Lettre de Février 2015

A.J. Fabre                   Février 2015

 

L E T T R E   D ' I N F O R M AT I O N S 

SUR  L'H I S T O I R E  DE  LA  M E D E C I N E

F É V R I E R    2 0 1 5 

 

Revues d'Histoire de la médecine 

Vesalius vol. XX, n°2, 2014

                        Henri Rouvière anatomiste de France (Raphael Reron)

Phidias, Médecin de Rhodes (IVème siècle AJC) (S. Retsas)

Traitement de la goutte au IXème siècle dans un manuscrit de Razès  (S. Genonikolou) 

Clystère n° 37 – Février 2015

. L’image du mois : Le Musée de l’histoire de la médecine vétérinaire   et la  "A.&M. Mahler Microscope Collection " de la Faculté Vétérinaire  de Zurich (Urs Jenny)

. Les dents des résistants (Xavier Riaud)

. Poudrier publicitaire Edulcor-Litharsyne (Bernard Petitdant)

. Les aspirateurs de liquides morbides (Jean-Pierre Martin)

. La première seringue de Potain ? (Philippe Lépine)

. Poinçons de Bourdeaux, coutelier chirurgical à Montpellier (Philippe Mereau)

. Une pièce de monnaie à usage vétérinaire ? (Thierry Euvrard) 

Journal of the History of Medicine and Allied Sciences Janvier 2015

. Arleen Marcia Tuchman : Diabetes and “Defective” Genes in the Twentieth-Century United States

. Ross Brooks : One "Both" Sex(es): Observations, Suppositions, and Airy Speculations on Fetal Sex Anatomy in British Scientific Literature, 1794–1871

. Michael A. Flannery : Alfred Russel Wallace's Medical Libertarianism: State Medicine, Human Progress, and Evolutionary Purpose

. Yolana Pringle : Investigating “Mass Hysteria” in Early Postcolonial Uganda: Benjamin H. Kagwa, East African Psychiatry, and the Gisu 

Annales du Premier Empire tome III 2015 (Souvenirs editions)

. Aide de camp du général

. Dominique Larrey et les médecins de l'expédition de Bonaparte en Egypte

. De l'armée des côtes de l'Océan à la Grande Armée

. Julien Marmont dentiste de Joséphine et occasionnellement de Napoléon

. Le Consulat une prodigieuse œuvre de paix et de et de refondation nationale (1800 1804)

. "Je salue l'honneur et la loyauté qui passent " (Wellington Waterloo, 1815)

. Napoléon et la variole

. Jean Antoine Chaptal (1756-1832)  médecin, ministre et comte d'Empire

. Syphilis et Mercure en 1812

. A propos d'une observation médicale signée du Docteur Dominique Galy Chirurgien chef de l'hôpital de Périgueux 

Sites internet sur l'Histoire de la médecine 

 

 Royal Flush (Jackie Rosenhek)(janvier 2007)

 Commentaires historico-humoristiques, sur l'Histoire du clystère, de la cour des Pharaons à Versailles... 

https://cnpert.files.wordpress.com/2012/10/cnpert-lettre-nc2b023-juillet-2013.pdf DrogAddiction Janvier 2015

. Quels sont les dangers du cannabis pour la santé ?

. Editorial. Tristesse et détermination. Janvier 2015

. Le cannabis échoue à démontrer une efficacité contre la douleur chez des patients cancéreux

. Addictions : comment les repérer en 5 minutes

. Comment apprendre à gérer ses émotions sans en passer par une addiction

. L’utilisation de la E-Cigarettes explose chez les plus jeunes 

https://networks.h-net.org/h-sci-med-tech

Histoire de la tuberculose (From the Local to the Global: Fifty Years of Historical Research on Tuberculosis) Special virtual issue of Medical History  

Ouvrages d'Histoire de la médecine 

Histoire de la médecine (Catherine Allamel-Raffin et Alain Leplège)(Ed. Dunod, Paris, 2008)

 Cet ouvrage fait une présentation synthétique de l'histoire de la médecine : histoire chronologique de la médecine scientifique, présentant les principales découvertes, les évolutions des grandes théories médicales ainsi que les méthodologies de recherche, quatre études de cas qui croisent les différentes perspectives. Les auteurs  analysent l'élaboration des connaissances scientifiques en soulignant les logiques et les processus mis en œuvre par les médecins et les chercheurs. 

