Lettre de Septembre 2015

André J. Fabre

LE T T R E   D ' I N F O R M AT I O N S

SUR  L'H I S T O I R E  DE  LA  M E D E C I N E

n°36  S E P T E M B R E         2 0 1 5   [1]

 

Sites internet d'Histoire de la médecine

 

Guide des sites d'Histoire de la médecine

http://crln.acrl.org/content/75/10/574.short

 

Collections d'images numériques

Expositions numériques

Collections d'audiovisuelles

Conférences, Podcasts, Cours en ligne, Bases de données, Syllabus et des listes de ressources et Blogs

 

CLYSTERE n° 42 septembre 2015

http://clystere.pagesperso-orange.fr/numero-pdf-download/clystere_n42_sept_2015VA.pdf

In memoriam : hommage au Dr Claude Renner (1936-2015) (Guy Gaboriau)

L’image du mois : les lecteurs de Clystère ont du talent !

Histoire des instruments :

      -De quelques moyens de sauvetage pour les habitants d’une maison incendiée quand les fenêtres leur offrent seules une issue… par Charrière, ancien fabricant  d’instruments de chirurgie (Alain Segal)

     - La seringue de Photinos Panas (Jean-Michel Meunier)

Histoire de la santé :

-Les enseignants de la faculté de médecine de Paris sous l’Empire : galerie de portraits (Xavier Riaud)

-Porte-clés publicitaires GUIGOZ et JACQUEMAIRE (Bernard Petitdant)

-Les monnaies et jetons de nécessité hospitaliers (Jean-Pierre Martin)

OSNI (objets scientifiques non idientifiés)

-Une seringue d’art de tranchée ?

-Un curieux tube magnétique signé Martin

Appel à souscription, Courrier des lecteurs, En musardant sur la Toile (Bernard Petitdant), Actualités et Nouveautés en librairie

 

Revue du Dix-Huitième Siècle n°47 (Ed. La Découverte, juillet 2015)

http://3.bp.blogspot.com/-ZW7RlCMzS3Q/VY7RQbefjnI/AAAAAAAAFag/6-nxZCxMCNU/s320/69229.gifhttp://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Raconter_la_maladie-9782707186317.html

Raconter la maladie au 18e siècle : Tenaillées entre la volonté d’établir des systèmes généraux et l’attention portée aux cas singuliers, les approches de la maladie au 18e siècle se présentent comme de grandes entreprises nosologiques aussi bien que des récits individuels. Ce numéro de Dix-Huitième Siècle s’intéresse aux différentes formes de mise en récit de la maladie, qu’elles se situent dans le cadre de discours savants, de narrations privées, de fictions, ou même de tableaux.

Raconter la maladie réunit des contributions portant sur la douleur et le plaisir, la sexualité, les pathologies des gens de lettres, la mélancolie, la peste, la nostalgie, ou encore l’électrothérapie. Du soldat à la vaporeuse et du compte-rendu clinique à la lettre intime, c’est tout un pan de l’expérience de la maladie au 18e siècle qui se dévoile à nous. Les récits de maladie ouvrent également sur certains grands chantiers intellectuels des Lumières : progrès de la physiologie, objectivation de la sensation de soi, maux dus au mode de vie, mais aussi rapport soignant-soigné, représentation de la mort et besoin de rire du corps pathologique. Autant de questions qui nous envoient à nos propres attitudes face à la maladie.

 

 

Letttre d'informations CNPERT XXXVII Juin 2015

Ils ont osé instituer des salles de shoot : honteuse et amère victoire (Éditorial)

Les niveaux d'usage des drogues ilicites en France en 2014

Qui veut abattre la cigarette electronique ?

 

 

 

Medscape Conference News (8 juin 2015) : les lesions cerebrales du cannabis

Cannabis Harms Brain, Imaging Shows (Kate Johnson)

http://www.medscape.com/viewarticle/846094

Belle demonstration de ce que lourde consommation chronique de cannabis est associée à la dopamine inférieure de presse dans le striatum associative et le striatum sensori-motrice, régions impliquées dans la cognition.

 

 

Réseau d'Historiens universitaires de la medicine (RHUM)

http://rhum.hypotheses.org/a-propos

RHUMLe Rhum est un groupe de travail et de recherche qui réunit des historiens de la médecine partageant les mêmes méthodes et habitués à travailler ensemble.

 

Sans prétendre à l’élitisme, il n’a pas vocation ni ambition de rassembler tous les chercheurs en histoire de la médecine, même s’il accueille régulièrement de nouveaux membres ; il n’a pas vocation non plus à collecter et à diffuser des informations sur la recherche dans ce domaine (voir plutôt http://corpsetmedecine.hypotheses.org/ ou historiens de la santé). Il  ne cherche pas non plus à se substituer à des revues existantes où plusieurs d’entre nous sont impliqués (Gesnerus, Histoire, médecine et santé, etc.)

Ses activités consistent, à organiser des rencontres de travail et de réflexion bisannuelles autour de thèmes comme la médicalisation (Paris, Lausanne 2012), les transferts/transmissions/héritages (Lyon 2013) ou le geste médical.

Contact :  anne.carol@neuf.fr

 

Site Internet du Sénat  : Auditions de la Commission d’enquête sénatoriale sur la politique nationale de lutte contre les les drogues illicites

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRJJzOQm1ewI6zEeq7GJegRgO8XrSeJLrmmauGPwr0UKv0XEB098oKOeoOshttp://www.voltairenet.org/article9913.html

 Audition du Dr Jean-Saladin en date du 26 février 2003

 

 

 

 

 

Revues d'Histoire de la médecine

 

 Revue sur l'Histoire des sciences (Université de  Chicago Vol. 106, No. 2, June 2015)

e hasard dans les découvertes, , de Bacon à Walpole par Sean Silver

http://www.academia.edu/13230763/Sean_Silver_The_Prehistory_of_Serendipity_Bacon_to_Walpole_Isis_106.2_2015_235-56

IsisHorace Walpole, au XVIIIe siècle a inventé le mot. En fait, lles versions du concept different tout au long de l'Histoire des sciences

 

 

 

 

 

Welcome Library : Artists' Caricatures Show The Macabre History Of Medicine

feverhttp://www.huffingtonpost.com/2014/01/22/history-of-medicine-photos-wellcome-images_n_4645670.htmlThe Huffington Post

La fièvre est ici présentée comme une bête frénétique, tandis qu'un un monstre bleu, représentant la fièvre, enlace sa victime au coin du feu. Et qu'un médecin rédige une ordonnace

(Dessin de T. Rowlandson after J. Dunthorne, 1788)

 

 

National Library of Medicine : Shakespeare et les quatre humeurs

http://www.nlm.nih.gov/exhibition/shakespeare/introduction.html

A title page of the book, 'Mr. William Shakespeare: Comedies, Histories, and Tragedies' with a portrait of Shakespeare as a middle-aged man with a mustache, balding hair, and in Elizabethan tunic with a collar.Selon Shakespeare, les quatre humeurs corporelles sont : le -sang, la bile, la mélancolie, et le flegme. Ces quatre assurent  la santé physique et mentale des êtres et déterminent leur personnalité.

 

Les Médecins Maîtres-Toile : Etre médecin à Rome dans l’Antiquité : les risques du métier

http://www.medecins-maitres-toile.org/

 Les médecins mondains que nous présente Galien, passant leur temps en visites de politesse et en dîners d’où ils reviennent souvent ivres, sont assez rares.

