Lettre d'informations Février 2017

J.  Fabre

LE T T R E   D ' I N F O R M AT I O N S

H I S T O I R E  DE  LA  M E D E C I N E

F E V R I E R          2 0 1 7   [1]

 

SOCIĖTĖS  D'HISTOIRE DE LA MEDECINE

 

Societe internationale d'histoire de la medecine

http://www.vesalius.org.uk/issues/current-issues

 

VESALIUS Sommaire du Vol. XXII, N.1 June 2016 (Special Issue

1.2015        2.2015             SpecialVesalicop

Guest Editorial – p.3 (Giorgio Zanchin)

Foreword – p.6 (Robrecht Van HeeEditor’s note – p.7 (Kenneth Collins)

The Influence of Vesalius’ Fabrica on Surgery in the 16th & 17th century – p.8 (Robrecht Van Hee)

Copies of Vesalius’ De Humani Corporis Fabrica in the USA – p.29 (Stephen N. Joffe, Veronica Buchanan)

Vesalius: His Presence in New Spain – p.43 (Carlos Viesca, Ramos R. Mariblanca)

Vesalius’ legacy: The Tabulae pictae of Girolamo Fabrici d’ Acquapendente –        p.63 (Giorgio Zanchin)

Vesalius, Röntgen and the origins of Modern Anatomy – p.79 (Adrian M. K. Thomas)

Neuroimaging Five Hundred Years Later – p.92 (Giuseppe Rolma)

Andreas Vesalius and his hoaxes, con variazioni – p.103 (Theo Dirix)

Visualizing Vesalius – p.112 (Alfredo Musajo-Somma)

The Art of Vesalius: The continuing influence of De Humani Corporis Fabrica on Art – p.125 (Pascale Pollier)

Cover Page: Portrait of Vesalius by Anonymous, oil on canvas. Courtesy of Padua University

2017 Meetings

14th Biennial Conference of the Australian and New Zealand Society of the History of Medicine, en association avec le 8eme Congrès de la Société internationale d'Histoire de la médecine

30 juin au 3 juillet 2017

Contacter : hom2015@dcconferences.com.au

 

 

 

Societe Française d'Histoire de la Medecine

http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/imutil/esfhm.jpgRéunion du 14 janvier 2017 à 14h30 à l'ancienne Faculté de Médecine

Communications

. Xavier Arnozan (1852- 1928). Médecin hospitalier, édile et personnage de roman

    (Jacques Battin )

. Une brève description de la domus anatomica de Copenhague par Thomas

    Bartholin (1662) (Jacqueline Vons )

. A la recherche du Professeur Cottard (Dominique Mabin

. La circulation du livre médical dans les anciens Pays-Bas au second tiers du XVIème siècle

       (Renaud Adam)

 

Academie Nationale De Chirugie

18 janvier 2017 : Séance Franco-Mexicaine sous la Co-Présidence d' Henri

    Judet et Francisco Navarro (Président Academia Mexicana de Cirugía).

25 janvier 2017  : Assemblée générale et installation du bureau 2017

 

25 janvier 2017 :  Chirurgie du rachis enfant /adultes

     Réelles avancées  françaises de ces dernières années

          Introduction générale de la séance (Judet H, Franco D, Marre P, Caton J, Massin P)

          Introduction thématique de la séance (Dubousset J)

          Mon chemin vers le royaume des scolioses. (Qiu Y, Nanjin, Chine)  (Commentateur :

               Jean Dubousset

          La chirurgie mini-invasive sans greffe des scolioses Neuromusculaires et idiopathiques

               évolutives de l’enfant (Miladi L, Paris) (Commentateur : Stéphane Wolff, Paris)

          La chirurgie mini-invasive sans greffe des scolioses Neuromusculaires et idiopathiques

               évolutives - Peut-on faire de même chez l’adulte ? Premiers résultats

               (Wolff S, Paris) (Commentateur : Jean Dubousset, Paris)

         Prise en charge chirurgicale précoce du Rachis cervical dans la polyarthrite rhumatoïde

               (Bancel P., Paris) (Commentateur : Richard Assaker, Lille)