Débuts et fins d'une spécialité médicale : la "medecine tropicale" ("The Rise and Fall of a Medical Specialty: London's Clinical Tropical Medicine )" (G. C. Cook )(Ed.  Amplibros,  2014)

 Dans la fin du XIXe siècle, il est devenu clair pour le gouvernement britannique que les risques de santé auxquels devaient  face ceux qui étaient assignés à des postes en milieu tropical, en particulier Afrique de l'Ouest, devenaient  inacceptables. Cela a conduit à une nouvelle discipline  la "- médecine tropicale". Jusqu'à la Grande Guerre (1914-1918), la discipline a prospéré, non seulement en Grande-Bretagne, mais dans tous les pays avec les possessions dans un climat chaud. Cependant, dans les années 1920, pour les raisons exposées dans ce livre, la médecine tropicale de Londres se est incorporé dans l'Ecole d'Hygiène naissante, établie principalement la finance américaine. Le volet clinique essentielle a été largement ignoré et a été poursuivi par la Société Hôpital des marins et par la suite le National Health Service. Cette séparation, à la fois géographiquement et administrativement, a conduit à un divorce de la composante clinique des sciences fondamentales, dont chacune était en vigueur sous le contrôle d'un organisme distinct. Bien que la London School of Hygiene (et de médecine tropicale) ait survécu, le volet clinique a connu une tendance à la descente irréversible. Ce livre explore les origines et une diminution consécutive de ce qui est désigné de manière plus appropriée la médecine coloniale. 

Histoire de la médecine (Bruno Halioua) (Ed. Masson Elsevier, Paris, 2009)

 Un panorama complet de l'histoire de la médecine depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.  Chaque période de l'histoire est l'objet  d'un découpage didactique restituant les dates clés , les faits essentiels , le contexte historique , la pensée médicale , la place du médecin , l'enseignement de la médecine , les innovations médicales et chirurgicales , les hôpitaux , les thérapeutiques disponibles , les grandes épidémies , les médecins célèbres , les médecins qui se sont illustrés en dehors du champ médical. La lecture est facilitée par 4 index 

Initiation à l'Histoire de la médecine (Jacques Gonzalès avec préface d'A. Ségal)(Ed. heures de France, Paris, 2005)

 En première année des études de médecine, l'étudiant a peu de temps à consacrer à la culture générale. Il convenait donc, non de développer un cours d'histoire de la médecine, mais de proposer, sous forme pédagogique, une initiation à cette discipline. C'est l'ambition de cet opuscule. La progression des connaissances médicales, la chronologie des faits, le mouvement des idées sont présentés brièvement en 192 pages claires, didactiques et vivantes. Les faits essentiels sont mis en valeur, répétés au besoin, les mots apparemment compliqués sont expliqués, les plans des chapitres et les évènements caractéristiques sont mémorisables. 

Companion Encyclopedia of the History of Medicine (W. F. Bynum, Roy Porter) (Ed. Rouledge, 20137

C'est un  ouvrage de référence recensant tous les aspects de l'histoire de la médecine, aussi bien cliniques et sociaux. Les éditeurs ont réuni une équipe internationale de chercheurs pour fournir des enquêtes factuelles détaillées et instructives avec des interprétations contemporaines et débat historiographique. De nombreuses notes bibliographiques et des références croisées entre articles apportent une aide précieuse aux chercheurs. 

History of Medicine: A Scandalously Short Introduction (Jacalyn Duffin (Ed. U. Toronto, 2010)

Ce livre organise avec objectivité les enseignements de l'Histoire de la médecine : il n'apporte pas de références historiques détaillées mais une description précise des progrès des sciences médicales  et leur signification sociale dans le contexte de  leur époque 

Medicine and Public Health in Latin America: A History (Marcos Cueto et Steven Palmer)( Cambridge University Press, 2014)

De nombreuses études ont déjà été publiées sur l'Histoire sociale, culturelle et politique de la médecine et de la santé publique en Amérique latine et aux Caraïbes, mais aucun travail n'avait, jusqu'ici, tenté l'analyse des tendances globales dans le développement de la santé dans la région. En fin de compte, ce texte fournit une synthèse claire, et… quelque peu provocante de l'histoire des progrès de la médecine latino-américains tout en éclairant les récents défis de la santé publique dans la région et d'autres pays en développement. 