 Bien entendu, la profession présente de nombreux avantages alléchants, mais elle exige aussi beaucoup de travail et de veilles, et comporte des risquesTrois grands risques : la contagion, la concurrence et…les malades

 

 

 JAMA. 2014;311(4):365-367 :  La médecine fondée sur des preuves

jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1475183

Le mot "évidence based medicine"(EBM) a été inventé par Gordon Guyatt et est ensuite apparu en 1992 dans un article du JAMA mais les racines sont beaucoup plus anciennes (voir la vidéo : " histoire orale de la , de la médecine basée sur les preuves).

 

Bulletin Saint Louis School of Medicine : 40th Historia Medica/4th Annual Bohigian Lectureship

"Vision and History: Looking Through an Artist's Eyes (October 2014)

http://historyofmedicine.wustl.edu/contact-us/education/historia-medica/

Nombreux et interessants documents sur l'Histoie de l'ophtalmologie

 

 

 

Lancet, Volume 384, No. 9940, p292, 26 July 2014 : The moribund body of medical history

http://historyofmedicine.wustl.edu/contact-us/education/historia-medica/

Richard Horton pose une question sacrilege : "L'Histoire de la medicine est elle morte ?". La plupart des auteurs n'ont rien à dire sur le passé car on ne peut rien en tirer. L'histoire de la médecine, telle est la conclusion de l'auteur,est une discipline déjà morte en route vers le cimetière…

 

 

Journal of Health Sciences Pittsburgh (January 24, 2012) "Sigmund Freud: Neurologist"

http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com/media/01/01/146742679.jpg(John F. Delaney Jr) , MD, DrPH Centre de Bioethique de Pittsburgh

Un des aspects les moins connus de l'œuvre de S. Freund : ses tgravaux en neurologie

 

 

 

 

La Revue du Praticien : articles sur l'Histoire de la médecine

N°: 1 - 20/01/2015 : Louis Desliens, acteur méconnu des origines de la cardiologie moderne (Gérard Braganti)

N°: 2 - 20/02/2015 : Quand les accidents se multipliaient à bord des chalutiers et des thoniers (Michel Perrin) (

N°: 3 - 20/03/2015 : Antiquité : Du nouveau sur la peste galénique (Danielle Gourevitch, avec la collaboration de Philippe Charlier)

N°: 4 - 20/04/2015 : Renaissance, XVIIe s, XVIIIe siècle : De quoi souffrait-on ? De quoi se plaignait-on à l'époque moderne ? (Joël Coste)

N°: 5 - 20/05/2015 : Lieux de mémoire L'hôpital de Saint-Laurent du Maroni en Guyane

N°: 6 - 20/06/2014 : Morgagni et les tumeurs (Bernard Hoerni) : On doit à Giambattista Morgagni d'avoir construit les fondations de l'anatomie pathologique avec

N°: 7 - 19/09/2014 : La politique de lutte contre la syphilis au Maroc colonial (Fouad Laboudi, Jamal Mehssani, Allal Ragoug) : Dès l'instauration du protectorat français au Maroc en 1912, les autorités sanitaires firent ...

N°: 9 - 20/11/2014 : Le renom des médecins égyptiens dans le monde antique (Bernard Ziskind)

N°: 10 - 19/12/2014 : Histoire et éthique médicale  (Max. Simon (1845) : le premier ouvrage consacré à ce sujet

 

 

Livres sur l'Histoire de la médecine

 

 

Miroirs de la Mélancolie/Mirrors of Melancholy (CAZES Hélène, MORAND Anne-France) (Ed. Hermann )

La mélancolie n’est pas la bile noire, quoi que disent les étymologies: philosophique, poétique, lettrée, artistique, elle hante notre imaginaire comme un motif lancinant qui traverse époques et cultures.

Elle chatoie au soleil noir des relectures, des reprises et des décadences, comme un miroir de mots et mondes passés qui, soudain, devient le miroir de l’artiste ou de l’écrivain.

La vigueur de cette langueur intelligente et créative se dit dans l’histoire de sa transmission et de ses commentaires. Dès son invention, la mélancolie se créée dans ses descriptions et sa reconnaissance. L’humanisme y fut particulièrement enclin, lorsque se reconnaissait dans les textes anciens un mal d’être fort moderne et propagé par la lecture de bons livres. La rémanence du mot et de la notion depuis l’héritage antique, la Renaissance et jusqu’à nos temps modernes en dit non pas l’imprécision mais la puissance évocatrice. Les études ici rassemblées interrogent ainsi le miroir de la mélancolie, cette inspiration seconde, savante et personnelle tout à la fois.

 

Physiologie de la "veuve " (Anne Carol)(Ed/ Champ Vallon, 2012)

http://choeur-montjoie.com/wp-content/uploads/2015/01/guillotine.jpgCe livre est une étude de la guillotine vue sous l’angle de la science et de la médecine. L’historienne revient sur cette invention d’un médecin et d’un chirurgien, conçue au départ pour assurer une mort rapide et douce. Mais très vite, des doutes s’imposent sur l’efficacité et l’instantanéité de cette pratique. La possibilité que la mort n’intervienne pas immédiatement suscitera l’imaginaire et de nombreux débats au cours du XIXe siècle. Elle questionne les médecins et la société face au corps du condamné.

 

La glace à la vanille" (Alain Delache)( Éd. du Cherche-Midi, 2°14)

Une petite fille du Congo avait accidentellement avalé de la soude caustique mise dans une bouteille de soda. L’œsophage brûlé, elle devait être alimentée par une sonde fichée dans l’estomac. Elle avait un rêve, lancinant : manger à nouveau un jour une glace à la vanille… Grâce à une chaîne de solidarités, elle a pu être opérée à Paris : « Je lui ai apporté sa glace à l’hôpital », raconte le professeur Deloche.

 
Les médecins dans l'Occident romain : péninsule ibérique, Bretagne, Gaules, Germanies (Bernard Remy)(Ed. Ausonius 2010)
En se fondant sur un corpus de plus de 80 inscriptions (dédicaces aux, dieux, évergétisme, épitaphes...) découvertes dans les provinces occidentales de l'empire romain (péninsule Ibérique, Bretagne, Gaules, Germanies), l'auteur a réalisé une étude fouillée des professionnels de santé (médecins, sages-femmes, infirmiers et "pharmaciens"
 
 
 
Le secret d'Hippocrate (Athanase Kanatsoulis) (Ed. Julliard, 1963)
Qui pouvait mieux qu'un Grec et qu'un médecin entreprendre de nous raconter l'histoire d'Hippocrate ? Avec un légitime amour du détail et le sens aigu de ce qui dans la légende appartient à l'Histoire, le docteur Kanatsoulis nous offre dans son beau livre une véritable biographie du fondateur de la médecine moderne. Il nous raconte les voyages d'Hippocrate en Egypte et ailleurs, ses difficultés avec les prêtres, son mariage, sa gloire, sa mort. En même temps la description érudite et colorée qu'il nous fait des lieux, des moeurs, des fêtes et cérémonies, des pratiques médicales et des cultes nous introduit au coeur même de la civilisation hellène dans la période de son plus haut épanouissement. En écrivant la vie d'Hippocrate c'est donc à une remontée vers les mystères de notre culture que nous convie le docteur Kanatsoulis.