         Les résections combinées en bloc des tumeurs malignes thoraciques avec

               envahissement rachidien. (Missenard G, Paris) (Commentateur : Charles Court,

               Paris)

         Les perspectives d’avenir sont nombreuses (Dubousset J., Paris)

 

Clystère (E-revue des instruments médicaux anciens

Sommaire du N° 56 - Janvier 2017

http://clystere.pagesperso-orange.fr/numero-pdf-download/clystere_n56_jan_2017VA.pdf)

. Histoire des instruments :

    . Deux flacons de la pharmacie Castel-Chabre de Toulon (B. Petitdant)

    . Clystères de fumée de tabac (Louis-Jean Dupré)

Histoire de la santé

     Alexis Boyer (1757-1833), premier chirurgien de Napoléon Ier (Xavier Riaud)

     Quelques commentaires sur une vignette adresse méconnue d’un Maître coutelier à Paris

          et à Genève au XVIIe siècle (Quentin Désiron)

     Médecine et cartes postales (Jean-Pierre Martin)

 

GEM (Groupement des ecrivains médecins) 1er salon d’hiver du livre dédicacé du GEM

      (vendredi 27 janvier 2017 de 15 h 00 à 18 h 30, chez LIPP,

      151 boulevard Saint-Germain, Paris 6ème

Cette manifestation est organisée par le Dr Pierre-Louis Choukroun

Le salon se déroulera dans la salle historique du 1er étage.

Une table par auteur, le nombre de table est limité. Le tarif est de 20 € par table réservée, chèque à l’ordre du GEM.

Cette manifestation est ouverte aux membres du GEM à jour de leur cotisation 2017. Bien que ce salon soit signalé, notamment par voie de presse, il est recommandé à chaque auteur de lancer lui-même des invitations.

                   

 

SITES INTERRNET EN HISTOIRE DE LA MEDECINE

 

Une petite histoire illustrée de la médecine par Valentin Daucourt

 (http://vdaucourt.free.fr/Histmed/

Beau site d'images sur l'Histoire de la médecine  

Défilent tour à tour: Antiqiité, Moyen Age, Renaissance, XVIIème siècle, Révolution, et tous les grands médecins des Rois de France

 

LIVRES ET REVUES EN HISTOIRE DE LA MEDECINE

 

A History of Medicine, par  Lois N. Magner (CRC Press 2005)

A History of Medicine, Second Edition / Edition 2Explorant les grands thèmes de l'histoire de la médecine, cette deuxième édition propose une revision stimulante de notre jugement sur les événements, les méthodologies et les théories qui ont façonné la medecine depuis plusieurs décennies

Une large place est ainsi donnée à tous les grands pionniers qui nous ont permis de mieux comprendre le monde  de la santé et de la maladie..

 

**********************************************************************************************

Histoire de la médecine, d'Hippocrate à Broussais et ses successeurs par J.M. Guardia  (Ed. Octave Doin, Paris, 1884)..

JM Guardia (1830-1897) était un médecin qui venait d'Espagne mais qui obtint  en  1864 la nationalité francaise.

A la fois Docteur en médecine et Docteur ès lettres il fut un enseignant brillant en Histoire des sciences, de la littérature et de la philosophie et exerça comme Bibliothécaire-adjoint à l'Académie nationale de médecine.

L'ouvrage est consultable sur Internet : gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2066120

 

******************************************************************************************************

Dent et archeologie Une expérience vécue (Xavier Riaud) (Ed. Harmattan, coll. Médecine à travers les siècles, 2017)

Écrits sous la forme de rapports, les comptes rendus des travaux de  Xavier Riaud nous emmènent à la rencontre de l'Histoire, celle de rois français (Louis XI et Henri IV) aussi bien que celle des 68 soldats français morts pendant la guerre de Crimée (1853-1856), récemment exhumés lors d'une fouille archéologique en Ukraine.

L'auteur fait appel dans son ouvrage à des notions abouties en odontologie médico-légale mais aussi à une iconographie et une approche historique remarquable qui complètent judicieusement l'étude sur site.

