Lettre de février 2016

A.J. FABRE                                                   FEVRIER 2016

LE T T R E   D ' I N F O R M AT I O N S

H I S T O I R E  DE  LA  M E D E C I N E

n°41                FÉVRIER                        2 0 1 6      [1]

Sites internet  d'Histoire de la médecine

Afficher l'image d'origineSite de la BIU Santé http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/actes-journees-vesale-2014

Les actes des journées d’étude consacrées à la Fabrique de Vésale en 2014 viennent d’être mis en ligne sur le site de la BIU Santé : ces textes sont disponibles gratuitement, sous la forme d’un fichier PDF (326 pages, 22 Mo). Chaque intervention est également téléchargeable de manière indépendante à partir de cette page.

Au cours de l’année 2014, plusieurs manifestations et publications ont célébré le cinquième centenaire de la naissance d’André Vésale à Bruxelles le 31 décembre1514 et ont redynamisé les travaux concernant la vie et l’œuvre du père de l’anatomie moderne. La Bibliothèque interuniversitaire de santé, la Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine et la Société française d’histoire de la médecinese sont associées à ces commémorations en organisant à Paris, les 21 et 22 novembre 2014deux journées d’étude internationales et interdisciplinaires consacrées à La Fabrique de Vésale. La mémoire d’un livre. Les études ici réunies témoignent de la richesse et de la diversité des échanges et des réflexions qui eurent lieu à cette occasion et ouvrent des perspectives nouvelles pour la recherche. »

Ont contribué à ce volume : Évelyne Berriot-Salvadore, Annie Bitbol-Hespériès, Véronique Boudon-Millot, Stéphanie Charreaux, Jacques Chevallier, Valérie Deshoulières, Johann Gillium, Danièle Gourevitch, Vivian  Nutton, Maria Portmann, Alain Ségal, Jérôme van Wijland, Stéphane Velut, Jean-François Vincent, Jacqueline Vons.

Clystere Février 2016 n° 47 – Février 2016  http://www.clystere.com

Editorial : copyright ! (Jean-Pierre Martin) : Les banques d’images d’histoire de la médecine en utilisation libre sur Internet (Jean-Pierre Martin)

Histoire des instruments :

Histoire des instruments de chirurgie (Moncef Sfar Gandoura)

Reconstruction d’une pièce d’inhalateur Colombus (Jean-Claude Leleux)

Histoire de la santé :

Médecine navale à Pearl Harbor (Xavier Riaud)

"L’itinéraire des voies digestives"  Cahier publicitaire des Laboratoires Beytout et Foulon illustré par Dubout (Bernard Petitdant)

Nouveautés en librairie

Courrier des lecteurs

Institut d'histoire de la médecine de Lausanne_ Lettre d'informations n°44

http://files.chuv.ch/internet-docs/ihm/iuhmsp_li_44_web.pdf

A la bibliothèque de l'Institut d'histoire de la médecine, une page - informatique – se tourne en ce début d'année 2016.

Le Canton de Vaud finance la mise en oeuvre d’un futur Réseau vaudois des bibliothèques, représenté par la BCU Lausanne, et d’un Système Intégré de Gestion de Bibliothèque de nouvelle génération, utilisé désormais par d’importantes bibliothèques internationales.

Alma, le logiciel choisi, reflète l'avenir par sa structure en Cloud : le stockage de nos données dépasse les frontières : elles seront physiquement regroupées à Amsterdam, avec celles d'autres bibliothèques européennes.

Or, si ce Cloud apporte un allègement du point de vue du stockage, il n'en reste pas moins que ce choix représente un énorme défi par le changement de logiciel et la restructuration complète d'un réseau composé d’une centaine de bibliothèques vaudoises.

A l'échelle de notre bibliothèque, le défi à relever est également considérable, nous y travaillons activement dans les différents groupes de projet. Ce travail ira crescendo ces prochains mois pour s’achever à la fin de 2016.

Publication Internet du "Libellus de Dentibus" de Bartolomeo Eustache (1563)

Afficher l'image d'originewww.biusante.parisdescartes.fr/sfhad/vol13/2008_13.pdf

 Après La Fabrique de Vésale et autres textes et la Correspondance française de Guy Patin, un nouveau projet s’ajoute à la rubrique des éditions critiques de la BIU Santé :

Bartolomeo Eustache (v. 1510–1574), anatomiste italien, a marqué l’âge d’or de l’anatomie au XVIe siècle, comme Vésale, Fallope, Colombo, ou Fabrizio d’Aquapendente. Publié en 1563, ce"petit livre sur les dents ", premier ouvrage d’anatomie entièrement consacré à ce sujet, se concentre sur l’étude de la dentition humaine sous tous ses aspects (embryologie, anatomie, pathologie, etc.). La précision de ses observations, parfois inédites, et la finesse de ses déductions font du Libellus de dentibus un ouvrage majeur dans l’histoire de l’odontologie. 

C’est la première fois que ce texte fondamental de l’odontologie est publié et traduit en français, grâce au travail de Micheline Ruel-Kellermann et de Marie-Rolande Leyrat-Cornuejols.

ACFAS (Association francophone pour le savoir)

Afficher l'image d'originehttp://www.acfas.ca/

L’Association francophone pour le savoir-Acfas est un organisme à but non lucratif contribuant à l’avancement des sciences au Québec et dans la Francophonie canadienne. Fondée en 1923, sous le nom d’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences (Acfas), l’association est renommée en 2001 afin de mieux refléter ses activités et son dynamisme. Elle devient alors l'Association francophone pour le savoir, et l’acronyme Acfas est conservé.

L’ACFAS regroupe des membres individuels et tisse des partenariats institutionnels, tous motivés par le développement de la recherche, quel que soit le domaine. Elle collabore ainsi avec des dizaines d’organismes des milieux universitaire, collégial, public, parapublic, industriel et de la communication scientifique.

Elle s’associe également à des partenaires médias pour mettre en valeur la recherche dans l’espace public et contribuer à l’élaboration d’une véritable société du savoir.