 

 La médecine au temps des pharaons (Bruno Halioua) (Ed. Lian Levi, 2008),
Prononce-t-on le nom d'Egypte qu'immédiatement viennent à l'esprit les images des vestiges de cette ancienne civilisation : pyramides, papyrus, nécropoles, momies. De ces vestiges, l'égyptologue a su, depuis quelques décennies, tirer un profit inattendu : la connaissance de la médecine pratiquée par les Égyptiens. Les momies ont témoigné des pathologies des vivants, les papyrus ont expliqué comment traiter ces maladies, les stèles ont révélé une pratique de la médecine et de la chirurgie au-delà des rituels magiques.
Mais comment les maîtrisaient-ils? C est à ces questions que répond Bruno Halioua dans un livre très documenté et captivant.
 
 Importants centres médicaux de l'Antiquité (Savas Kasas) (Ed. Kasa, 1979)et
Quand la médecine était encore divine…
 
 
 
 
 
 

 

 Les sciences biologiques et médicales à Byzance (Jean Théodoridès) (Cahiers d'histoire et de philosophie des sciences, Ed. CNRS, 1977)

Jean Theodorides Directeur de recherche au CNRS et membre de la Royal Society of Medicine ,  fut le premier président non médecin de la Société Française d’Histoire de la Médecine.. 
 

 

 

 

Les discours du corps au XVIIIe siècle (Helene Cussac) (Ed. Hermann, 2104)

Un débat réunissant philosophes, littéraires et historiens s’est engagé, lors du XIIe Congrès international des Lumières, autour de la question du corps. En effet, le corps des Lumières est un objet qui méritait encore d’être questionné sur des plans épistémologique, anthropologique ou esthétique.

Le présent ouvrage se veut le reflet de ces questionnements. Suivant la voie de l’époque qui récusait la séparation systématique des discours, il cherche à montrer combien l’écriture du corps entre dans une transdiscursivité. Discours scientifique, romanesque, philosophique ou social, entre autres, dialoguent au cours d’une période passionnée par l’émergence d’une nouvelle culture du corps. Les trois parties qui organisent le volume – « Science, techniques et médecine du corps », « Gouvernement du corps » et « Représentations idéologiques du corps » – mettent en relief les cohérences et subversions, les conjonctions et prolongements de ces idées essentielles.

 

La médecine du Talmud. Au commencement des sciences modernes (Ariel Toledano)(Éditions In Press - 2014 )

- Qu’en est-il des connaissances médicales dans le Talmud ? Comment ce savoir médical – retranscrit entre l’an 200 et 500 après J.-C. – pourrait-il être précurseur des sciences modernes ? Pour répondre à ces questions, Ariel Toledano propose un inventaire des pratiques médicales évoquées dans le Talmud, plongeant le lecteur au cœur de cette véritable encyclopédie des traditions du peuple juif, où le médecin est un des acteurs de la société juive de l’époque.

Anatomie, règles d’hygiène et de nutrition, sexualité, grossesse, naissance, maladies, traitements… les sages du Talmud instruisent sur chacun de ces aspects. A maints reprises, leurs observations et leurs conseils sont saisissants d’intuition, de justesse, de modernité.

Étudier les maladies en fonction de l’atteinte de tel ou tel organe, c’est exactement l’objet de la médecine moderne. Ainsi, le but religieux que poursuivaient les rabbins du Talmud les a guidés sur le chemin des sciences modernes et de la médecine d’aujourd’hui.

 

Histoire de la la Fièvre Typhoïde (Lore Loir)(Ed. Kobo, 2015)

Rappel des drames causés par ce qui fut un des drames de la santé publique au siècles precedents

 

 

 

 

Histoire de la chirurgei (Pierre-Louis Choukroun et Alain Chevrot)(2012)

Réalisée dès le Néolithique comme en témoigne la découverte d’ossements, et depuis la plus haute Antiquité, la chirurgie a connu un cheminement fait de luttes, de hasards, parfois d’erreurs, mais ausside magnifiques découvertes qui ont construit l’Histoire, fruit de siècles de tâtonnements, d’avancées etparfois de reculs.

 

 

 

Santé et société à Montpellier à la fin du Moyen Âge (Geneviève Dumas) (Ed Koninklikk Leyde)

Ce livre examine l’histoire sociale, institutionnelle et culturelle des pratiques médicales dans la ville de Montpellier à la fin du Moyen Âge, site d’une des premières universités médiévales et d’une école de médecine renommée. Certains de ses ressortissants les plus connus ont fait l’objet d’études approfondies mais peu d’entre elles tentent de replacer cette médecine universitaire dans son contexte urbain.

Le conseil de ville se préoccupe très tôt des besoins sanitaires de la communauté et met en place un système de soin qui sollicite non seulement les médecins mais aussi les barbiers-chirurgiens et les apothicaires de la ville. L’étude de ces intervenants offre une image saisissante de la société tardo-médiévale dans ses rapports avec la santé.

 

Histoire de la medicine (Daniel Leclerc)( Ed Isaac van der KlootLa Haye, 1729)

intéressante initiative d'exhumer un des p^remiers Traités d'Histoire de la médecine

 

 

 

 

 

 

 

 

CouvertureLa medicine dans le monde et au travers des siècles (The History of Medicine: Healthcare Around the World and Through the Ages)(Brian Ward)(Ed. Armadillo Books, 2015)

Une "première " en Histoire de la médecine : un résumé pour les enfants (6 à 12 ans, et anglophones, bien sûr…

 

 

 

 

 

Naître aujourd'hui (Jacques Battin)( Editions Glyphe, 2015)

Des experts, biologistes de la reproduction, pédiatres néonatologues et généticiens, 

épidémiologistes, psychologues, historiens et démographes, administrateurs

rappellent le chemin parcouru, sans omettre les questions éthiques soulevées par les innovations biotechnique.

 

 

 

Peste et empire dans le monde Ottoman (Plague and Empire, The Ottoman Experience, 1347–1600) (Nükhet Varlik)(Cambridge University Press

Ceci est la première étude scientifique systématique de l'expérience ottomane de la peste Durant la pandémie de peste noire et les siècles qui suivirent. Utilisation d'une richesse d'archives et les sources narratives, y compris les traités médicaux, hagiographies, et des récits de voyageurs, ainsi que la recherche scientifique récente, Nükhet Varlik illustre comment la peste a interagi avec les structures environnementales, sociales et politiques de l'Empire ottoman à partir de la fin du Moyen Âge grâce à l'époque moderne.

Le livre soutient que la croissance de l'empire transformé le profil épidémiologique de la peste en apportant différentes zones écologiques en interaction et en intensifiant les mobilités des échanges entre les deux agents humains et non-humains. Varlik soutient que fléaux persistants ont suscité de nouvelles formes d'expression culturelle et de l'imagination, ainsi que d'un nouveau corps de connaissances sur la maladie. À son tour, cette nouvelle conscience aiguisée de la réponse administrative ottomane à la peste, tout en contribuant à l'étoffe d'un Etat moderne tôt.

 

Simples et drogues en Inde (Medicine, Trade and Empire) (Garcia De Orta's Colloquies on the Simples and Drugs of India 1563 )(Éd.: Ashgate Pub Co; 2015

 Le livre Garcia de Orta avait été imprimé à Goa, la ville où l'auteur, un médecin portugais d'origine juive, a vécu pendant près de trente ans. Il présente une vaste gamme de renseignements médicaux sur les divers médicaments, des épices, des plantes, des fruits indigènes et de minéraux à l'Inde ou territoires voisins.