 

 

The Oxford Encyclopedia of Women in World History (4 Vol.) par Bonnie G. Smith

 (Ed. 2008)

 Cette encyclopédie a pour but de situer l'Histoire  des femmes dans un cadre historique d'amples proportions :  l'Histoire du monde

Particulièrement intéressant est le chapitre qui montre comment les femmes ont influencé, mais aussi, ont été, elle mêmes, influencées par les changements historiques, sociaux et démographiques qui restent au premier plan dans notre mémoire collective

.

*********************************************************************************************

Encyclopédie de l'Anatomie pathologique (Forensic Science: An Encyclopedia of History, Methods, and Techniques) par William J. Tilstone, ‎Kathleen A. Savage, ‎Leigh A. Clark - 2006 -

Redigée par des spécialistes à destination d'un très large public, cette encyclopedie  couvre tous les aspects de la science médico-légale depuis son début jusqu'à sa place actuelle  dans l'application des lois.

Le monde de la science medico-légale fascine en même temps qu'il épouvante

Tout ce que nous avons, depuis toujours, voulu savoir (et peut-être un peu plus !)– est exposé ici dans un ouvrage de référence accessible et complet.

 

********************************************************************************************************

Histoire de l'environnement : le rôle des êtres humains dans la communauté du monde (An Environmental History of the World : Humankind's Changing Role in the Community of Life) par Johnson Donald Hughes (Psychology Press, 2001)

Ce livre est une histoire concise de l'interaction de l'homme avec l'environnement qui va de l'Antiquité aux temps modernes.

L'auteur ne nous laisse aucun doute : le monde est désormais basé sur la croissance démographique et les disponibilités énergique, en bref, sur l'"écologie" plus que le "social"

 

*********************************************************************************************************

Histoire du goût et de la nourriture (Food: The History of Taste) par Paul H. Freedman  (U. of California Press, 2007) ‎

Couverture Ce livre richement illustré applique les découvertes de la nouvelle génération d'historiens de la gastronomie aux plaisirs de la table et aux réalisations culinaires de diverses civilisations passées et présentes..

Ce que nous mangeons n'est pas seulement ce qui nous aide à vivre mais aussi à comprendre la vie.

 

 

*****************************************************************************

Libération misericordieuse : Histoire de l'euthanasie en Grande Bretagne (Merciful Release: The History of the British Euthanasia Movement) par N. D. A. Kemp – (Ed. Manchester University Press 2002

 S'appuyant sur de nombreux documents d'archives jusqu'alors inexplorés et sur la presse des diverses époques,  le livre retrace l'interaction complexe entre la médecine, la politique, le débat philosophique, l'opinion publique et les divers  modes d'euthanasie...

 

 

La médecine de l'Encyclopédie par Gilles Barroux (Ed. CNRS, 2017)

La médecine de l'Encyclopédie L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert comporte plusieurs milliers d’articles consacrés à la médecine, écrits par une vingtaine d’auteurs.

Parmi ces derniers figure une majorité de médecins et de chirurgiens.

C’est une veritable somme, aussi exhaustive que diversifiée, des connaissances et des pratiques médicales au XVIIIe siècle, que nous présente cette anthologie à travers un grand nombre d’articles.

 

La Dame en bleu (Témoignage autobiographique) de Virginie Burner-Lehner (Ed. L'Harmattan, 2016) 

Avec ce récit, Virginie Burner-Lehner décrit le combat et la souffrance de quatre générations de sa famille pour faire face au syndrome d'Ehlers-Danlos, maladie génétique trop méconnue du grand public où se trouvent associés hyper mobilité,  articulaire, hyper-élasticité et la fragilité de la peau

Cet ouvrage contribuera à mieux faire connaître cette maladie et à aider leur entourage, à commencer par les médecins et le personnel soignant.

Cette nouvelle édition est enrichie d'une préface du Pr Claude Hamonet, grand spécialiste de la maladie, résumant évolutions et perspectives.

 

 

 

 

VILNIUS : ULTIME ETAPE D'UNE EPOPEE GRANDIOSE DE NAPOLEON

 

A.J. Fabre                                         Février 2017

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

           

Au matin du 22 juin 1812  Napoléon lancait une attaque fouidroyante contre la Russie

La Grande Armée forte de 640.000 hommes traverse le Niemen et va s'emparer de Moscou.