Les soldats aliénés à l'asile de Ville-Evrard (H. Bieser Hubert)(Ed. Harmattan 2015)

Des soldats rescapés de la plus terrible des confrontations humanes depuis la préhistoire ont été internés en asile psychiatrique et sont à notre époque ensevelis dans ces lieux inaccessibles que sont les archives des hôpitaux psychiatriques. Ici, sont étudiées au plus près les réalités de la vie dans un asile. Ultime message de cette génération massacrée (La Der des Der …Plus jamais ça ! ), nos ancêtres nous supplient de cesser, définitivement, tout recours à la guerre. Cette cruelle erreur, I' auteur la dénonce résolument. Ce n'est pas la guerre qui a rendu fous ces combattants mais les relations humaines, lorsqu'elles témoignent  d'une avidité de puissance, de pouvoir et de richesses. Le livre apporte un témoignage étonnant sur un sujet qui n'avait encore jamais été analysé d'aussi près, la folie, patrimoine naturel de l'homme

 

L'audition au XVIIIe et XIXe siècles (Society, Culture and the Auditory Imagination in Modern France: The Humanity of Hearing)(Ingrid Sykes)(Ed. Palgrave Macmillan, 2015)

Ce livre étudie la façon dont l'être humain  utilise ses oreilles pour se rapprocher de tous ceux qui les entourent mais aussi, construire  ses projets de protection en particulier dans la réforme sociale. 

Bibliothèques médicales à l'hôpital : histoires, rôles et perspectives (Véronique Leroux-Hugon, Armelle Martin, Gérard TillesBroché)( Springer Verlag France 2015)

Dans les premières années de la IIIe République, la remise en question de l'enseignement délivré par la Faculté de Médecine incita les Internes des Hôpitaux de Paris, chevilles ouvrières des services hospitaliers, à créer des bibliothèques à leur usage. Les bibliothèques de salles de garde se développèrent rapidement. Quelques décennies plus tard, la gestion chaotique des collections par les Internes amena l'Assistance publique à regrouper les fonds en une bibliothèque centrale des hôpitaux de Paris. Des difficultés de fonctionnement incitèrent au début des années 1970 à faire évoluer cette bibliothèque en une Association pour le Développement de la Documentation Médicale. Cet ouvrage rédigé par des professionnels de la documentation médicale et/ou de soins, montre ladiversité des circonstances de création et de gestion de ces bibliothèques d'hôpital, associative, universitaire ou hospitalière. Il s'attache aussi à montrer, à travers les avatars de plusieurs bibliothèques médicales de référence, la valeur patrimoniale de leurs fonds, les évolutions des pratiques de lecture, des publics accueillis et de l'accès à la documentation médicale, essentielle à la qualité des soins. 

Histoire des hôpitaux de Montpellier (Robert Dumas)(Ed. Sauramps Médical, 2014)

A la suite de Salerne, aux XIIIe et XIVe siècles, l’Université médicale de Montpellier, la plus ancienne de France, a diffusé, par ses écrits le savoir médical grec et arabe et celui de ses Maîtres, souvent médecins de rois ou de papes. A la Renaissance et à l’Epoque Classique, fréquentée par de nombreux étudiants venus de toute l’Europe, elle a particulièrement contribué à l’essor de l’anatomie et de la botanique. La Faculté de médecine de Montpellier, devenue à présent, l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) Montpellier-Nîmes partage ses étudiants entre les CHU de ces deux villes. 

Dentisterie et nazisme  (Xavier  Riaud, Collection Allemagne d’hier et d’aujourd’hui L’Harmattan 2015)