Le livre donne des informations précieuses concernant les méthodes autochtones de guérison ainsi que d'une analyse poussée des auteurs anciens et modernes sur materia medica asiatique. Rédigé par une équipe interdisciplinaire de chercheurs internationaux de premier plan, le volume prend en compte les tendances récentes et historiographique fournit une analyse contextualisée et innovant de l'histoire et la réception des colloques. Il met l'accent sur la valeur du travail pour les historiens d'aujourd'hui comme un symbole de l'impact de l'expansion géographique et la mondialisation dans un monde médical du XVIe siècle

 

Hippocrate : Maximes et Pensées (Trad. Daremberg)( C Daremberg

Détails sur le produitCette précieuse étude du bibliothecaire de l'Académie de médecine vient d'être pubiée à nouveau aux Ed. du Rocher.

 

 

 

 

 

 

Galerie des ouvrages sur "L'Histoire de la médecine "publiés aux éditions de l'Harmattan

Résultat de recherche d'images pour "L'Harmattan"L'objectif de cette collection dirigée par le Dr. Xavier Riaud est de constituer "une histoire grand public" de la médecine ainsi que de ses acteurs plus ou moins connus, de l'Antiquité à nos jours. Si elle se veut un hommage à ceux qui ont contribué au progrès de l'humanité, elle ne néglige pas pour autant les zones d'ombre ou les dérives de la science médicale. C'est en ce sens que - conformément à ce que devrait être l'enseignement de l'histoire -, elle ambitionne une "vision globale" et non partielle ou partiale comme cela est trop souvent le cas.

Alastrim, L'homme et la variole (Serge Kernbaum, 2014).

Alexis Carrel, Un chirurgien entre ombre et lumiere (Michel Germain, 2013.)

Andre Breton médecin malgré lui (Gilbert Guiraud, 2012.)

Antoni van Leeuwenhoek (1632-1723)le microscope médical et les spermatozoïdes (Henri Lamendin, 2013.)

Axel Munthe, médecin vagabond de l'europe (André Fabre, 2012.)

Caractéristiques dento-cranio-faciales des hominines (Elsa Combes Fruitet, 2014.)

Carl von Linne, médecin précurseur de la pharmacie moderne (1707-1778) (Henri Lamendin, 2012. )

Chroniques déontologiques des rois de france et de la dynastie napoleonienne (Xavier Riaud, 2011. )

De grands médecins méconnus (André Fabre, 2010.)

De l'art dentaire a d'autres arts (Henri Lamendin, 2007.)

De nez a nez, histoire du nez (Vincent Bouton, 2014.)

Dentistes héroïques de la seconde guerre mondiale (Xavier Riaud, 2011. )

Des dentistes qui ont fait l'histoire...(Xavier Riaud, 2013. )

Entretiens avec le Dr Levy-Leroy, médecin résistant (Mathilde Fradin , 2013)

Enquête médico-légale sur le naufrage du h. l. hunley (1864) (Rozenn Henaff-Madec, 2009.)

François-Joseph Talma (1763-1826) (dentiste et acteur favori de napoléon ier (Henri Lamendin, 2014.)

Haschisch, chanvre et cannabis : l'éternel retour (prix ampli-gem 2013) (André Fabre, 2011.

Histoires de la médecine bucco-dentaire (Xavier Riaud, 2010.)

Histoire independentaire (Xavier Riaud, 2013.)

Historique de l'odontostomatologie du sport en France, principaux acquis techniques et scientifiques (Henri Lamendin, 2009.)

Horace Wells (1815-1848) et William t. G. Morton (1819-1868), la rencontre improbable de deux précurseurs de l'anesthésie (Mathieu Bertrand, 2013.)

Hygiène bucco-dentaire du xviie au xixe siècle en France (Clément David, 2010.)

Instrumentation chirurgicale et coutellerie en France, des origines au xixe siècle (Jean-Pierre Martin, 2013)

Instrumentation médico-chirurgicale en caoutchouc en france (xviiie-xixe siècles) (Jean-Pierre Martin .(2013)

Investigations et expérimentations en odontologie, 40 années de recherches (henri Lamendin, 2009).

Jumeaux et jumelles, représentations dans l'art et les sciences de l'europe moderne (1492-1789) (Jean-Claude Pons, 2015).

Les de Jussieu, une famille de botanistes au xviiie et xixe siecles,(Henri Lamendin , 2014)

Les médecins de l'assistance médicale en indochine (1905-1939) (Mathieu Rayssac,2015).

Les médecins de Venise (André Fabre, 2014.)

La médecine des personnes âgées de la préhistoire à nos jours (Jean-Pierre Martin, 2012).

Les médecins juifs du Xe au XVIIe siècle (Régis Nessim-Sachs, 2014.)

Les médecins-législateurs et le mouvement hygieniste sous la iiie republique ( Isabelle Cavé, 2015. )

Les soldats aliènes a l'asile de Ville-Evrard (mars 1915- décembre 1918)(Hubert Bieser, 2014)

La folie a Rome (Roland Brunner, 2014. )

L'anatomie au creux des mains au confluent des sciences et de l'art (Dominique Le Nen, 2008. )

La répression sexuelle par les psychiatres (1850-1930) corps coupables (Patrick Albert Charles Pognant, 2011.)

L'art dentaire en Egypte antique (Pauline Ledent, 2014. )

L'asepsie un demi-siècle avant pasteur, ignace semmelweis (1818-1865) (Robert Delavault, 2007.)

La vie et les écrits de Bernard N..Lorinet (1749-1814),  médecin des lumières dans la révolution (Jean-Jacques Tomasso, 2013.)

Lazzaro Spallanzani (1729-1799), le père de la biologie médicale expérimentale (Henri Lamendin, 2013.)

Le clou de girofle en médecine bucco-dentaire (Gilles Gros, 2013.)

Le chirurgien-dentiste dans le cinéma et la littérature du xxème siècle (Marie Franchiset, 2010.

Léonard de Vinci, un anatomiste visionnaire (Dominique Le Nen, 2010.)

L'épopée des gants chirurgicaux (Michel Germain, 2012.)

Les boiteux, mythes, génétique et chirurgie (Frédéric Dubrana, 2011.)

Les dentistes américains dans la guerre de Sécession (1861-1865)(2ème édition) (Xavier Riaud, 2012.)

Les dentistes, détectives de l'histoire (Xavier Riaud, 2007.)

Les dentistes français au XIXe siècle (Henri Morgenstern, 2009.)

Les dents de l'homme, de la préhistoire à l'ère moderne (Florie Duranteau, 2011).

L'expérience chirurgicale de la vivisection... à l'expérimentation (Dubrana Frédéric, 2014.)

L'influence des dentistes américains pendant la guerre de sécession (1861-1865) (Xavier Riaud, 2006.

Napoléon Ier et ses médecins , prix de l'association des amis du service de santé des armées au Val-de-Grâce 2012 (Xavier Riaud, 2012.)

Molière et le monde médical du XVIIe siècle (Christian Warolin, 2013)

Musiciens célèbres malades, pourrait-on les sauver aujourd'hui? (Michel Germain, 2015)

Odontologie médico-légale :entre histoire et archéologie (Francis Janot et Xavier Riaud, 2010.)