Ce sera une épopée grandiose mais tragique par bien des côtés : en témoignent les récentes découvertes archéologiques faites à  Vilnius, en Lituanie le plus meridionnal des trois pays des rives orientales de la Baltique

 

LA CAMPAGNE DE RUSSIE (1812)

 

Après deux sanglantes batailles à Smolensk le 17 Août 1812 puis à la Moskova le 7 septembre,  les troupes de l'Empreur font une entrée triomphale dans Moscou le 14 septembre 1812

Dans les jours suivants, un immense incendie va surgir dans cette ville dont la plupart des maisons sont en bois et la situation devient vite intenable pour les Français..

Le 19 octobre commence une Retraite qui va bientot devenirune véritable tragédie pour les soldats de la Grande Armée,

Dès le début de novembrearrive le terrible hiver russe :  le sol se couvre de neige, le thermomètre descend jusqu’à −22 °C,  les chevaux meurent de froid ou  sont abattus par les soldats affamés.

Au matin du 9 décembre 1812, les survivants de la Grande Armée arrivent aux  portes  de Vilnius, épuisés de froid et de famine mais la moitié d'entre eux va trouver la mort. dans les jours suivants.

Beaucoup de soldats, en effet, etaient victimes  de graves gelures des nez, des mains ou des membres dont l'evolution se faisait souvent  vers une gangrene mortelle

Ceux qui n'avaient pas assez d'argent pour obtenir un abri sont morts de froid dans la neige. D'autres furent capturés par les cosaques, qui harcelaient la Grande Armée depuis les débuts de la retraite.

Ainsi finit tragiquement la grande époppée de la Campagne de Russie : 200.000 morts (pour une moitié, morts au combat mais les autres de froid, de faim ou de maladie), sans compter tous les fuyards qui trouvèrent refuge chez les paysans, et bourgeois russes.

Au total, c'est moins de 30.000 soldats qui pourront arriver jusqu'au Niémen, avec le Maréchal Murat.

 

L'EPIDEMIE DE TYPHUS EXANTHEMATIQUE DE 1812

 

Au terme de recherches récentes, il apparaît que le plus redoutable ennemi de l'Armée impériale n'était pas, comme on l'a longtemps cru, le "Général Hiver" mais… les  poux vecteurs, par leurs dejections, du redoutable typhus exenthematique provoqué par une Rickettsie (Rickettsia prowazeki)

Dès l'arrivée à Smolensk, de nombreux soldats avaient été atteints de forte fièvre accompagée d'éruption de plaques rouges sur tout le corps

Le typhus sévissait en Pologne et en Russie depuis de nombreuses années mais prit en 1812, des proportions dramatiques, en raison d'un été exceptionnellement chaud et aussi, des deplorables conditions  d'hygiène chez les combattants,. Le soldat ne changeait pas de linge pendant plusieurs jours, c'était l’environnement idéal pour que des poux se nourrissent sur son corps et s’abritent dans les coutures de ses vêtements. Une fois les habits et la peau du soldat contaminés par les excréments de poux, la plus petite égratignure ou écorchure suffisait pour que le microbe du typhus pénètre dans le corps du soldat.

Après un mois de campagne, 80.000 soldats avaient péri du typhus. Voici le récit d’un témoin oculaire direct d’une invasion de poux:

"(Il) s’endormit sur un matelas de roseaux et ne tarda pas à être réveillé par l’activité des poux. Se découvrant littéralement couvert de bêtes, il enleva sa chemise et son pantalon et les jeta dans le feu. Ils explosèrent comme les tirs de deux rangées de fantassins. Il ne put s’en débarrasser pendant deux mois. Tous ses compagnons grouillaient de poux; beaucoup furent piqués et contractèrent la fièvre tachetée (typhus)"[2]

Le comte Rochechouart[3], aristocrate français au service du tsar, raconte comment il a fait de son mieux pour empêcher les soldats russes de lancer les «vivants» des fenêtres de l'étage pour faire place à leurs propres blessés.

Un autre temoin oculaire, l'écrivain allemand Ernst Moritz Arndt[4], arrivé en janvier 1813 voit " les cadavres gelés s'empiler sur trois étages et les entendre râler dans les rues quand des traîneaux allaient les chercher.