Livres  d'Histoire de la médecine

Aux enfants victorieux de la tuberculose. Histoire du sanatorium marin des Grandes-Dalles (1920-1950) par Stéphane Henry, Gisèle Poulain (2015)

"Née à Lillebonne le 18 novembre 1931, Gisèle est une ravissante petite fille atteinte d’un Mal de Pott (tuberculose osseuse) qui l’oblige à suivre une cure au sanatorium marin des Grandes-Dalles pendant plus de cinq années, entre 1936 et 1941. Cet établissement, situé sur la commune de Saint-Pierre-en-Port près de Fécamp et niché entre deux hautes falaises de calcaire, a été fondé en 1924 par Eugène Le Grand, célèbre industriel et philanthrope normand.

Cet ouvrage conte les années d’existence de cet établissement, de l’idée même du sanatorium à l’époque d’une lutte antituberculeuse engagée à la destruction de l’édifice par les Allemands en 1944. D’un aspect médical, austère et hygiéniste dans les écrits, le sanatorium marin des Grandes-Dalles se révèle également être un formidable lieu d’éducation, de convivialité, de partage et de soif de connaissances pour ces enfants qui ont arpenté ses couloirs, flâné sur ses terrasses gorgées de soleil, couru dans son parc ombragé ou déambulé sur sa plage de galets.

À travers les témoignages des "victorieux de la tuberculose"et de méticuleuses recherches archivistiques et iconographiques, suivons les trajectoires de Gisèle, Pierre, Roger, Renée, Evelyne et bien d’autres pour notre plus grand plaisir. "

La peste en Suède (Environment, Society and the Black Death: An interdisciplinary approach to the late-medieval crisis in Sweden par Per Lagerås (Ed. Oxbow Books, 2015)

Dans le milieu du XIVe siècle, la peste noire ravage l'Europe, conduisant à la chute dramatique de la population et de bouleversements sociaux. Les conséquences à court et à long terme pour la société, ont fait l'objet d'un débat continu.

La plupart des recherches à ce jour a été basée sur ldes sources écrites, et la perspective dominante a été celle de l'histoire économique. Une approche différente est présentée ici en utilisant l'archéologie et les sciences naturelles avec une attention particulière pour les changements environnementaux et sociaux dans le sillage de la peste noire. Le patrimoine archéologique montre que la crise n'a pas seulement caractérisée par l'abandon et le déclin, mais aussi la façon dont les familles et les ménages survécu en développant rapidement de nouvelles stratégies en ces temps incertains.

Ainsi, est bien mise en évidence la relation étroite entre société et environnement d'où l'importance historique des épidémies passées.

Hôpitaux et urbanisme à Rome, pour la période 1200-1500 (Hospitals and Urbanism in Rome, 1200-1500) par Carla Keyvanian (Ed. Brill, 2015)

L'auteur présente une nouvelle interprétation de l'aménagement urbain de Rome pendant la fin du Moyen Âge  et particulièrement de la construction de nombreux hôpitaux. Il faut voir ces institutions monumentales comme l'affirmation d'une souveraineté.

A Rome, les hôpitaux étaient  l'image de marque d'une élite sociale. La suite a montré la forte influence des institutions médiévales sur la Rome moderne.

Le Vieillissement réussi. Essai sur le temps, autour de Montaigne, des écrivains, des artistes et des médecinsLe Vieillissement réussi. Essai sur le temps, autour de Montaigne, des écrivains, des artistes et des médecins par Jacques Battin (Ed. Fiacre, 2016)

L’hominisation, par l’amplification du cerveau qui l’a accompagnée, nous a fait accéder au temps et à sa durée, donc à la finitude et à la transcendance. L’art, depuis Lascaux, a pour fonction de l’arrêter dans une vaine quête de l’immortalité.

A la Renaissance en Italie avec trois tableaux de Giorgione et en Allemagne avec Baldung Grien et Dürer les "âges de la vie" deviennent un des grands thèmes de l’histoire de l’art. Au XVIIème français les frères Le Nain ont fait des séries de scènes de genre en représentant des familles de paysans.

En se regardant dans un miroir le peintre dispose du modèle le plus apte à lui faire mesurer la marche inexorable du temps. Dans ce genre, Rembrandt et Picasso ont atteint des records absolus, chacune de leurs œuvres invitant à la réflexion esthétique et /ou philosophique.

Un Médecin de marine au Sénégal   par Jean Goasgen  (Ed. de l'Harmattan, 2013)

Louis Carrade, né en 1859, diplômé de l'Ecole de médecine navale de Toulouse, est affecté au Sénégal en 1882.

De là-bas, il écrira à ses parents de nombreuses lettres dont 78 sont présentées ici. Il y raconte sa vie quotidienne, ses aventures, ses démêlés avec les autorités administratives locales et les Maures.

Ce témoignage est celui d'un Européen de son époque dont le rêve colonial associe aventure, patriotisme, idéal missionnaire et supériorité sur les Noirs

Afficher l'image d'origineAvoir et savoir : L’appropriation des plantes médicinales américaines par les Européens (1570-1750) par Samir Boumediene

Le but de cette thèse est d’étudier comment, suite à la conquête de l’Amérique, les Européens se sont approprié des plantes médicinales d’origine mexicaine, caribéenne, andine, ou amazonienne.

L’usage fréquent que les praticiens européens du XVIIIe siècle font de substances telles que le quinquina, l'ipécacuanha, le bois de gaïac ou encore le chocolat, révèle l’ampleur du phénomène, mais en masque la complexité.

 L’emploi d’un remède originaire d’Amérique en Europe implique en effet de nombreux processus.

 Le prélèvement et la mise en culture des végétaux, la transmission des savoirs indigènes et leur traduction par les allogènes, la commercialisation des drogues à travers l'Atlantique, les expériences réalisées sur les remèdes et les expéditions organisées en Amérique entre le XVIe et le XVIIIe siècle sont ainsi au cœur de cette recherche.

 Plus qu’un "apport "de l’Amérique à l’Europe, ce phénomène d’appropriation doit être appréhendé comme une modalité du fait colonial.

 Objet naturel, et en même temps savoir naturaliste et médical, la plante médicinale devient à la suite de la conquête de l’Amérique un enjeu politique.

 Elle suscite, en 1570, l’une des premières expéditions scientifiques de l’histoire, et inspire à la monarchie espagnole divers projets de monopole au milieu du XVIIIe siècle.

