, 1938. Dans la Seconde Guerre mondiale, Le Boulevard a subi des dommages graves de raids aériens et de la bataille de Berlin.

Néanmoins après la reconstruction de la guerre a commencé rapidement et Lorsque Berlin a été séparé en Est et Berlin-Ouest, le Kurfürstendamm est devenu le leader rue commerçante de Berlin-Ouest dans ses jours de miracle économique.

Nous allons après reprendre quelques forces dans le secteur américain, au Kurfurstendamm, pour un thé au tout nouvel Hotel Hilton, construit en 1958 par Conrad Hilton. C'était alors le plus moderne de tous les hôpitaux d'Europe avec sa façade en damier dont le style résolument moderne (pour 1969...) nous impressionne beaucoup...

La mission US de Baden-Oos

Nous faisons connaissance du commandant de la légation américaine à Baden Baden, et de sa famille :sa femme, canadienne, et ses deux filles dont l'une a réussi au cinéma

Nombreuses visites dans les bureaux de la mission US et au colonel autrichien, chef de la mission américaine

Tous les soirs se projetait un film grâce à un sergent aux avant bras tatoués, dans e bureau du colonel. Le dispositif était celui d'un vrai cinéma mais agrémenté de messages "morse" en arrière plan

A la fin de la projection de "Thirst of Evil" d'Orson Welles : commentaire lapidaire du sergent "Just crazy"…

Voyage à Munich pour assister aux ceremonies de l'Oktober Fest 1959)

Quatorze tentes géantes montées et décorées pour l'occasion, ainsi que dans des tentes plus modestes et dans les « jardins à bière » (Biergarten) attenants. La bière est servie en Mass, chopes d'un litre. Sous les tentes, des orchestres interprètent des chansons et musiques bavaroises traditionnelles, auxquelles viennent s'ajouter, vers le soir, des chansons à succès allemandes et internationales. Généralement le public, debout sur les bancs, reprend en choeur ces chansons.

Comment ne pas évoquer ici Comment ne pas évoquer la Damnation de Faust de Berlioz : " Ecoute bien ceci. Nous allons voir, docteur, La bestialité dans toute sa candeur" " 91

Un noir allemand ou un allemand noir ? parade avec sur sur son blouson : "October Fest for life"

Noel 1959

permission obtenue par le GQG qui s'est montré particulièrement compréhensif avec le petit médecin aspirant , je suis parti en permission en Scandinavie, avec, très certainement, la première et la dernière "perm" de toute l'histoire militaire pour un voyage de tourisme à l'étranger…

Il fallait d'abord prendre le train US de Frankfurt à Hamburg2 et accepter une longue attente à Gottingen au café de la gare au milieu des ivrognes,

Faschng 1960

Le Fasching Karnaval est un moment grandiose de la vie de Baden Baden.

La soirée se passe dans le cadre du merveilleux Kurhaus. Nous etions costumés grâce aux réserves de costumes du Théâtre dela Goethe Platz construit par Bénezet en 1862sur le modèle de l'opéra de Garnier

Premiers programmes : le drame d'Hector Berlioz "Béatrice et Bénédict" d'après "Beaucoup de bruit pour rien" de Shakespeare. Ici, Jacques Offenbach a dirigé en personne son Operette "La Princesse de Trébizonde." Depuis 1918, l'Opéra de Baden Baden est devenu un theatre

Je fais connaissance avec les traditions allemandes du Fasching:

Ouverture officielle de la saison du carnaval qui prendre fin le mercredi des cendres

samedi : défilé des fantômes (allemand : Geisterzug ; kölsch : Jeisterzoch) Sur les costumes nous voyons les couleurs des 4 saisons.

dimanche: Défilé qui suit le même parcours que celui du Rosenmontag (lundi des roses). La plupart des personnes défilent à pieds et envoient de nombreux petits cadeaux à la foule (Sucreries, fleurs, gadgets en tous genres).

lundi : défilé officiel (Rosenmontagszug); les personnes sur les chars distribuent plusieurs centaines de tonnes de cadeaux à la foule, principalement des sucreries (Kamelle) et des roses.