Le nombre dez victimes s'accroissait tous les jours et il fallut creuser partout autour de Vinius d'énormes fosses communes.

 

VILNIUS CIMETIERE DE LA GRANDE ARMEE

 

Une gigantesque fosse commune a notamment été été découverte à Vilnius, en 2001 lors de travaux menés sur une ancienne base militaire soviétique On supposa d'abord qu'il s'agissait de victimes des holocaustes nazis ou communistes,  mais à un examen plus appprofondi, il est apparu qu'il s'agissait des restes de soldats des armées Napoléoniennes venus se refugier en Lithuanie en décembre 1812.

Ultérieurement  ont été decouverts les restes de plus de 1700 hommes, principalement âgés de 15 à 25 ans enterrés dans des tranchée creusées en juin 1812 autour des fortifications de Vilnius alors que se rassemblait une armée de plus de 600 000 hommes destinés à envahir la Russie .

Pendant la campagne de Russie, beaucoup de morts furent ensevelis dans les tranchées défensives qui avaient été creusées. C’est dans l’une de ces tranchées que, presque deux siècles plus tard, des ouvriers ont trouvé les vestiges de la Grande Armée de Napoléon.

Tous ces soldats n'étaient pas français : les uniformes portent la marque de plus de 20 nationalités différentes selon les déclarations de Mr Olivier Poupard, chargé d'affaires à l'ambassade de France à Vilnius. "

On sait l'importance qu'a pris, à notre époque, dans les recherches archéologiques, l'analyse des restes de pulpe dentaire, tissu mou vascularisé de la dent. Où il est possible de retrouver  des fragments d'ADN spécifiques des bactéries qui ont contaminé l'individu et transité par son sang.

L'équipe du Pr. Signoli[5] a analysé les dents de 35 soldats revelant la prersence d'une rickettsie de type Rickettsia prowazekii a été retrouvée dans la pulpe dentaire de 7 soldats et des traces de Bartonella quintana sur trois corps.

Ainsi a pu être confirmée la notion que l'armée napoléonienne de la retraite de Russie avaitété decimée par des infections transmises par les poux : un tiers  des soldats enterrés à Vilnius en portent les traces

Le Musée national de Vinius a récemment fait une exposition sur les nombreux souvenirs de  l'aventure napoléonienne recueillis lors des fouilles archéologiques de 2001, ainsi  :.

. Bouton en alliage de cuivre et d'étain, estampillé '61', provenant d'une veste d'uniforme bleu, presque certainement celle d'un Hollandais. En effet, le 61e Régiment de ligne était en grande partie constitué de conscrits venus des Pays-Bas.

. Plaque de casque, avec les restes d'une cocarde tricolore et d'un aigle impérial,

. Bouton à manches, estampillé '29', probable vestige d'une recrue de la division Loison

Une  commémoration officielle de cette tragédie s'est tenue, le 1er juin 2003, au cimetière d'Antakalnis, près de Vinius  : les restes de 3000 soldats français, décédés lors de la Retraite de 1812 ont ont été solennellement inhumés en présence d'une assistance nombreuse et des représentants des pouvoirs publics  de France et de Lithuanie

 

L'EPOPEE DE LA GRANDE ARMEE DANS LA LITTERATURE

 

L'épopée de la Grande Armée a laissé des traces profondes dans la littérature

 

Henri Beyle Stendhal (1783-1842)

Henri Beyle, nomme Auditeur au Conseil d’Etat, puis,  Inspecteur de la comptabilité des Bâtiments et du Mobilier de la Couronne fut envoyé en juillet 1812 à Vilnius pour apporter à l'Empereur un ensemble de courriers importants. Beyle arrive au début d'Août à Marijampole, au sud de la Lithuanie  puis gagne Minsk, où se trouve l’état-major impérial.

En fait, Napoléon avait  quittté Vilnius dès le 16 Juillet pour diriger l'entrée de ses troupes  à Moscou et Beyle n'arrive à Moscou le que 15 Octobre….quatre jours avant le départ de l'armée.