 De l’autre côté de l’Atlantique, elle est au cœur des conflits opposant l’« Indien"à l’Espagnol, lorsque le second interdit au premier d’utiliser des plantes abortives ou hallucinogènes, et lorsque le premier refuse de transmettre ses savoirs pharmacologiques au second

Le Docteur Albert Calmette (1863-1933), Pasteurien et co-inventeur du BCG par Henri, Lamendin  (Ed. L'Harmattan,  Collection Médecine à travers les siècles, Paris, 2015)

Henri Lamendin nous raconte l'histoire du docteur Albert Calmette, célèbre pasteurien, fondateur des Instituts Pasteur de Lille, de Saigon à Alger.

Il fut le co-inventeur du BCG dont les recherches se sont échelonnées de 1900 à 1921.

Albert Calmette voua sa vie entière à la recherche pour le bien-être de l'Humanité et dont les publications brièvement retranscrites ici sont légion.

Potions magiques de médecins oubliés par Jacques Labescat
Passionné de phytothérapie, l'auteur donne toutes les recettes pour soulager les troubles et les autres petits maux du quotidien par les plantes  : une véritable "pharmacie verte"

 

Alexis Carrel, Pionnier de la transplantattion  (The First Transplant Surgeon: The Flawed Genius of Nobel Prize Winner, Alexis Carrel) par David Hamilton (Ed. World Scientific Publishing Co Pte Ltd, 2016)

 David Hamilton, chirurgien retraité et chargé d'Histoire de la médecine à l"Université St Andrews  présente  ici une  version très personnelle  de la façon dont Alexis Carrel (1873 1944) a créé, dans les années 1900, une nouvelle discipline : la transplantation d'organes humains (et donné aux États-Unis en 1912 leur premier Prix Nobel…).  Ses autres contributions ont été les premières interventions cardiaques et les premiers essais de culture cellulaire et la mise au point  en collaboration avec Charles Lindbergh de la première  pompe à perfusion d'organe. Les réserves de l'auteur visent l'affaire dite des "cellules cardiaques immortelles", mais surtout l'eugénisme exposé dans  "L'homme cet inconnu".  On rapprochera de ces prises de position le retrait du nom d'Alexis Carrel des plaques de rues de Paris et  du fronton de la Faculté de médecine de Lyon.

Le teint de Phryné Thérapeutique et cosmétique dans l'Antiquité

Dans l’Antiquité gréco-romaine, Phrynè est si célèbre pour sa beauté qu’elle inspire les plus grands artistes - sculpteurs, peintres, poètes ou orateurs.

Pourtant, cette riche courtisane devrait son surnom de"Crapaud"à son teint jaunâtre.

Le médecin et le 7e art. Essai sur la représentation du médecin au cinéma par Robert Askenasi (Ed. L'Harmattan, 2016)

Près de 180 films sortis entre 1919 et 2014 ont pour héros (ou personnage important) un docteur en médecine. C'est souvent un psychiatre ou un chirurgien qui se débat dans une histoire d'amour, se comporte comme un aventurier, un criminel ou encore un chercheur pervers. La vision inématographique du médecin peut paraître fantaisiste à première vue mais rencontre, souvent inconsciemment, des problèmes réels inhérents à cette profession.

Aux enfants victorieux de la tuberculose. Histoire du sanatorium marin des Grandes-Dalles (1920-1950) par Stéphane Henry, Gisèle Poulain (2015)

Afficher l'image d'origine Le sanatorium marin des Grandes-Dalles situé sur la commune de Saint-Pierre-en-Port près de Fécamp et niché entre deux hautes falaises de calcaire, a été fondé en 1924 par Eugène Le Grand, célèbre industriel et philanthrope normand.

Cet ouvrage raconte l'histoire  du sanatorium à l’époque d’une lutte antituberculeuse engagée à la destruction de l’édifice par les Allemands en 1944.

D’un aspect médical, austère et hygiéniste dans les écrits, le sanatorium marin des Grandes-Dalles se révèle également être un formidable lieu d’éducation, de convivialité, de partage et de soif de connaissances pour ces enfants qui ont arpenté ses couloirs, flâné sur ses terrasses gorgées de soleil, couru dans son parc ombragé ou déambulé sur sa plage de galets.

Prix d'Histoire de la Médecine

Prix de thèse 2014 du CNGE (Collège national des Généralistes enseignants)  : Roxana Stavila Aramandel :"Le patient, le médecin et la confiance - traduction et adaptation culturelle française de l'échelle de confiance de Wake Forest".

Prix de thèse 2014 de l'AMADES (Association d'anthropologie médicale appliquée au développement et à la santé) : Samir Boumediene,Avoir et savoir : L’appropriation des plantes médicinales américaines par les Européens (1570-1750)” et Vincent Duclos, "Le soin du monde : Incursions anthropologiques dans le Pan-African e-Network Project"

Prix 2015  d’Histoire de la médecine de la Société d’histoire de la médecine et de l’Académie nationale de médecine : Jacques Poirier  pour son ouvrage intitulé :« le docteur Félix Féréol (1825-1891), avocat, médecin, artiste ».

Prix Harmattan 2015 d'Histoire de la médecine des armées:  Jean Goasgen pour son livre  "Un Médecin de marine au Sénégal"

Prix de Thèse Machaon 2015 (URPS Médecins Île-de-France ): Edouard Piette pour son livre "Impact d’une intervention de télé dermatologie sur le délai pour débuter les soins : un essai contrôlé randomisé en grappe, en ambulatoire".

Prix du roman algérianiste : Marie Lou Lamarque pour son roman "Civilités barbares. Femmes d'orient et et d'occident. Algérie 1830-1962" Expositions sur l'Histoire de la mdecine

Sang sens : observations médicales, interprétations fluides (Bibliothèque Mc Gill, Montréal)

 Cette exposition porte sur l’observation, la signification et les représentations du sang de la fin du XVau milieu du XXe siècle. Évoquant des thèmes de vie, d'identité, de communauté et de parenté, mais aussi de sexe, de génétique, de violence et de mort, le sang constitue depuis des siècles un symbole puissant.