Mardi gras : on brûle Monsieur Carnaval (Nubbelverbrennung). Chaque bar (Kneipe) brule son Monsieur Carnaval pour célébrer la fin de la saison et tous les habitués du quartier se retrouvent pour cet occasion. Des processions, des chants, des pastiches d’enterrement suivent jusqu'à l'incinération à minuit.

Mercredi des cendres (Aschermittwoch) : la fête est terminée, il est servi traditionnellement un repas de poisson.

Deuxième voyage a Berlin (1959)

Nous sommes reçus par un ami médecin du contingent

Déjeuner au mess anglais de Berlin (cuisine indienne et serveurs en turbans) Olympic Statium de Charlottenburg

Retour au Berliner Ensemble voir "Mutter Courage" (avec Helene Weigel...) Drei Groschen Oper" et " Furcht und Elend des Dritten Reiches"

Musée de Berlin avec les vestiges archéologiques assyriens

Cure musicale "Der Schlaue fuchslein " de Janacek au Komische Opéra . La Petite Renarde rusée (Příhody lišky Bystroušky en tchèque) opéra en trois actes composé par Leoš Janáček entre 1921 et 1923 inspiré d'une bande dessinée de Rudolf Těsnohlídek et Stanislav Lolek, parue en feuilleton dans le journal Lidové noviny. Un garde-chasse s'empare d'une renarde et veut en faire un animal domestique comme un autre. Bien entendu, il n'y arrive pas et la petite renarde ne tarde pas à s'échapper. Elle court dans 92

les bois, batifole et...tombe amoureuse d'un renard. Ils se marient et ont beaucoup de petits renardeaux jusqu'au jour où la petite renarde tombe sous les balles d'un chasseur. Splendides harmonies lyrisme et romantisme. Cycle de la nature, du fait que rien ne meurt vraiment. Ainsi, la pièce commence au printemps, et se termine au printemps. La pièce commence aussi avec la capture de la jeune renarde et, à la fin, le garde-chasse rencontre la fille de la Renarde, son exacte réplique. Mais le garde-chasse est vieux maintenant, un cycle est passé. Janáček a placé les animaux et les hommes au même niveau de communication et de sentimentalité. Vu aussi : "Lustige Witwe" au Komische Oper, un opérette de d'Oscar Straus (un seul s!...) qui, ma foi, tient la route si l'on oublie tous les galvaudages français…

Visite au Musée Pinacothèque (Trésors d'Assyrie)

Déjeuner au mess anglais serveurs hindous

Spectacle de patinage avec l'armée russe

Visite au célébrissime night Club : le "Resi " : vaste et luxueux dancing autrefois appelé la Residenz-Casino à Blumentrasse 10, juste en Alexanderplatz. À divers moments de son histoire, il a été connu comme Balhaus Resi, Tanzpalast Resi, Residenz Casino et tout simplement Resi. Il a été construit et inauguré en 1908 par Paul Baatz, mais c'est dans la période de Weimar que le lieu a vraiment connu la célébrité. Le dance-floor est assez grand pour 1000 personnes et il est au plafond en verre réfléchissant. Il y avait quatre bars, des salles privées et même un carrousel.

Visite a l'hôpital américain1 de Berlin Ouest, 279th Station Hospital situé au n ° 40 - 46 d''Unter den Eichen ", Dahlem, dans le quartier de Zehlendorf, au secteur américain. Autrefois, «Stubenrauch-Krankenhaus". Ses bâtiments en briques rouges ont été initialement construit pour prendre soin de Kaiser Wilhelm II la société. C'était en Juin 1900, quand l'impératrice Victoria a présidé la cérémonie d'ouverture. Quand le Kaiser a été forcé d'abdiquer après la Première Guerre mondiale, le gouvernement de Weimar a pris en charge l'hôpital. En Juin 1934, les SS ont installé leur siège, non loin de l'hôpital, dans l'ancienne école prussienne des cadets de l'Armée. A partir de ce moment l'établissement médical qa été progressivement nazifié jusqu'en 1941, lorsque le «Troisième Reich» l'a officiellement acheté. Il a ensuite été utilisé par les unités SS jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Jusqu''à mille hommes, grièvement blessés étaient entassés dans les salles bondées.