Odontologie médico-légale et serial killers, la dent qui en savait trop...(Xavier Riaud etand Philippe Brousseau, 2014.)

Ocularistes et yeux artificiels de l'Antiquité au xxe siècle.(Jean-Pierre Martin, 2015.)

Petit lexique bucco-dentaire de proverbes et autres expressions (Thomas Ferrante, 2015.)

Praticiens de l'art dentaire du XIVeme au XXeme siècle, recueil d'anecdodontes (Henri Lamendin, 2006.)

Précurseurs de la phytothérapie bucco-dentaire occidentale (Henri Lamendin, 2008.

Première guerre mondiale et stomatologie, des praticiens d'exception… (Xavier Riaud, 2008.

Pionniers de la chirurgie maxillo-faciale (1914-1918) (Xavier Riaud, 2010.

Psychopathia sexualis de Krafft-Ebing (1886-1924) (Patrick Albert Charles Pognant, 2011.)

Quand la dent mène l'enquête...(Xavier Riaud, 2008. )

Sainte Apolline, sainte patronne des dentistes (Prix Georges Villain d'histoire de l'art dentaire 2014.) (Apolline Trioulaire, 2014.)

Soignez votre bouche par les plantes, remèdes d'hier et d'aujourd'hui (Henri Lamendin, 2007.)

Thomas W. Evans (1823-1897), le dentiste de Napoléon III (Henri Lamendin, 2012.)

 

Emissions de radio et de  télévision sur l'Histoire de la médecine

 

AccueilFrance Culture

La fabrique de l'Histoire : Emission du 5 janvier 2015 sur l' Histoire du libéralisme (Serge Grudzinski)

 

Émission du 14 janvier 2015 : La grande peste au Moyen-Âge (Danielle Jacquart)

 

 

Musées  d'Histoire de la médecine

 

L’hôtel-Dieu de Hautefort en Périgord et son musée d’histoire de la Médecine

musee-hautefort.fr/

L’hôtel-Dieu de Hautefort en Périgord ouvre ses portes, gratuitement, samedi 16 mai de 20h à minuit pour la nuit européenne des musées.

A cette occasion, le docteur Louis-Charles Barnier présentera une conférence dans la chapelle à 20h sur :"L’émergence de la médecine moderne au 19ème siècle".

Après avoir présenté les faits marquants des 17 et 18ème siècles ainsi que l’influence déterminante d’Hippocrate, il s’agira de s’attarder sur les découvertes et personnages emblématiques du 19ème siècle et leurs conséquences sur les siècles suivants (Pasteur, Semmelweiss, Lister…)

 

Musée Flaubert et d'Histoire de la médecine de Rouen (51 rue Lecat 76000 Rouen)

http://www.culture.fr/evenements/organisme/MUSEO-7654003

Ancien logement de fonction du chirurgien chef de l'Hôtel-Dieu. Collections très diverses : ancienne apothicairerie, instruments de chirurgie, cabinet de curiosités, biberons, mannequin d'accouchement.

Chambre natale de Gustave Flaubert, souvenirs et portraits de la famille. Jardin de plantes médicinales. Mise à disposition des audioguides et livret jeu les enfants remis gratuitement. Accès personnes à mobilité réduite partiel : accès RDC uniquement par la préfecture (contacter le musée avant)

 

ArchéoThema (n°16, septembre-octobre 2011) : la médecine à l'époque romaine.

http://www.archeothema.com/

La médecine de la Rome Antique : quoi de neuf docteur? Cette question impertinente a servi de fil rouge à l’exposition sur le même thème qui s’est tenue au Musée romain de Nyon en 2010, et dont une  nouvelle version, revue et augmentée, s’est ouverte au Musée gallo-romain de Lyon le 4 octobre 2011.

Elle nous rappelle combien les découvertes archéologiques se sont multipliées ces dernières années. Leur apport à l’histoire de la médecine antique est considérable.

 

Réunions sur l'Histoire de la médecine

 

10 et 11 septembre 2015 Colloque sur « La fabrique de la santé » (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

http://histoiresante.blogspot.ca/2015/08/la-fabrique-de-la-sante.html

Quoi de neuf dans la santé ? Ce colloque international a pour objectif d'interroger les renouvellements profonds intervenus dans l'étude de ce concept. Les axes de réflexion privilégiés seront ceux de la mesure de la santé et des mobilisations et pratiques autour de la maladie

 

9 octobre 2015 : 25eme anniversaire du du musée de la Radiologie de Bruxelles

https://drive.google.com/file/d/0B8n5Fm8PuEIuWkV0MjNLbUNUN28/view

 

8 novembre 2014 : Journée "Histoire de la médecine des Editions de l'Harmattan"

 

14h00 – Accueil des auteurs.

14h15 – Xavier Riaud « Présentation de la Collection Médecine à travers les siècles ».

. André Fabre « Les médecins de Venise ».

. Michel Germain « Alexis Carrel, un chirurgien entre ombre et ière ».

. Philippe Brousseau and Xavier Riaud « Odontologie médico-ale et serial killers, la dent qui en savait trop… »

. Jean-Louis Heim « La longue marche du corps humain, de la édie à la parole ».

. Serge Kernbaum « Alastrim, l’homme et la variole ».

. Frédéric Dubrana « L’expérience chirurgicale, de la vivisection à périmentation ».

. Vincent Bouton « De nez à nez, une histoire du nez ».

. Elsa Combes Fruitet « Caractéristiques crânio-dento-faciales  Homininés ».

. Regis Nessim Sachs « Les médecins juifs du Xe au XVIIe cle ».

. Clément David « Hygiène bucco-dentaire du XVIIe au XIXe cle en France ».

. Patrick Pognant « La répression sexuelle par les psychiatres 50-1930), corps coupables ».

. Xavier Riaud « Napoléon Ier et ses médecins » Prix de sociation des Amis du Service de Santé des Armées au Val-de-ce, 2012.

. André Fabre « Haschisch, chanvre et cannabis : l’éternel retour » Prix Ampli-Groupement des Ecrivains médecins, 2013.

. Apolline Trioulaire « Sainte Apolline, sainte patronne des dentistes et de ceux qui ont mal aux dents » Prix Georges Villain d’histoire de l’art dentaire, 2014.

 

1er mai 2014 Royal Society for History of medicine London

https://www.rsm.ac.uk/sections/sections-and-networks-list/history-of-medicine-society/section-meeting-reports.aspx

 Jennian Geddes Résultat de recherche d'images pour "Royal Society for History of medicine London"Une chance pour les filles, ou pourquoi les femmes ne devraient pas être des médecins (1 May 2014)

Dr Jennian Geddes livré 2014 Histoire de la Société de médecine Discours présidentiel. Son discours réfléchi sur les femmes intrépides qui est entré médecine et la chirurgie comme pionniers des étudiants en médecine au 19e et début du 20e siècle, les obstacles et les critiques auxquels ils sont confrontés, et, finalement, comment ces femmes ont transformé la vue de la société de la pratiquante.