Sang sens interroge les croisements multiples entre ces diverses notions et leur relation avec le nouveau savoir médical. Les textes et les images appportés  ici viennent  des collections de la bibliothèque Osler d'histoire de la médecine, des bibliothèques Redpath et Schulich, du Musée médical Maude Abbot, et du Musée des Hospitalières de l'Hôtel-Dieu de Montréal.

Cinq cas thématiques mettent en évidence les différences dans l'observation des éléments sanguins, leurs applications à la pratique médicale et les significations variées du mot "sang"  dans le discours medical.

Au total, est relatée ici  une histoire riche de 400 ans au sein de laquelle a été imaginé et montré le plus vital des fluides corporels.

Annonces de réunions sur l'Histoire de la médecine

Colloque international "Thérapeutique et cosmétique dans l'Antiquité"

Paris Jeudi 14 et vendredi 15 janvier 2016

Maison de la Recherche (salle D 035), 28, rue Serpente, 75 006 Paris

http://www.acfas.ca/evenements/congres/congres-2016

Jeudi 14 janvier 2016

13h.00-13h.30 Accueil des participants

13h.30-13h.45 Introduction : Véronique Boudon-Millot (Université Paris-Sorbonne - Orient et Méditerranée [UMR 8167]) et Muriel Labonnelie (Université de Bourgogne - LAMS [UMR 8082])

13h.45-15h.15"La déesse crapaud"Christophe Bouquerel (romancier)

15h.15-15h.45"La carnation naturelle et "jaunâtre" de Phryné. Du bon teint en Grèce ancienne"par Florence Gherchanoc (Université Paris VII-Diderot - ANHIMA [UMR 8210])

15h.45-16h.15"Souffrir pour être belle (ou beau) : cosmétique et commôtique dans l’Antiquité"par Véronique Boudon-Millot (Université Paris-Sorbonne - Orient et Méditerranée [UMR 8167])

16h.15-16h.30 Pause café

16h.30-17h.00"Thérapeutique et cosmétique dans les traités de pharmacologie de Galien de Pergame"Alessia Guardasole (Université Paris-Sorbonne - Orient et Méditerranée [UMR 8167])

17h.00-17h.30"L’utilisation thérapeutique et cosmétique des produits animaux d’origine égyptienne dans l’antiquité gréco-romaine" Antonio Ricciardetto (Université de Liège - CEDOPAL)

Vendredi 15 janvier 2016

09h.00-09h.30"Thérapeutique et cosmétique en Étrurie"Nicolas Garnier (Laboratoire Nicolas Garnier) Dominique Frère (Université de Bretagne-Sud CERHIO [UMR 6258]) Élisabeth Dodinet (Université de Toulouse II - TRACES [UMR 5608])

09h.30-10h.00"Thérapeutique et cosmétique dans les tombes souterraines de Marquion/Sauchy-Lestrée (fouilles du canal Seine-Nord Europe)"Claire Barbet (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives)

10h.00-10h.30 Pause café

10h.30-11h.00"Le soin des yeux à l’époque romaine : analyse chimique de collyres antiques"par Marlène Aubin (UMPC - LAMS [UMR 8082] - MONARIS [UMR 8233])

11h.00-11h.30"De la thérapeutique à la cosmétique : le verbe στιμμίζειν dans les écrits médicaux grecs"Marie-Hélène Marganne (Université de Liège - CEDOPAL)

11h.30-12h.00"Calliblephara : les vertus thérapeutiques des fards à paupières gréco-romains"par Muriel Labonnelie (Université de Bourgogne - LAMS [UMR 8082])

12h.00-14h.00 Pause déjeuner

14h.00-14h.30"La peau d’une vieille peau, une histoire gynécologique de la peau féminine"par Danielle Gourevitch (École Pratique des Hautes Études)

14h30-15h.00"Effacer tatouages et marques d’infamie. Quelques recettes"Philippe Mudry (Université de Lausanne)

15h.00-15h.30"La belle peau chez les élégiaques romains"Marie-Claire Rolland (Université Rennes II - Histoire et Critique des Arts [EA 1279])

15h.30-16h.00 Pause café

16h.00-16h.30 Conclusion Philippe Walter (UMPC - LAMS [UMR 8082])

La cinquième séance du séminaire pour l’année 2015-2016 aura lieu le lundi 8 février (17h-19h)

Association des médecins du CHI de Créteil

Paris  le vendredi 29 Janvier 2016 a 19h30

Restaurant El Fares 79 rue Blomet, Paris, XV

Koudir Benchikou : Survol de l’oeuvre d’Etienne Dinet, Peintre orientaliste (1861-1929) grand voyageur en Algérie

Departemen d'Histoire de l'Université Paris 8

Paris lundi 8 février de 17h à 19h, à l’Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, salle d’histoire, escalier D, 2e étage).

Mireille Ausécache (EPHE, Paris): "L’humeur et le lombric : réflexions et argumentation salernitaines sur l’origine des parasites humains "

Cycle de conférences sur l'Histoire de la médecine à Lyon Cycle 2015-2016 (2)

Lyon : Organisé en partenariat avec la Société Nationale de Médecine et des Sciences Médicales de Lyon, au Musée Testut Latarjet d’anatomie et d'histoire naturelle médicale, à 18h, amphi CARRAZ au premier niveau du domaine Rockefeller

Mardi 12 janvier 2016 :"Grandeur et servitude globulaire "

Mardi 19 janvier 2016 :  (Pr j. P. H. Neidhardt)

Mardi 26 janvier 2016 :"Histoire de la gynécologie-obstétrique à Lyon"(Pr P. Cœur)

" Médecine et lutte contre l’insécurité routière"(Dr H. Barral

Mardi 2 février 2016 : "" Claude Bernard étudiant en médecine (1833-1843)"(Dr C. Furia

Mardi 9 février 2016 "" Le professeur Monoyer, ophtalmologiste"(Dr R. Grangier

" Petite histoire d’une profession: la kinésithérapie "

" Vallée des Rois : enquête sur des morts suspects "

" Le fondement de la médecine mexicaine ancestrale : interpénétration des trois

Mardi 16 février 2016 : (M. P. Kolodzienski

Mardi 23 février 2016 :"Histoire de la honte en dermatologie"(Dr J. Chevallier

Mardi 1 mars 2016 (Dr Y. Boucaud-Maitre

Mardi 8 mars 2016 : "Réalités qui composent le cosmos "