En 1933, Hitler arrive au pouvoir en Allemagne et à partir de ce moment,   chaque profession s’imprègne de l’idéologie nazie. A travers l’organisation des dentistes allemands sous contrôle étatique, à travers leur mode de fonctionnement politisé, c’est la description de toute une société embrigadée qui est abordée dans ce livre et directement de l’intérieur. Aucun sujet n’est occulté : idéologie de la race, militarisation des dentistes au sein de la Marine, de la Wehrmacht, de la Luftwaffe, de la SS, genèse de la récupération de l’or dentaire dans les camps dans le cadre de la "solution finale" d’extermination de la population juive et son exploitation sur le plan international, chirurgie maxillo-faciale allemande, relations des dentistes nazis avec leurs confrères étrangers,  formations universitaire et obligations légales des dentistes dans le cadre de l’opération T4 d’euthanasie des aliénés mentaux et handicapés physiques, expérimentations médico-dentaires des camps de concentration, dentistes héros de guerre au service d’un régime totalitaire,  identifications médico-légales de nazis célèbres tels Hitler, Braun, Mengele ou Bormann, procès d’après-guerre, inculpations des responsables SS. Fidèle au devoir de mémoire, l'auteur, face à la résurgence d’idées qu'on espérait révolues, mène son combat avec conviction: " Plus jamais cela !..." 

Le sens du toucher dans la Renaissance britannique (Feeling pleasures: sense of touch in renaissance England )(Joe Moshenska)(Ed. Oxford University Press 2014)

Le sens du toucher avait un statut très incertain aux  XVIème  et XVIIème  siècles. Il a longtemps été considéré comme le plus sûr et fiable des sens, et aussi comme une nécessité biologique : perdre contact était perdre la vie. A l'évidence, le toucher était reconnu par tous comme directement impliqué dans les plaisirs sensuels et sexuels. L'auteur nous invite à relire  les grands poètes anglais, tels John Milton, nous conduit dans les débats théologiques d'Erasme et Thomas Cranmer et nous fait explorer  bien d'autres célébrations du  sens du toucher : ainsi en peinture, sculpture et dans les expressions du mysticisme.. 

Ocularistes et yeux artificiels de l'Antiquité au XXe siècle (Martin Jean-Pierre)(Ed. de l'Harmattan,Collection Médecine à travers les siècles, Paris, 2015).

Depuis l'Antiquité, les hommes ont cherché à compenser le handicap esthétique qu'est la perte d'un œil, à l'aide de prothèses en matériaux divers. A la Renaissance la maitrise du travail du verre, puis de l'email a permis de fabriquer des yeux dont le réalisme était trompeur. Ainsi cet ouvrage retrace l'évolution des yeux artificiels, et celle des ocularistes, artisans spécialisés dans leur fabrication. Une présentation des principaux artisans français d'avant 1900 complète cette monographie. 

Colloques

 IUHMSP,Semestre de printemps 2015 salle de colloque, 82 avenue de Provence, Lausanne,CH-1007

Le séminaire de recherche de l’IUHMSP a pris comme thème ; " La folie du suicide. Une histoire médicale de la mort volontaire en France au XIXe siècle ". Les principales dates  sont les suivantes : Jeudi 5 février 2015 9h-16h, Jeudi 19 février 2015 15h-18h, Jeudi 19 mars 2015 15h-18h, Jeudi 30 avril 2015 15h-18h ,Jeudi 21 mai 2015 15h – 18h, Mercredi 27 mai 2015 15h-18h, Vendredi 29 mai 2015 9h-17h 

"Foucault à Münsterlingen, 2 mars 1954 : du carnaval des fous dans les asiles suisses" (Jean-François Bert)( Université de Lausanne

Cet exposé entre dans le cadre des séminaires de l'Université de Genève et ara lieu le mercredi 4 février 2015 (17h à 19h) à la bibliothèque de l'IEH2 – Site Thury, chemin Thury 8 

" Maladies et médecine dans la Drome"

La conférence sera donnée le Jeudi 5 février 2015 à 18h à la Médiathèque de Valence. Alain Balsan est un avocat retraité, bien connu à Valence. Sa femme a été maire de la ville. C’est un passionné d’histoire locale et il tient sur RCF une chronique radiophonique à large audience sur l’origine des noms des rues de Valence. 

"Disputes et controverses dans les manuscrits médicaux de Locke"

Il s'agit d'une conférence donnée par  Claire Crignon le lundi 19 janvier de 17h à 19h, à la Bibliothèque du Centre Roland Mousnier, Sorbonne, escalier G, 1er étage 1 / 2, entrée par le 1, rue Victor Cousin.    