 

Enseignement en Histoire de la médecine

 

EHESS : Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps

(Anne Carol, professeur à Aix-Marseille Université (TH)  et Rafael Mandressi, chargé de recherche au CNRS

2e et 4e mardis du mois de 19 h à 21 h à l'École pratique des Hautes Études

Histoire de la médecine : maladies, malades, praticiens

Contact : joel.coste@ephe.sorbonne.fr

Programme disponible sur http://www.ephe.fr/details/1861-coste-joel-histoire-de-la-medecine-maladies-malades-praticiens.html

*

Society for French Studies, Conférence annuelle 57e / 57e Congrès annuel

Université de Glasgow, 27-29 Juin 2016

Ecologies, Les sens, Oralités, Espace(s), Indépendance, La Satire/La Caricature, Texte et image, Cultures de la mémoire, Médias sociaux, langage et culture, Handicap, Pacifisme

Contact Nina Parish n.parish@bath.ac.uk

 

Call for papers

 

American Association for the History of Medicine Annual Meeting,

 Minneapolis Minnesota, 28 avril au1er mai 2016.

Sujet de la réunion TH histoire de santé et des guérisons; l'histoire des idées, des pratiques médicales et des institutions; tous sujets sur et l'histoire de la maladie, la maladie, ou la santé publique.

Contact :  Sarah Star,  sarah.star@mail.utoronto.ca

 

Association for Asian Studies (AA)S 2016 ,

Seattle, Mars 31 au 1er avril 2016

Alimentation et régimes en Asie avant l'ère moderne santéDiet and health in pre-modern East Asia, AAS 2016 

Evolution des concepts de régime et la santé en Asie pré-moderne-Orient. Les documents sont principalement axées sur la Chine mais les intervenants ne viendront pas seulement de Chine mais aussi  du Japon ou deen Corée

 contact Hilary Smith ! Hilary.Smith@du.edu

 

Journal "Victorian Brain, recue specialisdée dans les etudes de l'epoque Victorienne

Sujets proposes I

• Le roman comme mise en forme et en forme par des discours sur la psychologie, l'esprit et le cerveau.

• la science mentale et de la poésie; le «monologue psychologique».

• dissection des animaux et de la vivisection.

• Le cerveau comme organe central du système nerveux, corps et l'esprit connecté; le concept des facultés mentales; l'âme (pas plus) extra-corporelle; la religion vs psychologie scientifique. Les sens.

• L'esprit formé comme culturellement; conceptions nationales et internationales de la psychologie.

• Le cerveau de genre et de ses implications (genre comme une taxonomie universelle).

• L'esprit victorien dans l'enfance.

• Le cerveau théâtrale: afficher la pensée et de la mémoire sur la scène victorienne; dépeignant la maladie mentale et la folie; intériorité des personnages; la psychologie et de la formation de l'acteur.

• états d'esprit: Altered usage de drogues; mesmérisme, l'hypnose et la transe; rêves et rêveries; somnambulis.

• Mémoire et / ou à un traumatisme; mémoire et des objets (de journaux à la photographie post-mortem). Sites et cultures du souvenir et l'oubli.

• Différentes disciplines et des développements disciplinaires: la psychologie évolutionniste et le développement. Psychanalyse: concepts pré-freudienne de la psyché.

• Maladie mentale: asiles, "la gestion morale»; la dépression; délires; Troubles du postpartum; liens entre la santé mentale et corporelle.

• La folie et la loi (la criminalité, la législation, l'aptitude à subir un procès); le développement de la psychologie médico-légale; la folie et de la sensation.

• Automatisme et la volonté: de nouvelles conceptions de l'inconscient (par exemple comme organisme possédant); l'inconscient vs habitude et l'auto-discipline: l'automatisme, la responsabilité et la reddition de comptes.

• 4e cognition (incarnée, embarqués, la cognition adopté et étendu) et de la littérature et de la culture victorienne.

• «culture des plaies": ses racines dans le XIXe siècle, l'industrie et la renégociation de l'identité accompagnateur privé en termes publics.

• représentations de néo-victorienne de toute émission décrite ci-dessus.

Contact: victoriannetwork@gmail.com 

 

IEEE 23nd International Symposium on Modeling, Analysis and Simulation of Computer and Telecommunication Systems (Georgia Tech Campus, Atlanta, GA, USA, 5-7 octobre, 2015).

Sujets  proposés : :

• Architecture des ordinateurs, processeurs multi-core, et les systèmes de mémoire

• les réseaux informatiques, des protocoles et des algorithmes

• Bases de données et des technologies Big Data

• Distribué et le cloud computing

• L'efficacité énergétique des systèmes informatiques

• Les systèmes mobiles

• Les systèmes multimédias

• Les systèmes d'exploitation et la virtualisation

• Les réseaux intelligents et les systèmes de cyber-physique

• Les réseaux sociaux

• Les systèmes de stockage et de fichiers

• Les systèmes Web, les applications d'entreprise et les services Web

•, Les réseaux de capteurs mobiles, sans fil ad hoc

Contact https://easychair.org/conferences/?conf=mascots2015).

 

Postes à pourvoir en Histoire de la médecine

 

Contrat postdoctoral de deux ans consacré à l'histoire croisée franco-allemande des accidents en milieu militaire (1920-1970)

Contact anne.rasmussen@unistra.fr

 

Research Assistant, Faculty of Public Health and Policy

Poste basé à Londres, Centre for History in Public Health, LSHTM

Contact Dr Martin Gorsky, martin.gorsky@lshtm.ac.uk.

 

Poste d'Historien de la médecine, The History Department at Washington University,  St. Louis

Envoyer la candidature au Pdt, History of Medicine Search Committee, Department of History, Washington University, 1 Brookings Dr., Campus Box 1062, St. Louis, MO 63130.

Contact artsci-history.search@email.wustl.edu

 

Le Dr Frankenstein et le monstre sacré de l'Angleterre Victorienne

 

Tout le monde connait le nom de Frankenstein et le cinéma a beaucoup œuvré pour que reste dans la mémoire collective l'image du monstre portant ce nom.

La réalité est sensiblement plus nuancée : Le Dr Frankenstein est avant tout le héros du livre d'un auteur anglais, Mary Shelley, épouse du grand poète : c'est l'histoire d'un chimiste qui créa de toutes pièces le monstre qui bouleversa son existence

 

Mary Shelley (1797-1851)

 

Mary Shelley était fille d'un éminent philosophe aux idées politique avancées, William Godwin (1756-1836), un des premiers tenants, en Angleterre, de l'idéologie anarchiste.

Sa mère était l'écrivain féministe Mary Wollstonecraft dont le parcours pour le moins non conformiste l'amena vivre à Paris les heures les plus brulantes de la Révolution. Après la chute de Robespierre , il lui fallut, cependant, mettre fin à son expérience et aller se réfugier au Havre.

De là, elle parvint à regagner l'Angleterre et, à Somer's Town près de Londres, accoucha le 30 août 1797 de Mary Shelley. Quelques jours après l'accouchement, la mère mourut, comme tant d'autres à cette époque, de fièvre puerpérale. Mary et sa sœur furent alors recueillies par William Godwin qui veilla de près, tous les témoignages l'attestent, à l'éducation des enfants.

A l'âge de 16 ans, Mary rencontre Shelley[2] poète de génie célèbre pour ses excentricités. Ils se marieront en 1816, après le suicide de la première épouse de Shelley.

Le couple partit ensuite  voyager à travers toute l'Europe pour s'installer en mai 1816, à Cologny, près de Genève, sur les bords du lac Léman, dans la villa Chapuis.