Mardi 15 mars 2016"La vie des patients à l’Hôtel-Dieu de Lyon au XIXe siècle" (Dr J. C. Bel

Mardi 22 mars 2016 :"Médecine et sinologie "

Pour tout rernseignemet complémentaire : contacter le Pr. J.P.H. Neidhardt (06 09 21 10 12) Email  jphneidhardt@gmail.com

Jeudi 27 et vendredi 28 octobre 2016 Le troisième combattant : Action humanitaire durant la Guerre d'Espagne et l'exil républicain" (Auditoire de la Foundation Louis Jeantet, Genève)

Contact : : colloque.guerracivil@unige.ch

Colloque du réseau Historiens de la santé "Relations de santé" : exploration des multiples liens qui tissent l’expérience du soin dans la période contemporaine"

Montréal  les 10 et 11 mai 2016 : 

http://histoiresante.blogspot.ca/2016/01/histoire-des-relations-de-sante.html

The 6th International Jerusalem Conference on Health Policy

Jerusalem du 23 au 25 mai 2016

http://www.jerusalemconf2016.com

45ème Congrès de la Société Internationale d'Histoire de la medicine

Buenos Aires, du 5-9 September 2016

Department of Social Studies of Medicine Seminar Series

Montréal Mc Gill University, 3647 Peel Street Don Bates Seminar Room 101,.

Mercredi 20 janvier2016 : Conférence du Pr. Rob Boddice (Berlin Free University) :""Edward Jenner and the politics of smallpox vaccination"

Mercredi 3 février 2016 : conference de Vincent Duclos, Steinberg Global Health Postdoctoral Fellow in the Department of Social Studies of Medicine at McGill University : "Bandwidth for Life: A Study of the Pan-African e-Network Project"

IUHMSP (Institut Universitaire d’Histoire de la Médecine et de la Santé Publique de Lausanne)

Jeudi 4 février 2016 17h-19h

Présentation de travaux de Master en médecine

Aubane Rossier (Ecole de médecine, FBM/UNIL)

Eugen Bleuler, "La suggestibilité négative", 1904

Salomé Tappy (Ecole de médecine, FBM/UNIL) : Un "établissement  pour la guérison et l'éducation des enfants crétins", d'Abendberg, lieu d'une controverse

Lundi 15 février 2016  17h-19h : Claire Bindschaedler (Département des neurosciences cliniques, CHUV) Evolution des pratiques en neuropsychologie clinique

Mercredi 17 février 2016  17h-19h : Hines Mabika & Hubert Steinke (Institut d'histoire de la médecine, Université de Berne) : Médecine et santé publique à l'hôpital Schweitzer de Lambaréné

Mercredi 24 février 2016, 18h-20h :

Sylvie Chaperon (Université de Toulouse) : Historiographie de la sexologie

Taline Garibian (IUHMSP, CHUV et FBM/UNIL et Université de Toulouse) : Les savoirs sur le sexe en Suisse romande au 20e siècle

Jeudi 3 mars 2016 17h-19h : Michaël Saraga (Service de psychiatrie de liaison, CHUV & IUHMSP, CHUV et FBM/UNIL) : Annemarie Mol et l'épistémologie de la clinique médicale

Lundi 7 mars 2016, 17h-19h : Pascal Vianin (Département de psychiatrie, CHUV), La remédiation cognitive destinée aux personnes souffrant de troubles psychiques

Lundi 14 mars 2016, 15h-17h : Léo Coutellec (Université Paris Sud, Espace éthique Ile-de-France), Une éthique pour prendre soin du futur ? Anticipation, responsabilité et espérance

Mercredi 23 mars 201617h-19h Catherine Fussinger (IUHMSP, CHUV et FBM/UNIL)Dépression: le genre des campagnes d'information

Jeudi 24 mars 2016 15h-18h

Allison Morehead (Queen's University, Kingston, Ontario), Edvard Munch, l'"expérience de la             nature" et la préhistoire de l'art brut

Aude Fauvel et et FBM/UNIL) Musées de fous et collections insanes: nouvelles généalogies de l'art  brut au 19e siècle

Matinée littéraire du « Groupement des Écrivains Médecins »

Organisée par le Pr . Battin à Bordeaux

samedi 19 et dimanche 20 mars 2016

Contact : Roland Noël : email ronoel@wanadoo.fr

Site : http://www.ecrivains-medecins.fr

Le troisième combattant  L’action humanitaire durant la Guerre civile espagnole  et l’exil républicain (Colloque organisé à l’occasion du 80ème anniversaire du début de la Guerre civile espagnole)

Genève : 27-28 octobre 2016 à l'Auditoire de la Foundation Louis Jeantet, Université de Genève

Contact  colloque.guerracivil@unige.ch

***********************************************************************************************************************

HENRI MONDOR (1885-1962) GRAND CHIRUGIEN DU XXÈME SIÈCLE ET HERITIER DE LA RENAISSANCE

A.J. Fabre                            Février 2016

Henri Mondor a été une des figures marquantes de la chirurgie du siècle dernier. Homme à la personnalité remarquable il fut non seulement un grand chirurgien mais aussi un grand écrivain admis à l'Académie française en succession de Paul Valéry.

 

 

   Henri Mondor vers 1920

 1920

Biographie

Henri Mondor était né dans le Cantal à Saint Sernin d'une famille où le père était directeur d'école. La mère, Johanna Vidal, léguera à son fils une véritable passion pour la littérature[2]

Il fit ses études au lycée Émile Duclaux à Aurillac, où il était immuablement premier dans toutes les disciplines.

Après son baccalauréat où il avait été reçu avec mention en section ""Sciences"", Henri Mondor s'orienta vers la médecine malgré son goût déjà très affirmé pour la littérature. Cette vocation lui venait de sa mère mais cette femme à la personnalité étonnante avait décidé de faire un médecin de son fils[3].