"Créativité et psychiatrie" ("Creativity and the Mind: Image, Fantas & Healing,"

Cette conférence prévue à Ontario, le 24 avril 2015,  au Dept de psychiatrie de la Queen’s University, se propose d'aborder les découvertes scientifiques sur le fonctionnement du cerveau qui ont fait progresser nos idées sur le traitement de la maladie mentale. Cette conférence réunira des artistes, des scientifiques, et des thérapeutes qui ont tenté d'exprimer le processus créatif en tant que fondement de la personnalité. Pour plus d'informations, contacter Krista Robertson au (613) 548-5567 ext. 5931 ou par courriel atrobertk4@providencecare.ca 

"Ce que guérir veut dire. Expériences, significations, politiques et technologies de la guérison" Anthropologue de la santé 

Ce colloque est organisé par l'Amades à Marseille, Ottawa et Dakar le 22 mai 2015

Contact : http://guerir.sciencesconf.org/ 

Cycles d'etudes

 

Cycle 2014-2015  de conférences d’histoire de la médecine organisé Université Claude Bernard – Lyon 1_Institut universitaire d’histoire de la médecine en partenariat avec la Société Nationale de Médecine et des Sciences Médicales de Lyon, et le Musée Testut Latarjet d’anatomie et d'histoire naturelle médicale. Les conférences ont lieu à 18h dans la salle du conseil du domaine Rockefeller, Université Claude Bernard – 8, avenue Rockefeller – 69008 Lyon avec le programme suivant

Mardi 27 janvier 2015 : "Histoire de l'industrie pharmaceutique", Pr. O. Bonnin

Mardi 3 février 2015 : "Histoire des fractures du col du fémur.", Dr. J.C. Bel

Mardi 10 février 2015 : "Le myélome osseux multiple. Les premiers tests oncologiques biochimiques : histoire d'os mais aussi de protéines.", Dr. J. Troncy

Mardi 17 février 2015 : "La dermatite atopique, histoire des idées.", Dr. D. Wallach (Paris)

Mardi 24 février 2015 : "Médecins spargéryques, oculistes et opérateurs ambulants à Lyon au XVIIe siècle.", Pr O. Zeller

Mardi 3 mars 2015 : "Richelieu était-il le diable de Loudun?...Une hystérie collective au XVIIe siècle.", Dr J.P. Beauchet

Mardi 10 mars 2015 : "Usage thérapeutique ancien et actuel des plantes.", Pr. Vet. C. Jean-Blain

Mardi 17 mars 2015, Salle des Conférences : "Les Pestalozzi, médecins et collectionneurs lyonnais au XVIIe siècle.", Dr. Y. Boucaud-Maitre

 

Appel à communications

12-14 mai 2016 - Université Paris-Est Créteil

Organisé par l’équipe LIS (Lettres – Idées – Savoirs, EA 4395)

Le colloque international " Représentations de la souffrance " a pour ambition de croiser les regards sur le phénomène, complexe, de la souffrance, à travers des approches à la fois trans-séculaires (de l'antiquité à nos jours) et pluridisciplinaires (littérature, philosophie, psychanalyse, médecine, sciences humaines et sociales). Les expériences de la souffrance sont en effet multiples : souffrances événementielles (deuil, échec, humiliation, peine…) ou structurelles (angoisse, phobie, traumas, mélancolie…), souffrances morales, psychiques ou physiques (culpabilité, remords, mauvaise conscience , pathologies mentales, douleurs corporelles, handicaps), souffrances intimes ou politiques, souffrances en amour ou dans la guerre, souffrances familiales, sociales, religieuses, souffrances à l’hôpital, à l’école, au travail… Qu’y a-t-il de commun à toutes ces formes de souffrance, à toutes ces épreuves et ces représentations de la souffrance ? Comment approcher cette constellation d’idées et d’affects qui se dit sous le nom de " souffrance " ? Deux directions majeures de cette approche plurielle de la souffrance peuvent être distinguées: l'une qui envisage les représentations de la souffrance, l'autre qui porte sur les pratiques et les remèdes de la souffrance.Notre colloque, qui est le premier volet d'une recherche qui prendra appui également sur un second colloque en 2018, envisage la première direction (le second colloque portera sur la seconde direction). Esquissons brièvement ces deux directions:

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 30 avril 2015 à

                            pseverac@yahoo.fr ou petey-girard@u-pec.fr 

 

Cycle " Les émotions littéraires : observatoire des pratiques contemporaines ", première journée