Ils étaient accompagnés de Clara Jane Clairmont une jeune fille de 18 ans, dont William Goldwin avait épousé la mère en secondes noces. Clara était enceinte d'un poète déjà célèbre, Lord Byron[3] qui ne tarda pas à venir rejoindre les Shelley.

Lord Byron arrive le 25 mai, accompagné d'un jeune médecin, John William Polidori et s'installe, du 10 juin au 1er novembre, dans une superbe maison toute proche, la Villa Belle Rive[4]. On a peine à imaginer tout cela dans le cadre puritain de l'Angleterre prévictorienne…

Au début de leur séjour, le groupe passait de longs moments à voguer sur le lac mais l'été de 1816 devint tout à coup un été sans soleil[5] et faute de distractions, les deux couples décidèrent d'organiser un concours d'"histoires d'horreur".

Shelley écrivit "Fragment d'une histoire de fantôme", Byron, une nouvelle dont le héros Augustus Darvell, porte un nom que John Polidori reprendra plus tard dans un livre devenu célèbre, "le Vampyre". Mary, quant à elle, opta, après mûre réflexion, pour l'histoire d'un homme de sciences qui parvient, pour son malheur, à recréer la vie mais sous forme d'un monstre.

 

Le Dr Frankenstein

 

A vrai dire, le héros du roman de Mary Shelley n'est pas le monstre mais son créateur, un chimiste, nommé Victor Frankenstein, qui au cours d'une expérience de laboratoire, parvient à recréer la vie en donnant naissance à une créature monstrueuse.

Pourquoi ce nom de Frankenstein ? Tout simplement parce que les Shelley au cours d'un voyage sur le Rhin en 1814, avaient aperçu, près de Gernsheim, un château appelé Frankenstein où, selon la légende locale, un alchimiste avait autrefois conduit de mystérieuses expériences .

Comment fut édité le livre ? Après deux refus éditoriaux, le roman fut accepté en mai 1818 par une petite maison d'édition de Londres : Lackington, Allen and Co[6] qui le publia sous le titre de "Frankenstein ou le Prométhée moderne". Aucune mention n'est faite de l'auteur mais la préfacé est signée par l'époux de Mary, le poète Shelley et le livre est dédicacé à William Godwin, le philosophe, père de Mary

Quel fut l'accueil du public ? Le tirage initial n'était que de 500 exemplaires mais le succès arriva bientôt. Quatre ans plus tard, le livre est porté sur la scène d'un théâtre londonien [7] sous le titre du "Destin de Frankenstein ou la Présomption'" et, en 1831, pour répondre aux demandes croissantes du public le grand éditeur, Henry Colburn, Richard Bentley and Co, va mettre sur le marché une version populaire fortement révisée et réunie en un seul volume.

 

L'histoire de Frankenstein telle qu'elle est racontée par Mary Shelley

 

Le livre se présente, ainsi que le voulait alors la mode, comme un roman épistolaire sous forme de lettres échangées entre un capitaine Robert Walton et sa sœur, Margaret Walton Saville.

Walton part en exploration au Pôle Nord et, parvenu au milieu des glaces, aperçoit un traîneau à chiens conduit par un personnage gigantesque. Quelques heures plus tard, est hissé à bord un homme à moitié mort de froid et d'inanition: c'est Victor Frankenstein, qui lorsqu'il est en état de raconter son histoire, explique comment  il avait crée en laboratoire, après de longues recherches, une créature artificielle haute de près de trois mètres rendue hideuse par la couleur jaune de ses yeux et la minceur de sa peau recouvrant à peine les muscles et les vaisseaux sanguins.

Livré à lui-même, le monstre commet d'innombrables crimes et fait le malheur de Victor qui finit par prendre la fuite tandis que disparait sa sinistre créature. Désormais ce sera une poursuite sans fin entre le créateur et sa créature.

Peu de temps après avoir terminé son récit, le Dr Frankenstein meurt d'épuisement. Le navire est menacé d'être pris par la glace et l'équipage demande instamment à reprendre la route du Sud. Le monstre réapparait une dernière fois : juché sur un iceberg, il semble narguer les humains  mais, bientôt, va disparaitre à tout jamais de leur monde.

Le plus intéressant de l'histoire de Frankenstein est le "halo" romantique partout présent : Mary Shelley avait créé un nouveau genre littéraire qui va perdurer par delà des siècles..

 

Les sources du livre

 

Il faut, en premier lieu, citer la référence au Titan dépeint par Ovide[8] : Prométhée avait voulu se substituer au savoir divin en recréant une forme de vie humaine avec des restes de boue. Le châtiment de Zeus ne tarda pas : Prométhée fut enchainé sur un rocher du mont Caucase, renaissant chaque jour pour être livré à un aigle qui dévorait son foie[9].

Une autre référence est la vogue, en Angleterre du XIXème siècle, des histoires "gothiques" saupoudrant de sentimentalisme les récits les plus macabres, ainsi, " Fantasmagoriana"[10] traduit en 1812 par le géographe français Jean-Baptiste Benoît Eyriès[11] d’après un livre allemand. [12]

Il faut surtout voir dans le livre de Mary Shelley la marque des avancées scientifiques de l'époque dans le domaine de la biochimie et des recherches sur l'être vivant menées par Lavoisier, Dalton et Berzelius.

On peut également évoquer ici les travaux de Giovanni Aldini[13] sur la stimulation galvanique : Mary Shelley le dit clairement dans sa préface à l'édition de 1831 de son "Frankenstein" : "Un corps pourrait sans doute retrouver la vie grâce au Galvanisme. La vie pourrait peut être se créer chez une créature artificielle"[14]

 

Un "quiproquo" mal dissipé : Frankenstein n'est pas le nom du monstre mais de son createur…

 

Dans l'œuvre de Mary Shelley, le "monstre" n'a pas de nom : l'auteur le désigne, à chacune de ses apparitions par des termes tels que "créature", "démon", "diable", "démon" ou simplement, "le misérable". Ainsi, au chapitre 10, lorsque Victor interpelle la "créature", il l'appelle "vil insecte" , "misérable monstre" et même "diable abhorré" ("wretched devil").

Jamais au grand jamais, le monstre, créature totalement sortie des mains du Dr. Frankenstein, ne porte le nom de son créateur et pourtant, le public s'obstine à donner au "monstre" le nom de Frankenstein.

Ne cherchons pas plus loin : le grand coupable c'est le cinéma

 

le Frankenstein des films d'Holywood

 

Le personnage de Frankenstein a toujours inspiré les cinéastes : pas moins de 57 films lui ont été consacrés depuis les temps du cinéma "muet".[15]

L'acteur anglais William Henry Pratt, plus connu sous le nom de Boris Karloff (1887 –1969)a été le plus célèbre des Frankenstein. Il a tourné au moins trois versions différentes : "Frankenstein" (James Whale, 1931),  "Bride of Frankenstein" (James Whale, 1935) et "Son of Frankenstein" (Rowland V. Lee, 1939.