Plus tard, Henri Mondor rapportera son choix en ces termes : "Rien ne m’orientait énergiquement vers la médecine. Je me souviens toutefois d’un vieux géologue qui, après m’avoir regardé avec des yeux entraînés par l’observation des terrains, des silex, des empreintes végétales, avait dit à ma mère - j’avais six ans ! "Faîtes-en un médecin : il a l’air attentif"… Quand vint l’heure du choix, ma mère s’empara de cette parole…Ma mère prit la direction du débat ; me pressant de préférer à l’enseignement une profession libérale, celle de la médecine. Elle avait décidé de ma profession de médecin, car la bonté, la charité, le dévouement lui étaient vertus naturelles."[4] "

Atteint à 18 ans de la fièvre typhoïde qui passait alors pour affecter la mémoire, Henri Mondor se mit, à peine convalescent à apprendre par cœur le premier acte d'Andromaque…pour obliger la machine à ne pas se rouiller…

A peine guéri, Henri Mondor, en 1903 part à Paris pour y entreprend des études de médecine. A la corporation des étudiants en médecine, rue Hautefeuille, il va rencontrer un autre étudiant, Georges Duhamel et ce sera le début d'une amitié de toute la vie. A la même période, Mondor fréquente assidument les grandes bibliothèques de Paris, et c'est à la Bibliothèque nationale qu'il va rencontrer un autre ami d'élection, Léon Paul Fargue.

En 1906, Henri Mondor est nommé à l'Externat : il entre dans le service de chirurgie du Pr. Poirier puis, en 1909, il devient Interne des Hôpitaux de Paris, arrivant second de sa promotion.

Henri Mondor fera un internat brillant [5]: en 1912, il reçoit la médaille d'or de l'Internat pour son mémoire sur le cancer du rectum . Ce sera le sujet de sa thèse présentée devant un jury présidé par le Pr. Hartmann, grand spécialiste de l'époque des cancers digestifs.

Peu de temps après, la Guerre arrive : Henri Mondor qui s'est engagé comme simple infirmier, finira la guère comme médecin aide-major.

Le chirurgien

Henri Mondor va faire une carrière fulgurante : plus jeune externe de France en 1905, puis le plus jeune des internes en 1908, le plus jeune chirurgien des hôpitaux (1920), le plus jeune agrégé (1923) et le plus jeune professeur de chirurgie de son époque (1941).

Durant plus de vingt ans de pratique, Henri Mondor passait chaque jour plusieurs heures salle d'opération et, le matin, il enseignait l'art de la chirurgie, inséparable, à ses yeux,  d'une compassion réelle pour le malade.

Fortement influencé par son passage dans le service du Pr. Paul Lecène, à l'hôpital Saint Louis, Henri Mondor a gardé, toute sa vie, une admiration profonde pour son maitre, "ce ""phare de lumière limpide"" se plaisait il à dire""

Grâce à la qualité de son enseignement et un sens inné du "geste" chirurgical, Henri Mondor fera une grande une carrière de chirurgien et d'universitaire.

Grand clinicien, Henri Mondor attachait beaucoup d'importance à l’examen clinique et son nom reste attaché à cinq chapitres de la séméiologie chirurgicale :

. Présence d’une ecchymose plantaire signalant l'existence d’une fracture du calcanéum

. Distension intermittente des jugulaires observée dans les plaies du cœur,

. Attraction homolatérale de l’utérus dans la torsion tubaire,

". Signe de la "crépitation profonde"" dans les hématomes périphériques spontanés.

. Phlébite en cordon de la paroi thoracique antérolatérale.

La carrière chirurgicale d'Henri Mondor n'a pris fin qu'avec sa retraite en janvier 1956

Parmi les nombreux ouvrages d'Henri Mondor consacrés à la chirurgie :

"Diagnostics urgents de l'abdomen" : ce livre qui énonce si clairement les règles de l'examen du chirurgien a été constamment réédité depuis 1928, par les Éditions Masson et traduit en plusieurs langues :  russe, néerlandais, et espagnol…(Éd. Masson 1928)

""Ulcères perforés de l'estomac et du duodénum"" (Ed. Masson, 1923) (coll. G. Lauret).

""Cancer du rectum"", écrit  en collaboration avec A. Chalier (Ed. Doin, 1923)

""Arthrites gonococciques"" (Ed. Masson, 1928)

""Les Avortements mortels"" (Ed. Masson, 1930)

""Quelques Vérités premières en chirurgie abdominale"" (Ed. Masson, 1936)

""Radiodiagnostics urgents"", écrit en coll. avec P. Porcher et Cl. Olivier (Ed. Masson, 1942)

L'écrivain

Henri Mondor associa très tôt à sa carrière de chirurgien une grande activité littéraire. Il en avait la vocation depuis l'enfance comme il le raconte lui même : "C’est entre un père austère et docte, une mère gaie, tendre et citadine, elle, de naissance, que m’est venue une passion de poésie et de sédentarité qui devait enrichir les heures et les ans d’un enchantement jamais menacé (Henri Mondor)".

Il publia plus d'une vingtaine de livres : son style est marqué du souci constant des grands cliniciens, de donner aux mots leur valeur exacte ou plutôt, pour reprendre la phrase d' Agathe Rouart-Valery, """de la nette suture entre les idées"""[6],

Les livres  consacrés à ses amis écrivains tiennent une grande place

‎Stephane Mallarmé

C'est un vaste ensemble d'écrits où Henri Mondor témoigne de son admiration pour le poète:

. 1940 : "L'Amitié de Verlaine et Mallarmé" (Ed. Gallimard).

. 1941-1942 : ‎"Mallarmé. Documents iconographiques". Introduction de Henri Mondor. Collection visages d'hommes célèbres. (Ed. P. Cailler, Genève)‎

. 1941 :"Vie de Mallarmé" (Ed. Gallimard, 1941-1942)

. 1944 :"Mallarmé plus intime (Ed. Gallimard)

. 1945 : "Œuvres complètes de Mallarmé, Edition présentée, établie et annotée par Henri Mondor et Gérard Jean-Aubry" (Ed. Gallimard, " Bibliothèque de la Pléiade)

. 1948 : " L'heureuse rencontre (Mallarmé et Valéry) (Ed. La Guilde du Livre, 1948)

. 1948 : "Histoire d'un Faune", (Ed. Letouzey et An).