  Appel à communication

La première journée de ce est prévue le vendredi 6 novembre 2015

Les projets de communication (titre, résumé de 150 mots, brève notice biographique) sont à faire parvenir avant le  1er avril 2015 à

berengere.voisin@univ-rouen.fr

pierre-louis.patoine@univ-paris3.fr

 

Bourses d'études

Le Bibliothèque Osler d’histoire de la médecine à McGill invite des dossiers de candidature pour deux bourses de recherche: 

 

Mary Louise Nickerson Fellowship 

Cette bourse a  été créée par Granville H. Nickerson, MDCM, en l'honneur de sa femme, Mary Louise pour permettre à un universitaire d'effectuer des recherches en utilisant  les  collections en  Neuro Histoire
de l'Archive Penfield dela Bibliothèque Osler, de l'Institut neurologique de Montréal et des Archives de l'Université McGill . Le montant de la bourse  varie en fonction du projet, jusqu'à un maximum de $ 10,000..

 

Dimitrije Pivnicki Award in Neuro-History 

Le prix a été créé en 2012 par la famille et les amis du Dr Pivnicki (1918-2007), qui a pratiqué et enseigné la psychiatrie à l'Institut Allan Memorial de l'Université McGill de 1956 à 1996. Le prix prend en charge un étudiant ou universitaire souhaitant effectuer des recherches en utilisant les riches archives et exploitations monographiques à l'Université McGill, comme l'Archive Penfield à la Bibliothèque Osler, et d'autres ressources disponibles à la Bibliothèque Osler, l'Institut neurologique de Montréal et l'Université McGill Archives. Le montant varie en fonction du projet, jusqu'à un maximum d'environ $ 4000. Le bénéficiaire est tenu d'effectuer des recherches à Montréal au cours de l'exercice 2015-16 (mai 2015-Avril 2016). Tous les documents doivent être reçus avant le 1er Mars 2015.Contacter  Christopher Lyons, Head Librarian, Osler Library of the History of Medicine, McGill University, christopher.lyons@mcgill.ca 

 

Eugene Doyen inventeur du cinématographe (A.J. Fabre)

 

Eugène-Louis Doyen (1859-1916), dont nous avons vu l'Histoire dans une précédente Lettre, fut l’un des plus célèbres chirurgiens de son siècle[1]. Il fut précurseur dans bien des domaines, de la chirurgie, certes,  mais aussi, ce que beaucoup ignorent, dans le domaine du cinéma médical. Il fut, en effet, un des premiers, sinon le premier, à comprendre ce que  le cinéma allait apporter à l'enseignement des techniques chirurgicales.

Entre 1898 et 1906, plus de 60 interventions réalisées par Doyen purent ainsi être filmées avec l'aide technique d'un cameraman des frères Lumière,  Clément Maurice[2]

 

Les débuts

Cinq ans seulement après la découverte des Frères Lumière, Eugène Doyen, publie dans le premier numéro de la "Revue critique de médecine et de chirurgie", le 15 août 1899, un article de 4 pages sur "Le cinématographe et l’enseignement de la chirurgie". Il y  explique les avantages du cinématographe comparés aux problèmes posés par une intervention chirurgicale en amphithéâtre public :  " Si vous photographiez au cinématographe une opération typique, où il est fait usage d'un instrument, vous ferez comprendre en moins d’une minute à un millier de personnes ce que toute une conférence ne pourra démontrer qu’à un petit nombre d’étudiants, placé à proximité du professeur… "et Doyen d'ajouter :  " Bientôt, les élèves n’encombreront plus inutilement les salles d’opération où ils assistent bien souvent en curieux… Ils devront suivre, avant d’être admis auprès du chirurgien, un enseignement préparatoire… " 1

En fait, Doyen avait déjà quelque expérience du cinématographe : dès 1897[3], il avait pu prendre contact avec deux cameramen des frères  Lumière : Clément-Maurice et Ambroise-François Parnaland pour leur faire filmer, à des fins d'enseignement, certaines de ses interventions. Les deux cameramen après avoir modifié leur appareil de prise de vue pour augmenter les durées d'enregistrement, purent réaliser  un premier essai enregistrant les images  du Dr Doyen effectuant, en 9 minutes (!) une craniectomie, dans sa clinique de l'avenue d'Iéna[4].