Un autre spécialiste du rôle, lui aussi Britannique, était Sir Christopher Frank Carandini Lee, dit Christopher Lee qui tint le rôle en 1957 dans le film de Terence Fisher, "Frankenstein s'est échappé" ("The Curse of the Frankenstein")

On ne saurait assez souligner les différences entre le "Frankenstein" du cinéma et le "monstre" de Mary Shelley . Ainsi, dans les films "made in Holywood" :

Le monstre est amené à la vie par la foudre bien que ceci ne soit jamais précisé dans le roman. Notons cependant que le Dr. Frankenstein avait observé  la foudre frappant un arbre et donne vie au "monstre" en communiquant "une étincelle à la chose inanimée"

Il est constitué de morceaux de cadavres déterrés au cimetière, cousus ensemble par des gros points de suture alors que dans le livre de Mary Shelley, " pour donner la vie à de l'argile inerte", l'homme de science a pris des "os dans les charniers", "dans l'humidité infecte des tombeaux" et "torturé des animaux encore en vie"[16].

Il a des électrodes sur le cou, ce qui n'est jamais mentionné dans le livre de Mary Shelley pourtant fascinée, nous l'avons vu, par le galvanisme.

Il possède une intelligence "limitée" et un vocabulaire très grossier alors que le "monstre" de Mary Shelley s'exprime de façon tout à fait intelligible parlant un bon anglais et même quelque peu le Français [17]

La littérature n'est pas en reste vis-à-vis du cinéma : en témoigne un roman récent de Peter Ackroyd[18]. D'ailleurs une conférence est prévue sur ce sujet à l'hôpital de St Louis au Mississipi,  intitulée Medical Ethics and Frankenstein’s Monster)[19]I

l faut bien admettre que le tragique de la condition humaine est encore et toujours à explorer sous toutes les formes artistiques possibles...[20]

 

Que reste t-il de Frankenstein ?

 

Comme le laissait deviner le titre original "Frankenstein ou le Prométhée moderne", le "leitmotiv" du livre est le drame de la condition humaine tragique, trop tragique, et la révolte qui s'ensuit.

En filigrane, un thème revient sans cesse, celui du créateur et de son double : le savant a créé une "créature" à son image, qui reflète les sentiments qui l'animent : désespoir, tristesse et solitude. Finalement, ce qui reste du héros tragique de Mary Shelley et de son effroyable créature est la question : " Qui est le véritable monstre? Le créateur, ou sa créature ?"

Nous sommes ici bien loin du personnage de "science-fiction" où le grand public a trop souvent enfermé le Dr Frankenstein et sa créature…

Fruit d'un concours d'inspiration entre écrivains de génie, le mythe de Frankenstein, indissociable double de la créature et de son créateur, mais aussi exploration tragique de la condition humaine, a sans aucun doute, encore de "beaux" jours devant lui.

 

 

 

 

Disparitions

 

Raymond Gatelmand (1920-2013)

Raymond GatelmandRaymond Gatelmand eut, dans sa longue vie, une activité considérable, aussi bien dans le domaine de la chirurgie que du syndicalisme médical. Une logue notice biographque lui est consacrée par Fr. Estour sur http://www.coelio-surgery.com/com/cfc/article_c.cfc?method=getPrivateFile&hashedId=05B75CC64FA98271A6F55BF355457EEA5A2AC6EF5A340774C8CC55E7CE2F574D1B0AEF783ABB46975ED6B930C479762A2E89C487438A696722E4079C84B81490

 

 

Claude Renner (1935-2015)

Un Hommage du Dr Guy Gaboriau est sur le site  http://clystere.pagesperso-orange.fr/numero-pdf-download/clystere_n42_sept_2015VA.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adressez vos cotisations à la Société internationale d'Histoire de la médecine

(50 €, réduite à 25 € pour les moins de 30 ans et plus de 70 ans)

à l'ordre de la Société internationale d'Histoire de la médecine

à envoyer au Dr. A. Fabre, 40 av. Paul Doumer 94100 St Maur, qui transmettra

E-mail : a.fabre.fl@gmail.com

 

[1] Ces informations sont données sans responsabilité personnelle sur leur contenu,  ni sur le lieu ou la date des réunions

[2] Percy Bishe Shelley (1792-1822), était fils d'un aristocrate membre du Parlement, le "baronet" Timothy  Bishe. "Il est considéré à notre époque comme  un des plus grands poètes romantiques du XIXème siècle 

[3] George Gordon Byron,  6e baron Byron, devenu célèbre sous le nom de Lord Byron (1788-1824), est un des plus illustres  poètes de la langue anglaise. Il avait été admis à la Chambre des Lords à l'âge de 21 ans.

[4] La demeure, sise au n°9 du chemin de Ruth, tout près du Golf Club de Genève, existe toujours. Le peintre Balthus y trouva logis en 1945. Byron l'avait baptisé "Villa Diodati" en mémoire du traducteur italien Giovanni Diodati, oncle de Charles Diodati, ami intime de John Milton

[5] Une éruption volcanique géante en Indonésie assombrit le ciel de toute l'Europe pendant plusieurs années

[6] Les éditions Lackington, Allen and Co étaient spécialisées dans le "surnaturel" : ainsi, furent publiés, de Francis Barrett, "The Magus; or Celestial Intelligences; a complete System of Occult Philosophy, being a Summary of all the best Writers on the subjects of Magic, Alchymy, Magnetism, the Cabala &c" (1801)

[7] La pièce est l'œuvre de l'auteur à succès  Richard Brinsley Peake (1792-1847) Pendant près de quarante ans, Peake écrivit des comédies burlesques, des farces, des mélodrames et des romances musicales "operadiques". Un critique de l'époque juge sa pièce, The Meltonians comme "une extravagance et un drame parfaitement illégitime"….

[8] Ovide, Métamorphoses (I-5-86)

[9] On notera que le mari de l'auteur, Shelley, avait écrit un long poème sur Prométhée : 

[10] Fantasmagoriana, ou Recueil d'histoires d'apparitions de spectres, revenants, fantômes, etc.. Le livre fut publié en 1813  par Sarah Elizabeth Utterson aux Éditions White, Cochrane and Co (Fleet-St., London)

[11] Jean-Baptiste Benoît Eyriès (1767–1846), géographe, auteur littéeraire et traducteur

[12] Cf l'article de Ruth Richardson " Death, Dissection and the Destitute " (Ed University of Chicago Press Books, 2001)

[13] Voir l'article de Mark Pilkington intitulé "Sparks of life" dans l'édition du 7 octobre 2004 du Guardian.

[14]  " Perhaps a corpse would be re-animated; galvanism had given token of such things: perhaps the component parts of a creature might be manufactured, brought together, and endued with vital warmth " (Préface à l'édition 1831 de "Frankenstein or the modern Prometheus".) Voir http://www.gutenberg.org/cache/epub/42324/pg42324.txt)

[15] On trouvera la liste complète de ces versions cinématographiques du héros de Mary Shelley 1910-1994 sur le site internet

       " knarf.english.upenn.edu/Pop/filmlist.html"

[16] "Frankenstein or the modern Prometheus", chapitre IV

[17] Id., chapitre XV

[18] Peter Ackroyd, The Casebook of Victor Frankenstein (Ed. Anchor books, 2010)

[19] Ire Kodner, he Bernard Becker Medical Library in collaboration with the Center for History Of Medicine http://neuroscienceresearch.wustl.edu/userfiles/file/2015/poster%20-%20Kodner.pdf

[20] Voir, à ce sujet, le "Dictionnaire des mythes du fantastique" de Pierre Brunel et Juliette Vion-Dury (Ed. Pulim, Limoges, 2003)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 08/02/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site