. 1953 : "L'Affaire du Parnasse. Stéphane Mallarmé et Anatole France" (in Revue belge de philologie et d'histoire Année 1953 Volume 31 Numéro 1 pp. 104-109 )

. 1954 "Mallarmé lycéen"(publié avec quarante poèmes de jeunesse" (Ed. Gallimard)

Valery

Une phrase de Paul Valery, son ami de longue date le dit bien: "Henri Mondor possède un bistouri, une plume et un crayon, et la manière la plus élégante de se servir de ces trois outils très aigus." ""

La fille du grand poète, Agathe Rouart-Valery a laissé ce témoignage [7] : "Si prompt était son esprit (il s'agit d'Henri Mondor), instantanée sa riposte, si alerte et amusé l'accent de ses origines et pétillant le regard aigu du clinicien en réponse aux assauts de la pensée valéryenne, que leur dialogue se croisait comme " à la pointe des mots, eût dit mon père, et que l'on aimerait avoir pu conserver l'éclair de ces duels. Aucune flèche lancée par l'un qu'elle ne fût vivement relevée par l'autre, chacun se complaisant à ce jeu, à cette joute. …Si d'autres que lui demandaient à leur main, instrument du plus dur et périlleux exercice quotidien, d'être aussi l'instrument de leur délassement, lui excellant à tenir dans la sienne la gouge ou le burin. L'incroyable acuité de son œil, œil de proie pour la rapide capture de toutes choses, rendait parfois à peine lisible le trait trop ténu de la gravure. L'une qu'il offrit naguère à mon père était une si remarquable transcription de ce poème de Charmes que le texte en était possible à distinguer... en millimètres ! …Et qui ne connaît sa rose, en pétales sans déclin, et d'une subtilité comparable au parfum même de la fleur... Mais peu d'objets à représenter plus parfaitement dociles et tentants pour Mondor que la coquille, ce savant enroulement des " spires nacrées "... image chère à mon père, et dont il illustra "L'Homme et la Coquille" lorsque Paul Valéry voulut en faire paraître une nouvelle et plus rare édition. Mon père suivit alors de près sur le cuivre la fine exécution des joyaux de la mer qu'il a toujours aimé palper et interroger...

Henri Mondor de nombreux travaux au grand poète qui tint un grand rôle dans sa vie:

1938 : "Salut au poète" (Paul Valery) (Allocution prononcée le 17 octobre 1938 à l'ouverture du congrès de chirurgie

1947 "Les Premiers temps d'une amitié" (Valéry et Gide) (Ed., Éditions du Rocher,.

1948 "Trois Discours pour Paul Valéry", (Ed. Gallimard,.

1948 "L'heureuse rencontre" (Mallarmé et Valéry) (Ed., La Guilde du Livre,.

1948 "Trois Discours pour Paul Valéry"[8] (Ed., Gallimard,.

1957 "Précocité de Valery" (Ed. Gallimard,)

Alain

Émile-Auguste Chartier dit "Alain", fut un grand philosophe rationaliste à l'esprit mordante

Henri Mondor avait organisé en 1927 une rencontre entre Alain et Paul Valéry au restaurant Lapérouse.

En 1953 Mondorl publia un essai littéraire intitulé "Alain, souvenirs-pages inédites lettres sur le sujet du coeur et de l'esprit" (Ed. Gallimard)

Louis Ferdinand Céline

Lorsque Céline, du fond de son exil danois, chercha à retrouver les faveurs de la bonne société parisienne (qu'il avait souvent honnie), il ne cessera de solliciter l'aide d'Henri Mondor. Ennemis politiques mais complices en médecine autant qu'en littérature, les deux hommes vont échanger pendant plus de dix ans une correspondance qui sera publiée en 2015 : "Louis-Ferdinand Céline : Lettres à Henri Mondor" (Coll. Blanche, Ed. Gallimard)

Georges Duhamel

Henri Mondor est resté toute sa vie fidèle aux liens d'amitié noués durant ses études. En témoigne le "dialogue " entre les deux grands hommes lors du discours de réception deMondorà l'Académie française le 30 octobre 1947 et la réponse que lui fir l'auteur du "Désert de Bièvres" [9]

Paul Claudel

Henri Mondor a expliqué dans "Claudel plus intime" (Gallimard, 1960) l'histoire de sa longue amitié avec l'auteur du "Soulier de satin"

Antonin Artaud

En 1948, Antonin Artaud qui vient d'être hospitalisé à l'Asile psychiatrique d'Ivry-sur-Seine est conduit par Jean Paulhan en consultation à La Salpetrière auprès d'Henri Mondor qui diagnostique un cancer du rectum généralisé inopérable. Les prescriptions se limitent à du chloral.

Arthur Rimbaud

Henri Mondor, très au fait des jugements de Mallarmé à l'égard de l'auteur du "Bateau ivre" a publié chez Gallimard en 1955 un livre intitulé " Rimbaud ou le génie impatient".

Honoré Daumier

"Les gens de médecine dans l'œuvre de Daumier" publié avec le  critique d'art Jean Adhémar (Ed. Vilo, Paris (1968)

Henri Mondor a, de plus, été préfacier pour nombre d'ouvrages célèbres :

"Dominique" d'Eugène Fromentin (Ed. Imprimerie nationale, 1953

"La femme et le pantin" de Pierre Louÿs, grand ami de Valery et de Gide

"Lions de Juda" de Claude Gruber Magitot (Ed. de la pensée moderne, 1959)

"Grandes espérances" de Dickens (Ed. Imprimerie nationale, 1956=

"Le médecin de campagne" de Balzac (Ed. Loos, 1954)

"Voyage au bout de la nuit" de Céline  (Ed. de la Pléiade, Gallimard, 1968)

"Mort à crédit" de Céline  (Ed. de la Pleiade, 1962)

"Gouttes de lune " de Raymond Cortat (écrivain du Cantal) (Ed. Le sillage, 1951)

"Tête d'or" de Paul Claudel (Ed. Gallimard 1959)

Correspondance d'Henri Mondor

"Lettres à Madame James Baignières"

"Lettres à Nadia Boulanger"

"Lettres à Jacques Chardonne

"Lettres à Jean Guéhenno.