Le 7 novembre Beyle est chargé de convoyer 1.500 blessés à destination de Smolensk . Il arrive à Vilnius dans la soirée du 6 Décembre et se présente aussitot au   Commissaire en chef de l'armée francaise, qui siegeait dans un bâtiment situé  au no1 de la  rue Didžioji.

Ce bâtiment existe toujours, appelé "Maison Stendhal" par les Français et "Maison Frank" par les Lithuaniiens en souvenir de deux médecins célèbres : Johannes Peter Frank (1745-1821) et son fils Joseph (1771-1842). Récemment restaurée cette demeure historique est actuellement siège de l' Ambassade de France et du Centre culturel francais

 

Honoré de Balzac (1799-1850)

Balzac et Mme Hańska s'étaient rencontré pour la première fois en  1833 sur les bords du lac de Neuchâtel et l’auteur tomba follement amoureux de son admiratrice. Celle-ci, veuve en 1841, ne se décidera à épouser l’écrivain que le 14 Mai 1850, en Ukraine, trois mois avant la mort de celui-ci (18 Août 1850).

Balzac et Mme Hańska se retrouvèrent plusieurs fois en Europe, y compris à Paris où Mme Hańska décéda par la suite, le 10 Avril 1882 (elle est inhumée aux côtés de Balzac au cimetière du Père Lachaise). Balzac, lui, fit trois fois le voyage vers l’Empire russe, une fois en 1843 (Juillet – Novembre, à Saint-Pétersbourg) et deux fois en Ukraine (Septembre 1847 – Janvier 1848 et  Octobre 1848 – Mars 1850). C’est le voyage à Saint-Pétersbourg qui nous intéresse.

Balzac quitta Paris le 19 Juillet 1843, pour s’embarquer le 21 à Dunkerque sur un paquebot à vapeur, Le Devonshire. Il arriva à Saint-Pétersbourg le 29 Juillet. Il quittera la capitale russe le 7 Octobre 1843 par la malle-poste qui traverse les provinces baltes.

A Tauroggen (Tauragė en Lituanie), le 10 Octobre, " il trouva un excellent petit déjeuner et du bon thé ". Il sort même sa dernière bouteille de Sauternes d’un voyage décidemment péri-gastronomique pour arroser ça !  

L'épopée Napoléonienne apparait à de nombreuses reprises dans l'œuvre de Balzac

  • "Adieu"[6] publié en (1830), présente un tableau effrayant du passage de la Berezina "  En quittant sur les neuf heures du soir les hauteurs de Stubzianka qu'ils avaient défendues pendant toute la journée du 28 novembre 1812 le maréchal Victor y laissa un millier d'hommes chargés de protéger jusqu'au dernier moment deux ponts construits sur la Bérézina qui subsistaient encore (…) ". Un autre passage montre les soldats mourant de faim qui tuent les chevaux pour se nourrir, et la mort du mari de Stéphanie de Vandières, assommé par un glaçon.
  • " La Peau de chagrin [7]évoque la bataille de la Bérézina et la retraite de Russie où le grenadier Gaudin de Witschnau a disparu .
  • " Le Médecin de campagne"[8] met en scène le commandant Genestas qui fait un récit dramatique de la Retraite de la Grande Armée : "C'était pendant la retraite de Moscou. Nous avions plus l'air d'un troupeau de bœufs harassés que d'une grande armée.".
  • Autre étude de femme[9]: "L'armée n'avait plus, comme vous le savez, de discipline et ne connaissait plus d'obéissance militaire. C'était un ramas d'hommes de toutes nations qui allaient instinctivement. Les soldats chassaient de leur foyer un général en haillons et pieds nus"[15]

 

Léon Tolstoi (1828-1910)

Il est fascinant de lire les récits de la Retraite de Russie vus du coté russe .

Ainsi, dans Guerre et Paix, roman de Léon Tolstoï, publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, la campagne de Russie de 1812 tient une large place

En janvier 2015, la BBC a donné une adaptation remarquable du livre de Tolstoi et de nombreuses scènes ont été filmées à Vilnius, sur les lieux mêmes visités par Napoléon[10].