En avril 1945, l'Armée rouge s'empare des locaux. En août 1945, l'armée américaine occupe le Stubenrauch-Krankenhaus et l'a converti en 279th Station Hospital. La réorganisation s'articule autour de 4 bâtiments de la brique rouge, et séparé dentaires, obstétrique, radiologie, laboratoire, services de médecine vétérinaire et de prévention. Patients hospitalisés et les soins ambulatoires ont été fournis. De plus, il y avait une chapelle interconfessionnelle, une bibliothèque, un terrain de softball, et le théâtre de Cleveland film Steward. Nous assistons au "staff" de la matinée : : premier contact avec la medecine US

Rencontre avec un grand artiste : Jean-Pierre Ponnelle

De retour à Baden-Baden, rencontre avec Jean-Pierre Ponnelle (né le 19 février 1932 à Paris et mort le 11 août 1988 à Munich) devenu par la suite metteur en scène et décorateur d'opéra internationalement réputé. Après avoir travaillé 93

en France avec Jean Cocteau et Fernand Léger, il collabore avec Herbert von Karajan au Festival de Salzbourg.

Il mettra en scène de nombreux opéras puis films, Madame Butterfly, Le Barbier de Séville, Carmina Burana, Così fan tutte, Les Noces de Figaro, etc. et autres. Ses mises en scène et décors font date et sont cités en exemple dans le monde entier, jusque dans le dictionnaire Larousse.

Consacré aux USA et en Allemagne notamment, il collabore avec les plus grands artistes internationaux de son temps : Plácido Domingo, Luciano Pavarotti, Kiri Te Kanawa, Herbert von Karajan, Patrice Chéreau, Daniel Barenboim, etc..

Il était marié à Margrit Saad, actrice libano-allemande qui tourna plus tard dans un film de Losey "The Crimina"l avec Baker. Je l'avais conduite un jour à

l'aéroport de Francfort et nous avons beaucoup parlé de cinéma durant le voyage.

Ponnelle était très doué pour la peinture et tout le monde venait voir les fresques qu'il avait peint dans l'Eglise du quartier français de Baden-Oos

Grâce à Ponnelle, nous faisons la connaissance d'un grand musicien chef d'orchestre vivant à Baden-Baden et d'Arthur Adamov, bien étrange personnage venu du Caucase, destiné à mourir, vingt ans plus tard d'une overdose de barbituriques…

Dernier Noël à Baden

Je passe un Nouvel an très mélancolique au Cercle franco-allemand envahi par la foule : c'est mon dernier Noël à Baden-Baden et il faudra demain revenir à la vie civile…

https://www.youtube.com/watch?v=NLajz-y0g6U https://www.youtube.com/watch?v=pZuesTvwRqw

https://www.youtube.com/watch?v=NLajz-y0g6U https://www.youtube.com/watch?v=pZuesTvwRqw

 

 

 

[1] 2 "The United States Garrison Berlin 1945-1994" Voir le livre de William Durie : "Mission Accomplished)")(Ed Durie, 2014)

https://www.youtube.com/watch?v=NLajz-y0g6U https://www.youtube.com/watch?v=pZuesTvwRqw

 

 

Commentaires (1)

1. josette a. wisman (site web) 18/09/2015

Tres interessante cette narration, surtout pour moi une ancienne FFA. Mais que veut dire "megamort'? Etes-vous alle a Fribourg quand vous faisiez votre service militaire a Baden Baden?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 17/06/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site