Biographies publiées par Henri Mondor

"Anatomistes et Chirurgiens" (Ed., Fragrance, 1949)

"Dupuytren" (Ed. Gallimard, 1945)

"Eugène Lefébure . Sa vie, ses lettres à Mallarmé" (Ed. Collection Blanche, Gallimard, 1951)

"Grands médecins presque tous" (Ed., Corréa, 1943)

"Pasteur", (Ed. Corréa, 1945)

"Paul Lecène" (Ed. Masson, 1931)

Mondor  dessinateur

Parmi tous ses dons, Henri Mondor avait celui du dessin et il illustra nombre d'ouvrages :

. "Lettre et Images pour G. Duhamel" (Ed. Gallimard  1937)

. "L'Homme et la Coquille" (Paul.Valéry) avec dessins d'Henri Mondor (Ed. Gallimard  1937)

. "La Rose" (Fernand Mazade)

. "Argelès ou la solitude" (Roger Lannes, ) avec dessins ornementaux d'Henri Mondor

," Indolences" (Geneviève de Louvencourt )(Ed. Pierre- Ardent, 1946) ;

. "Nausicaa" (Anne Fontaine) recueil de poesies avec un dessin d'une rose par henri Mondor (Ed. Egloff, Fribourg, 1948).

. "Les sept jours de la rose", Armand Godoy, ouvrage d'un poète symboliste cubain,  illustré d'un frontispice d'henri Mondor

On n'aurait garde d'oublier le dessin célèbre d'Henri Mondor, montrant sa main gauche, légué au Pr. Sicard

Henri Mondor, chirurgien "multi-académicien"

Henri Mondor a été élu à de nombreuses Sociétés savantes et Académies :

1926 : Académie de Chirurgie où Henri Mondor fut secrétaire générale de 1939 à 1940

1945 : Académie nationale de médecine

1961 : Académie des sciences

1946 : Henri Mondor est élu à l'Académie française le 4 avril 1946 par 17 voix contr 8 à Fernand Gregh au fauteuil de Paul Valery. Le texte de son discours de réception est publié sur le site Internet de l'Académie[10] ainsi que la réponse que fit Georges Duhamel[11]

L'épée d'Henri Mondor portait en exergue ces vers de Paul Valéry :

O douceur de survivre à la force du jour

Quand elle se retire enfin rose d'amour

Encore un peu brûlante, et lasse, mais comblée,

Et de tant de trésors tendrement accablée.

Henri Mondor est mort à l'âge de 77 ans, le 6 avril 1962, à l'hôpital Américain de Neuilly.

Ce jour là, François Mauriac a noté dans son Bloc-notes : "J’admirais et j’aimais dans un esprit comme celui-là l’hommage que la science rend à la poésie. Il ne parlait presque jamais de ce qui l’avait rendu éminent dans sa spécialité ni des ouvrages qui, dans cet ordre, lui assureront une place durable. La poésie a besoin d’érudits d’une certaine race... "

Bibliographie succincte

Binet (Jean-Paul), "Les vie multiples de Henri Mondor" (Ed. Masson, 1993.

Fontaine (Anne), "Henri Mondor" (Ed. Grasset, 1960).

Hamonet (Claude), "Henri Mondor raconté aux étudiants", site internet : claude.hamonet.free.fr/shared/mondor.pdf

Société des lettres, sciences et arts "La Haute Auvergne" : "Hommage à Henri Mondor: (1885-1962) ; biographie, études, souvenirs". Pages cantaliennes d'Henri Mondor. Textes inédits. Correspondance" in "Volume 38 de Revue de la Haute-Auvergne Soc. des Lettres, Sciences et Arts "La Haute- Auvergne", 1963"

 

Adressez vos cotisations à la Société internationale d'Histoire de la médecine

(50 €, réduite à 25 € pour les moins de 30 ans et plus de 70 ans)

à l'ordre de la Société internationale d'Histoire de la médecine

à envoyer au Dr. A. Fabre, 40 av. Paul Doumer 94100 St Maur, qui transmettra

E-mail : a.fabre.fl@gmail.com

 

 

[1] Ces informations sont données sans responsabilité personnelle sur leur contenu,  ni sur le lieu ou la date des réunions

[2] Anne Fontaine ainsi que  Jean Paul Binet insistent dans leurs ouvrages (voir la bibliographie en annexe) sur l'attachement d'Henri Mondor à sa mère : il gardait toujours près de lui son portrait inclus dans un bloc de cristal taillé en forme de livre et l’interrogeait des yeux avant de prendre une décision difficile. Auprès des intimes, Il se plaisait à évoquer avec tendresse le souvenir maternel.

[3] On lira avec intérêt la biographie d'Henri Mondor publiée sur le site Internet http://www.aprogemere.fr/documents/dossiers/Henri_Mondor.pdf

[4] Rapporté par J.P. Binet dans  "Les vies multiples de Henri Mondor"

[5] Dans une chronique publiée sur Internet, "Henri Mondor raconté aux étudiants"[5] ,le Pr. Hamonet relate quelques uns des "exploits" de l'interne Henri Mondor, illustrés par une fresque de salle de garde publiée dans  l'ouvrage de Jacques Fossard : "Histoire polymorphe de l’Internat en médecine et en chirurgie des hôpitaux et hospices civils de Paris" avec, en commentaire : "Il s’agit du "Déménagement de l’ancienne Pitié", le corbillard est conduit (nom oblige) par J. Jumenie. Son voisin en vert est le poète-chirugien, qui a sous les bras les œuvres de Mallarmé"…

[6] http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1985x019x003/HSMx1985x019x003x0229.pdf

[7] http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1985x019x003/HSMx1985x019x003x0229.pdf

[8] https://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.ssl.cf1.rackcdn.com/attachments/original/6/9/6/002623696.pdf

[9] Entretien au bord du fleuve, livre de Georges Duhamel et Henri Mondor publié aux éditions du Rocher en 1947 contient l'intégralité du discours de réception d'Henri Mondor à l'Académie française et la réponse faite par Georges Duhamel

[10] http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-de-henri-mondor

[11] http://www.academie-francaise.fr/reponse-au-discours-de-reception-de-henri-mondor

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 08/02/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site