Les deux techniciens avaient d'abord demandé de tester leur filmage sur un cadavre, puis le tournage en plein air pour assurer des conditions optimales d'éclairage, mais Doyen ne voulut rien changer à son projet d'enregistrement cinématographique d'une intervention chirurgicale..

Au début de 1898, deux nouvelles séances chirurgicales sont filmées avec succès: une craniectomie et une hystérectomie  .

Par la suite, Doyen largement explorer les possibilités techniques du cinématographe notamment dans l'emploi de la couleur[5] . En 1913, avec l'aide de son mécanicien Auguste Hulin, Doyen ira jusqu'à proposer un modèle de caméra stéréoscopique!

Après avoir tourné ses deux premiers films, Doyen décide de les présenter  au Congres de la British Médical Association,  le 28 Juillet 1898 à Edimbourg et  la projection y est accueillie avec enthousiasme.

Il n'en sera pas de même en France : de retour à Paris,  Doyen reçut de ses collègues un accueil pour le moins réservé et  l'Académie de médecine refusa d'inscrire à son programme le compte-rendu des premiers essais de cinématographie chirurgicale. En effet, une bonne partie de ses collègues ne voyaient dans les essais de cinéma de Doyen, qu'une volonté sacrilège de révéler au public les secrets du compagnonnage chirurgical. 

L'œuvre cinématographique d'Eugène Doyen

Dès le mois d'août 1900, Doyen entreprend de développer sur une large échelle  l'usage du cinéma médical en faisant  filmer plusieurs  interventions réalisées dans sa nouvelle clinique par un brillant technicien,  Auguste Baron[6] :  "La résection du genou. Opération du Dr Doyen,  Prise de vue par A. Baron, lieu : la Clinique de la rue Piccini[7]. Août 1900 "

Par la suite, le  cameraman attitré de Doyen sera  Clément Maurice, nommé  par contrat en 1899 "Chef et directeur des laboratoires radiographiques et cinématographiques "

Entre 1899 et 1906, Clément Maurice va ainsi tourner plus de 60 films qu'utilise Eugene Doyen dans divers congrès, de Londres à Lisbonne et de Berlin à Moscou.

C'était une véritable politique de promotion des nouvelles techniques d'enregistrement des actes chirurgicaux et un film devint bientôt célèbre : "La "séparation des jumelles siamoises, Radica et Doodica" : l'intervention, pour le moins risquée étant donné la médiocre condition des deux jumelles  fur pratiquée avec succès en 1904.

Cependant, en arrière plan, s'engageait une vive polémique avec les collègues chirurgiens, sur la durée de l'acte opératoire : pour Doyen, dont la dextérité était proverbiale,  il  fallait à tout prix mener une intervention dans des délais aussi brefs que possible mais, en revanche, nombre de ses collègues entendaient profiter des progrès de l'anesthésie pour prendre le temps nécessaire aux  conditions optimales d'un acte opératoire.

Pour résumer, Doyen voyait dans le cinéma la démonstration de ce que la rapidité des gestes  n'est pas dangereuse, mais au contraire bénéfique et ses films étaient destinés à montrer pleinement la dextérité technique de l'opérateur qui a laissé ce jugement dans un de ses écrits : " Quand je me suis vu sur un écran, j'ai enfin pu juger de ce que je faisais. Il me restait à corriger, perfectionner, simplifier et améliorer sans cesse la qualité de mes gestes chirurgicaux et le cinéma, dans ce domaine, s'est montré  irremplaçable"

Lorsque Doyen faisait une conférence, il présentait d'abord au public graphiques, diagrammes et images plan fixe mais terminait avec  un film.Un de ses collègues, autre chirurgien brillant, Jean Louis Faure, le successeur de Samuel Pozzi à la chaire de chirurgie de la Faculté de Paris, résumait ainsi ses impressions après avoir vu un film de Doyen : "Magnifique ! Je n'ai qu'une remarque à faire : on voit bien le chirurgien  mais très peu sa chirurgie…"

En fait, pour un spectateur moderne, apparait pleinement, à la projection de ces films plus que centenaires, leur qualité didactique, certes, mais tout autant l'étalage des dons chirurgicaux du  Maitre jonglant avec ses instruments pour enseigner le détail des techniques opératoires… 

Le pillage des fêtes foraines

Après quelques années, Doyen fut informé de ce que son intervention sur les sœurs "siamoises", était  projetée dans les  baraques foraines de la Foire du Trône pour amuser les curieux et les amateurs de sensations fortes. L’un des anciens caméramans de Doyen, Ambroise-François Parnaland, avait, en effet, vendu les documents à l’insu du chirurgien.