 

 

Victor Hugo (1802-1885)

Victor Hugo, fils du général d'Empire Joseph Léopold Sigisbert Hugo (1773‑1828), était depuis son enfance élevé dans le culte de la gloire apoléonienne

La retraite de Russie est évoquée dans la première partie de  L'Expiation[11] "Il neigeait. On était vaincu par sa conquête. Pour la première fois l'aigle baissait la tête. Sombres jours ! l'empereur revenait lentement, Laissant derrière lui brûler Moscou fumant. Il neigeait... ".

 

Sylvain Tesson (1972)

En 2012, Sylvain Tesson a entrepris un pèlerinage allant  de Moscou à Paris, aux  Invalides afin de refaire à moto le trajet de la retraite de Russie, périple qu'il raconte dans son roman Berezina.

"Il y avait ce tableau de Bernard-Edouard Swebach [...] On y voyait un cuirassier assis sur la croupe de son cheval couché. L'homme avait l'air désespéré. Il regardait ses bottes. Il savait qu'il n'irait pas plus loin. Dans son dos, une colonne de malheureux traînant, à l'horizon. Mais c'était le cheval qui frappait. Il reposait sur le verglas. Il était mourant - peut-être déjà mort. Sa tête était couchée délicatement sur la neige. Son corps était une réprobation : Pourquoi m'avez-vous conduit ici ? Vous autres, Hommes, avez failli, car aucune de vos guerres n'est celle des bêtes"[12]

 

BIBLIOGRAPHIE

 

Coignet Jean-Roch, "Les cahiers du capitaine Coignet (1799-1815), d'après le manuscrit original avec gravures et autographe fac-similé" (Ed. Lorédan Larchey , Paris : Hachette, 1888)

Klimas Antanas, " Napoleon's Lithuanian forces " (Lithuanian quarterly journal of arts and sciences, Volume 30, No.1, 1984)

Lobell Jarrett A.: "Digging Napoleon's Dead " (Archeology, Volume 55, Number 5, September/October 2002)

Riaud X. : "Napoléon 1er et ses dentistes" (Ed. Harmattan, coll. "Médecine à travers les siècles", 2016)

Raoult D. et al: . "Evidence for louse-transmitted diseases in soldiers of Napoleon's Grand Army in Vilnius"(The Journal of Infectious Diseases, volume 193 - janvier 2006)

Signoli M., " Les oubliés de la retraite de Russie : Vilna 1812-Vilnius 2002" (Ed. hist. Teissèdre, 2008)

Traynor Ian :  "After 190 years the bones of Napoleon's army are unearthed in a mass grave in Lithuania " (The Guardian, Tuesday 3 September 2002)

 

 

 

Adressez vos cotisations à la Société internationale d'Histoire de la médecine

(50 €, réduite à 25 € pour les moins de 30 ans et plus de 70 ans)

à l'ordre de la Société internationale d'Histoire de la médecine

à envoyer au Dr. A. Fabre, 40 av. Paul Doumer 94100 St Maur, qui transmettra

E-mail : a.fabre.fl@gmail.com

 

 

 

 

 

 

[1] Ces informations sont données sans responsabilité personnelle sur leur contenu,  ni sur le lieu ou la date des réunions

[2] Les cahiers du capitaine Coignet

[3] Louis-Victor-Léon de Rochechouart (1788-1858)  " Souvenirs sur la Révolution et l'Empire"(Plon, 1898 & 1933)

[4] Ernst Moritz Arndt (1769-1860) " Erinnerungen aus dem äusseren Leben" (1840)

[5] Signoli Michel, Unité de rechercheanthropologie bio-culturelle, droit, ethique et sante (ADES)( Faculte de medecine site nord – 51 bd Pierre Dramard – 13344 Marseille cedex 15)

[6] "Adieu" (Bibliothèque de la Pléiade, 1979, t.X, p. 987-1001)

[7] "La peau de chagrin" ("L'agonie") https://fr.wikisource.org/wiki/La_Peau_de_chagrin/Chapitre_3

[10] Voir l'article de Lynn Lubamersky dans Cosmopolitan Review", 2016 Vol. 8 No. 2 - Spring / Films

[11] "L'expiation" poème publié en 1853 dans le recueil Les Châtiments :

[12] Tesson S., "Berezina" (Ed. Folio, p 153

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site