Un long procès s'ensuivit à la suite duquel  Doyen prit la décision, en 1906, de ne plus tourner de nouveaux films et de confier la distribution de tous ses anciens  films à une firme commerciale spécialement créée, la "Société  générale des Cinématographes Éclipse".

 Mort et résurrection

Après la mort de Doyen, en 1916, la presque totalité de ses films fut perdue. En 1990, tout ou presque, avait disparu ; 5 seulement des 60 films de la collection avaient pu être retrouvés .

Fort heureusement, il y a peu, quelques "survivants" de la production filmée d'Eugène Doyen ont été miraculeusement retrouvés …au Portugal

Les films proviendraient du cycle de conférences données par Eugene  Doyen  en Avril 1906 à la Faculté des sciences médicales et chirurgicales de Lisbonne dans le cadre du XVème Congrès  International  de médecine et de Chirurgie. Un hebdomadaire portugais, "Ilustração Portuguesa", consacra à l'événement un numéro spécial pour mettre le grand chirurgien en vedette et le quotidien de Lisbonne  " O Século", publia le commentaire suivant :“(…) personne de dira que le Dr. Doyen est lent dans ses gestes mais il ne donne jamais une impression de hâte comme c'est trop souvent le cas chez les grands chirurgiens. Le Dr. Doyen fait preuve en toutes circonstances d'une maitrise incroyable de ses gestes et d'une précision admirable à contrôler chaque détail. A certains moments, le Dr. Doyen trouve encore le temps de se tourner vers l'objectif, c'est à dire vers ses futures spectateurs et leur adresser comme un demi-sourire qui en dit long sur l'impression de  force tranquille qui se dégage du film.."

En 2002, la Cinémathèque de Lisbonne annonça qu'elle avait pu complètement restaurer deux des trois programmes thématiques  présentés par Doyen lui-même en 1906 et 1911, chaque programme ne contenant pas moins de dix films.

On ne peut conclure ce bref exposé sur le génie inventif d'Eugène Doyen sans citer ces lignes de Marcel Proust : "Ce n’est pas seulement… comme un praticien obscur, devenu à la longue, notoriété européenne, que ses confrères considéraient Cottard [Doyen]. Les plus intelligents d’entre les jeunes médecins déclarèrent, au moins pendant quelques années, car les modes changent, étant nées elles-mêmes du besoin de changement,  que si jamais ils tombaient malades, Cottard était le seul maître auquel ils confieraient leur peau"[8] 

Adressez vos cotisations à la SIHM

(50 €, réduite à 25 € pour les moins de 30 ans et plus de 70 ans)

rédigées à l'ordre de la Société internationale d'Histoire de la médecine

au Dr. A. Fabre, 40 av. Paul Doumer 94100 St Maur

E-mail : a.fabre.fl@gmail.com

 

 

[1] Eugène Doyen fut l'un des :modèles de marcel Proust pour son célèbre "Docteur Cottard" de la "Recherche du temps perdu"..

[2] Clément-Maurice Gratioulet, dit Clément Maurice (1853-1933) photographe, réalisateur, producteur de film et scénariste français, fut, dès 1899,  engagé par les frères Lumière pour le tournage de films tels que "Excursion automobile Paris-Meulan".

[3] 1897 : année où la reine Victoria f$éta son jibilé….

[4] Eugène Doyen  exerça d'abord à la clinique de l'avenue d'Iena avant de s'installer plus tard rue Piccini

[5] La plus grande partie de ces enregistrements a été détruite dans un incendie

[6] Auguste Baron (1855-1938) ingénieur et pionnier français du cinéma qui avait fait breveter quatre procédés de synchronisation de cinéma parlant (dont le graphonoscope et l'hélio-glyptogramme, un ancêtre du  cinéma en relief

[7] Augene Doyen était propriétaire  de cette clinque sise au n°6 de la rue Piccini, toute roche de l'avenue Foch: Valery y fut hospitalisé plus tard

[8]Marcel Proust, "A l'ombre des jeunes filles en fleur" (433/5)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 08/02/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site